WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Changements climatiques et production agricole dans les pays de la CEEAC


par Blaise Ondoua Beyene
Université de Yaoundé 2 - Master Degree 2019
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

1.2 Mise en oeuvre de l'adaptation au changement climatique

Selon Deressa et al. (2011) la mise en oeuvre des pratiques d'adaptation passe par la perception ensuite vient l'évaluation des mesures.

1.2.1 Processus d'adaptation

La mise en oeuvre des politiques d'adaptation exige une meilleure compréhension des effets des changements climatiques. Selon Abid et al. (2019) l'adaptation est un processus linéaire qui passe par trois étapes où la première étape est la perception des changements dans divers indicateurs du changement climatique, tels que les changements des températures et de précipitations. La perception opportune et précise est un facteur déterminant des intentions des agriculteurs et du choix des méthodes d'adaptation (Deressa et al., 2011).

Les perceptions peuvent également dépendre de divers facteurs externes, tels que l'accès aux ressources institutionnelles et l'emplacement de la ferme. Les perceptions médiocres peuvent conduire à une mal adaptation et accroître la vulnérabilité des agriculteurs au changement climatique, des perceptions précises peuvent influer positivement sur le processus d'adaptation au niveau de la ferme '-'(Dang et al., 2014).

La deuxième étape de l'adaptation est celle de l'intention, au cours de laquelle les agriculteurs envisagent et planifient l'adoption de mesures spécifiques pour atténuer les dommages causés par le changement climatique. Ces intentions dépendent de la précision des perceptions des agriculteurs et de divers facteurs internes et externes(Abid et al., 2019).

Lors de la troisième et dernière étape, les agriculteurs mettent en oeuvre leurs mesures d'adaptation sous réserve de la disponibilité des ressources nécessaires et de leur accessibilité à ces ressources.

S'adapter

Graphique 3.1:Processus d'adaptation

Intention de s'adapter

Perception

Production agricole

CC

(+)

Ne pas s'adapter

Pas d'intention de s'adapter

(-)

Sans perception

 Source : Abid et al. (2019)

Au regard de ce schéma, la décision de s'adapter au changement climatique conduit à une augmentation de la production agricole tandis que, ne pas s'adapter réduit la production agricole.

1.2.2 Mesure et évaluation de l'adaptation

Une des difficultés majeure des projets d'adaptation est l'évaluation de leur succès. Il est en effet difficile de mesurer quantitativement des changements dans la capacité d'adaptation '(Weissenberger, 2019).

Dans le cas de la réduction des désastres, on peut utiliser le nombre de victimes, de sans-abris, de dommages matériaux comme indicateurs. Ainsi, la diminution drastique du nombre de victimes lors de cyclones au Bangladesh entre les années 1970 et les années 2000 peut certainement être interprétée comme un indicateur de succès des mesures d'adaptation entreprises, notamment les refuges en béton ou les systèmes d'alerte.

L'adaptation ou la construction de la résilience ne se résume pas toujours à des approches simples et mesurables, mais sont imbriquées dans un processus de changement social et de développement. Elles font donc partie d'un système plus englobant et sont inscrites dans une temporalité et un processus dynamique. Certains indicateurs peuvent être trompeurs. Par exemple, une diminution des dommages assurés dans une zone côtière peut simplement refléter le fait que les compagnies d'assurances n'assurent plus les propriétés et non une diminution de la vulnérabilité (Pringle et al., 2012).

En conséquence, les organismes internationaux oeuvrant dans le domaine de l'adaptation et du développement élaborent des méthodologies de suivi et d'évaluation leur permettant d'évaluer l'efficacité de leurs actions et d'effectuer un apprentissage qui peut lui-même faire partie des indicateurs de succès (Pringle et al., 2012).

Un des principes du modèle d'évaluation est de définir un scénario de base par rapport auquel il est possible de comparer avec la situation post-adaptation. Pour cela, la prise en compte de l'évolution graduelle du scénario de base de vulnérabilité en fonction des paramètres climatiques est un nouveau défi qu'on commence à relever (Brooks et al., 2011).

En somme, le suivi et l'évaluation des projets d'adaptation renvoient aux notions fondamentales de ce champ. Elle est vue comme un processus accompagnant et guidant les agents. L'évaluation permet un apprentissage continu sur « ce qui marche et ce qui ne marche pas » (Beerfeltz, 2013).

précédent sommaire suivant