WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Changements climatiques et production agricole dans les pays de la CEEAC


par Blaise Ondoua Beyene
Université de Yaoundé 2 - Master Degree 2019
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Conclusion 

Ce chapitre avait pour objectif d'évaluer l'influence des changements climatiques sur le rendement agricole dans les pays de la CEEAC sur la période de 2003 à 2011.Ainsi, après une analyse descriptive à travers d'une part la description des indicateurs des changements climatiques (température et précipitation) d'autre part la description des indicateurs du rendement agricole (banane, cacao, café et coton), nous avons procédé à une analyse économétrique. Pour cela, nous avons estimé nos modèles de panels statiques à effets aléatoires à partir de la méthode des Moindres Carrés Généralisés. Les principaux résultats font ressortir le fait que latempérature et la précipitation sont les principaux obstacles qui freinent significativement le rendement agricole des pays de l'Afrique centrale. Ainsi, le rôle que devrait jouer l'investissement agricole, la main d'oeuvre et la croissance économique se trouve inhibé.

Conclusion de la première partie

Au terme de cette première partie, un examen de l'influence des changements climatiques sur le rendement agricole dans les pays de la CEEAC sur la période allant de 2003 à 2011 a été l'objet des travaux.

Dans cette analyse, nous avons dans un premier temps mis en évidence le lien théorique entre les changements climatiques et rendement agricole. Dans un second temps, nous avons au moyen d'une étude empirique mis en évidence les effets deschangements climatiques sur le rendement agricole.

Dans lepremier chapitre, nous avons procédé à une présentation de l'état des lieux sur le lien entre les changements climatiques et le rendement agricole. Ce dernier a établi sous l'angle de la revue de la littérature que les changements climatiques à travers les températures, les précipitations ont des effets controversés sur le rendement agricole.

Au deuxième chapitre, nous avons effectué une analyse de l'influence des changements climatiques sur le rendement agricole dans les pays de la CEEAC à partir d'une étude en données de panel. Dans le cadre de cette étude, nous avons retenu deux indicateurs des changements climatiques à savoir : les précipitations et les températures. Il ressort de son examen que la hausse de la température et de la pluie influencent négativement le rendement agricole.

Deuxième partie :

Appréciation de l'efficacité des stratégies d'adaptations agricole aux effets des changements climatiques sur le rendement dans les pays de la CEEAC

Introduction de la deuxième partie

La deuxième partie de ce travail vise principalement à analyser l'inefficacité des stratégies d'adaptation aux effets des changements climatiques sur le rendement agricole. La compréhension de la préoccupation de la recherche que soulève cette partie du sujet, nous conduit à l'analyse des concepts clés, du sens que nous entendons donner aux différents mots. Il nous semble par conséquent important de clarifier afin d'éviter tout équivoque. Il s'agit des notions suivantes :adaptation, stratégie d'adaptation.

Etymologiquement, « adapter » provient du latin « adaptare » qui signifie « ajuster à, en vue de » (Rey, 2006 cité par Simonet, 2009).

En biologie : « on entend par adaptation biologique l'ensemble des corrélations internes et externes26(*) qui font qu'un organisme peut vivre d'une certaine manière dans un habitat donné, et y contribuer à la perpétuation de l'espèce à laquelle il appartient » (Simonet, 2009).

En anthropologie : l'adaptation est « le processus par lequel les organismes ou populations d'organismes effectuent des ajustements biologiques ou comportementaux qui facilitent ou assurent leur succès reproducteur, et donc leur survie, dans leur environnement. Le succès ou l'échec des réponses adaptatives peuvent uniquement se mesurer sur le long terme et les conséquences évolutives des comportements observés ne sont pas prédictibles » (Bates, 2005 cité par Simonet, 2009).

L'école de géographie de Chicago emprunta à l'écologie le concept d'adaptation pour le définir comme le fruit de choix délibérés afin d'échapper aux contraintes du milieu, se démarquant ainsi du déterminisme biologique issu de la sélection naturelle en s'appuyant davantage sur la notion d'ajustement : « l'objet de la géographie est l'ajustement de l'homme à l'environnement et non à l'influence de cet environnement » (Reghezza, 2007 cité par Simonet, 2009).

D'après le GIEC (2001)l'adaptation est l'ajustement des systèmes naturels ou humains pour répondre à des changements climatiques actuels ou attendus (ou à leurs effets), pour en modérer les conséquences négatives et tirer profit des opportunités. Les stratégies d'adaptation peuvent aussi être définies à la suite de Mendelsohn et al. (2006) comme les changements que les personnes, les entreprises ou les gouvernements encourent pour réduire les dommages ou augmenter les bénéfices des changements climatiques '(Bataller, 2010).

Cette deuxième partie est organisée en deux chapitres relatifs à notre deuxième hypothèse, dans le chapitre inaugural, nous allons nous appesantir sur l'enseignement de la littérature les stratégies d'adaptation agricole aux effets des changements climatiques (chapitre 3). Le second chapitre quant à lui, renvoi à l'analyse de l'efficacité des stratégies d'adaptation aux effets des changements climatiques sur le rendement agricole dans les pays membres de la CEEAC (chapitre 4).

* 26Relations organismes-milieu

précédent sommaire suivant