WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Effets de l'ouverture commerciale sur la croissance économique du Burkina Faso.


par Yempabou Landry Clotaire MANO
ENAM - Conseiller des affaires économiques 2015
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE II : Étude empirique

Dans ce chapitre, il sera question de procéder à une vérification empirique de l'hypothèse 2 de notre étude. Pour ce faire nous allons d'abord présenter les méthodes et techniques d'analyse. Ensuite il s'agira d'interpréter les résultats et faire des propositions.

Section I : Aspects méthodologiques et cadre opératoire

La définition du modèle économétrique et ses variables d'une part et la méthode de collecte des données et son traitement d'autre part, seront abordés ici.

Paragraphe I : Modèle et variables

Pour analyser les effets de l'ouverture commerciale sur la croissance économique, l'étude adopte une méthodologie qui repose sur un modèle de séries temporelles. Le cadre théorique qui sert de référence est la théorie de la croissance endogène car depuis les années 80, les économistes ont souligné le rôle non négligeable du capital humain dans l'explication de la croissance. Un certain nombre de travaux théoriques portant sur le sujet, proposent des modèles d'apprentissage par la pratique. Ils trouvent en général un effet négatif de l'ouverture sur la croissance. En revanche, des travaux dans les pays développés, fondés sur un modèle d'innovation à la Romer (1990), trouvent un résultat positif des effets de l'ouverture sur la croissance. Fort de ce constat, nous utiliserons la fonction de production agrégée à capital humain de Romer (1997) dans lequel est introduit un vecteur de variables de politique économique pour prendre en compte les effets de la politique commerciale . Le modèle économique de départ est donc une fonction de production générale de la forme suivante : Y=KáHâV?(AL)1-(á+â+?) avec á>0, â>0, et á+â<1.

Y : PIB réel,

K : Capital physique, H : Capital humain,

V : Vecteur de variables de politique économique ayant un impact sur la production à travers la PGF,

AL : Quantité de travail effectif dont : A : Progrès technique et L : Facteur travail

40

Par composition du modèle initial avec la fonction logarithme26, on obtient la fonction log-linéaire suivante : Log Y = áLogK+3LogH+rLogV+ [1-(á+3+r)]LogAL

Conformément à certaines études empiriques27, le vecteur de variables de politique économique ayant un impact sur la production à travers la PGF, peut être appréhendé par le taux d'ouverture commerciale (Ouv) et les Investissements Directs Étrangers (IDE) ; d'où V= f (Ouv, IDE)28.

Par ajustement et après simplification de la fonction log-linéaire, on aboutit au modèle économétrique suivant :

Log(PIBt)= á0+á1Log(kt) + á2Log(ht) + á3Log(Ouvt) + á4Log(Idet) + á5Log(Popt) + et

avec :

PIBt : Produit réel à la période t;

Kt : Capital physique;

ht : Capital humain;

Ouvt : Ouverture commerciale;

Idet : Flux net des investissements directs étrangers dans le PIB ;

Popt : Population active;

Ct : Terme aléatoire.

Ainsi, les variables du modèle peuvent être décrites comme suit :

> La variable endogène ou expliquée Il s'agit ici du logarithme du PIB réel.

> Les variables exogènes ou explicatives

Le capital physique

Le capital physique29 est l'ensemble du capital que possèdent les entreprises d'un pays et qui leur sert à produire des biens ou des services. Il est constitué de biens immobiliers, et de matériels de production (biens durables, etc.). Concernant sa

26 L'introduction du logarithme (ici le logarithme népérien) permet non seulement de linéariser l'équation afin de pouvoir estimer les coefficients du modèle par les MCO mais aussi de faciliter l'interprétation (en terme d'élasticité)

27 Doucouré (2004) ; Coulibaly (2007) ; Soulama (2010)

28 f(Ouv,IDE) peut être spécifié sous la forme Ouva1IDEa2 pour tenir compte de l'interaction entre les IDE et le commerce extérieur (confère Mansouri, 2009)

29 Appelé aussi capital productif ou capital technique

41

42

mesure, une difficulté persiste à savoir qu'aucune série temporelle sur le stock de capital physique n'est directement disponible. Le capital physique est approximé ici par la valeur de la formation brute du capital fixe. La formation brute du capital fixe comme proxy du stock de capital physique a été utilisée dans plusieurs études30.

Le capital humain

Le capital humain est défini dans la théorie économique comme étant l'investissement réalisé en l'Homme en vue d'accroitre les capacités d'amélioration de son revenu. A ce titre, il renferme non seulement l'éducation, mais aussi la santé. Nous allons prendre en compte uniquement l'aspect éducation. De prime abord, il est logique de penser que plus le niveau d'éducation de la population est élevé, plus grande est la croissance économique. L'augmentation de la part de la population active ayant au moins un niveau de scolarisation secondaire est supposée influer positivement sur la croissance économique (Lucas, 1988 ; Romer, 1990). Barro (1997) soutient par ailleurs que l'investissement en capital humain, surtout la scolarisation secondaire et supérieure, est d'un effet franchement positif sur la croissance économique. La littérature économique propose diverses méthodes pour mesurer le capital humain. L'indicateur le plus approprié de l'investissement en capital humain est sans doute la part du PIB allouée à la formation de ce capital. Dans la pratique on utilise comme proxy du capital humain, les taux de scolarisation dans l'enseignement primaire, secondaire ou supérieur. On peut aussi utiliser le nombre moyen d'années de scolarisation de la population de vingt cinq (25) ans et plus. Dans le cadre de cette étude, la variable capital humain sera captée à travers les taux de scolarisation au secondaire car un certain niveau de connaissance est requis pour absorber la technologie étrangère incluse dans les biens importés.

Le degré d'ouverture commerciale

Le degré d'ouverture commerciale peut être perçu par plusieurs indicateurs comme vu dans le chapitre I de la première partie. Cette étude retient la moitié du volume des échanges dans le PIB.

L'investissement direct étranger

L'ouverture d'une économie se caractérise aussi par sa capacité à attirer les firmes multinationales en leur accordant certains avantages fiscaux et administratifs. Ces firmes sont des canaux de transmission des nouvelles technologies de production.

30 Voir Barro, 1999 ; Balasubramanyam et al. 1996 ; Kahpaiboon, 2004

Pour tenir compte de l'investissement direct étranger, il semble nécessaire de représenter cette variable par le taux d'investissement direct étranger dans le PIB.

La population active

La quantité de travail fournie dans une économie est proportionnelle à sa population active. Cette dernière est supposée influer positivement sur la production, avec un effet de seuil selon la théorie microéconomique des rendements marginaux décroissants.

précédent sommaire suivant