WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Changements climatiques et production agricole dans les pays de la CEEAC


par Blaise Ondoua Beyene
Université de Yaoundé 2 - Master Degree 2019
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

1.1.2 Adaptation planifiée ou public

Selon Smit et Pilifosova (2001) l'adaptation planifiée ou organisée est interprétée comme étant le résultat de décisions politiques établies par le secteur public et basées sur la prise de conscience que les conditions de vie en société sont en train de changer ou ont changé et que des actions sont nécessaires pour réduire les pertes afin d'en profiter des opportunités. Elle fait référence aux actions prise par les gouvernements incluant la législation, les réglementations, les incitations favorisant des évolutions dans les systèmes socio-économiques dans le but de réduire la vulnérabilité aux changements climatiques(Burton et al., 2002). '`'Porter et al. (2014) considèrent l'adaptation organisée ou planifiée comme étant une politique publique ayant pour objectifs majeurs de :

- protéger ceux qui sont le moins capables en s'attaquant aux causes de la vulnérabilité ;

- fournir l'information pour planifier et stimuler l'adaptation par les acteurs non étatiques ;

- protéger les biens publics tels que les services rendus par les écosystèmes, les ressources publiques, les zones littorales, mettre en place des systèmes d'alerte précoce pour prévenir les événements extrêmes.

Les politiques d'adaptation offrent une double dimension. Elles concernent à la fois la construction des capacités d'adaptation et la mise en place des mesures d'adaptation transformant les capacités en action (Neil Adger et al., 2005). La première se traduit par la sensibilisation des populations au changement climatique, la construction d'une conscience de ses impacts potentiels, le maintien du bien-être, la protection de la propriété, des terres et d'une croissance économique et l'exploitation de nouvelles opportunités avec pour objectif global d'augmenter l'habilité des individus, des groupes et des organisations à s'adapter aux changements climatiques. La seconde se manifeste par la réduction des impacts des changements climatiques, la garantie que les mesures prises par une organisation ne porte pas préjudice aux autres (Neil Adger et al., 2005), réduire les impacts négatifs en anticipant les pertes économiques qui ne pourront être évitées (Smit et Pilifosova, 2001).

L'adaptation est le plus souvent réactive dans le sens où elle est conduite en réaction aux événements en cours ou par rapport aux événements passés. Mais, elle peut aussi être anticipée en se basant sur une évaluation des conditions futures. Les barrières communes à l'adaptation peuvent se résumer comme suit : la nature des biens publics des ressources menacées, une faiblesse dans la prise de décision collective, et une incertitude sur l'information disponible, ajouté à cela un manque de clarté sur qui est responsable de la mise en place d'action le secteur public ou privé (Neil Adger et al., 2005). En effet, de nombreux acteurs interviennent dans le processus d'adaptation à différents niveaux de décision en fonction de leur capacité à influer sur le pouvoir et avec des intérêts différents voire opposés. De plus, il n'y a pas de perception claire et commune de ce que constituent en réalité les problèmes d'adaptation.

Toutefois, malgré ces barrières qui peuvent sembler redoutables il existe de nombreux leviers pouvant favoriser l'adaptation comme la protection du bon fonctionnement du système économique ou l'amélioration de la sécurité. Cela peut se manifester de diverses manières : à travers les échanges sur le marché, le développement des réseaux sociaux, ou à travers des actions individuelles ou collectives. Cela peut être pris en charge par les individus pour leurs propres bénéfices, ou par les gouvernements dans le but de protéger leur citoyens(Neil Adger et al., 2005). Enfin, d'un point de vue plus global, les principaux leviers de l'adaptation aux changements climatiques sont : les standards du développement durable, les objectifs de la CCNUCC et du Protocole de Kyoto et leurs mécanismes financiers, les Objectifs du Développement Durable (ODD).

Le planificateur dans les actions d'adaptation peut être un organisme international, sous régional ou national. Son objectif est de garantir aux agents privés un cadre élargi pour mener à bien leur action d'adaptation.

précédent sommaire suivant