WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Changements climatiques et production agricole dans les pays de la CEEAC


par Blaise Ondoua Beyene
Université de Yaoundé 2 - Master Degree 2019
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2.2.2 Influence positive des précipitations sur le rendement agricole

Selon les travaux deDjohy et al. (2015) analysent l'impact de la variabilité climatique sur la culture du coton dans la commune de Kandi. L'analyse repose sur des données climatologiques à savoir pluviométrie et température sur la période allant de 1971-2010, les données statistiques de la superficie et du rendement de la production sur la période allant de 1995-2010. Les résultats révèlent qu'un régime pluviométrique unimodal avec une saison pluvieuse est propice à la production agricole.

Agrawal (2012) s'est inspiré des travaux de Fisher (1924). Il étudie l'effet des précipitations sur les rendements en blé Broadbalk. Sa méthode consiste à adapter un polynôme du cinquième degré à la pluviométrie de chaque saison et à étudier jusqu'à quel point les précipitations totales et sa répartition sur le temps expliquaient la variation de la production. Fisher a constaté qu'il y avait un effet significatif sur la production, représentant jusqu'à 40% de la variance sur certaines parcelles. L'auteur a estimé des équations, pour chaque parcelle, donnant l'excédent ou la perte moyenne de la production en blé imputable à une augmentation supplémentaire de pluie par rapport à la moyenne, à tout moment de la saison.

Selon Phillips (2012) la pluie joue le rôle de catalyseur sur la croissance des plantes, le développement et la maturation des fruits. Cependant, l'accroissement des précipitations dues aux changements climatiques entraîne des pertes substantielles de la productivité des cultures. Par exemple les pluies récurrentes affectent le développement du cotonnier, mais, la culture semble être particulièrement plus affectée aux précipitations élevées pendant la phase de maturation des capsules. Le stress environnemental pendant le développement floral et la différenciation des capsules est l'une des principales raisons de la disparité entre les rendements réels et attendu.

''''Katsoni (2015) analyse les effets négatifs des précipitations sur la production du maïs. Il s'est appuyé sur la méthodologie en deux étapes consistant au niveau communal à la collecte des données pluriannuelles de pluviométrie et de la production. Cette étude a permis d'appréhender les manifestations des changements climatiques sur la production agricole. Le résultat révèle que le volume et le nombre de jours de pluies tombées annuellement se sont réduits. Cette baisse de précipitation bien perceptible, entraîne la baisse des rendements des principales cultures agricoles. De même, elle influence les pratiques des producteurs notamment le choix des priorités des cultures. L'auteur continue en affirmant que le maïs se substituant parfois au coton, n'est pas en reste.

précédent sommaire suivant