WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Changements climatiques et production agricole dans les pays de la CEEAC


par Blaise Ondoua Beyene
Université de Yaoundé 2 - Master Degree 2019
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2.1.2 Nouvelles stratégies d'adaptations agricoles aux effets des changements climatiques

Les nouvelles techniques d'adaptation de l'agriculture permettent de booster la production et de réduire efficacement la vulnérabilité des systèmes agricoles aux effets des changements climatiques. Les changements climatiques sont souvent marqués par de longues sècheresses qui menacent les cultures. Pour s'adapter, les agriculteurs construisent des systèmes d'irrigation pour approvisionner les cultures en eau douce. Le besoin en eau se fait ressentir le plus souvent dans les régions exposées à la sécheresse. Au fur et à mesure que l'eau devient une ressource rare, l'efficacité de l'irrigation se fera ressentir et elle deviendra un outil d'adaptation important de l'agriculture (Selvaraju et al., 2006).

De plus, l'accroissement de température accélère le processus d'évapotranspiration, l'humidité du sol diminue également et les surfaces des terres sont sèches, l'eau douce descend dans les profondeurs de la nappe souterraine. Pour s'adapter, les agriculteurs font recours à des mesures d'irrigation pour maintenir le niveau de production à la hausse. En Egypte, au Kenya et en Afrique du Sud, par exemple un nombre important d'agriculteurs se sont adaptés grâce à un recours accru à l'irrigation. En Gambie, en Afrique du Sud et au Soudan, les agriculteurs ont recours à des mesures d'adaptation telles que le transfert d'eau d'irrigation, la récupération et le stockage de l'eau pour atténuer les effets du manque des précipitations. L'irrigation est clairement une stratégie d'adaptation au réchauffement ; il faut noter que lorsque les précipitations augmentent, les agriculteurs ont tendance à irriguer moins et à recourir plus souvent aux précipitations naturelles
·
·(Benioff et al., 2012).

Les précipitations constituent un intrant essentiel mais très variable pour la production agricole. Elles sont aussi responsables des risques climatiques que les agriculteurs doivent s'adapter. L'accroissement des pluies est responsable de l'érosion qui cause l'appauvrissement des sols. Pour s'adapter à la précipitation, les agriculteurs utilisent les engrais pour doter les sols d'éléments nutritifs essentiels au développement et la croissance de la culture '''(Alem et al., 2010).

De plus, l'adaptation aux effets des précipitations de la production de cacao et café passe également par l'utilisation des produits phytosanitaire. L'utilisation des fongicides, des insecticides et des herbicides permet de s'adapter aux attaques des parasites et des mauvaises herbes. Ces produits permettent de renforcer la défense de ces plantes à l'agression des parasites nuisibles tels que la pourriture brune pour le cacao ''(Urama etOzor, 2011).

Une recherche menée par Mendelsohn et al. (2000) sur l'analyse des adaptations effectuées en Afrique révèlent que dans tous les pays, à l'exception du Cameroun et de l'Afrique du Sud, la plantation de différentes variétés d'une même culture est considérée comme l'une des adaptations les plus importantes. Différentes dates de plantation sont également considérées comme une adaptation importante en Égypte, au Kenya et au Sénégal (Mendelsohn et al., 2000).

Selon ''Urama et Ozor (2011) le changement climatique a un impact négatif sur la production agricole à travers des modifications à long terme des précipitations entraînant des changements dans les schémas de culture et le calendrier des opérations. Selon l'auteur, les agriculteurs de l'Afrique centrale28(*) ont noté que, les incertitudes liées aux phénomènes météorologiques extrêmes avaient généralement augmenté au cours des cinq dernières années.

* 28 Cameroun, Guinée équatoriale et République centrafricaine

précédent sommaire suivant