WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Changements climatiques et production agricole dans les pays de la CEEAC


par Blaise Ondoua Beyene
Université de Yaoundé 2 - Master Degree 2019
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

1.1.2 Effet du stress thermique sur le rendement agricole

De l'observation, l'augmentation des températures favorise l'évaporation qui entraîne la perte de l'humidité qui à son tour entraîne une augmentation de la demande en eau des plantes. Pour chaque espèce de plante, en raison de ses particularités, il existe des limites de température spécifiques dans lesquelles les plantes sont capables de produire et de se reproduire(Schroth et al., 2016).La maturation des parties productives d'une plante nécessite sa propre plage de température, tandis que la floraison est induite dans un autre intervalle de température assez étroit, et le développement des fleurs à lieu à une température différente de celle indiquée ci-dessus. La température affecte le fleurissement des plantes d'une manière double. D'une part, la température définit la vitesse de la constitution des fleurs dans les plantes et, d'autre part, elle peut causer la dégénérescence des fleurs ce qui contribuent à diminuer le rendement de la culture.

Bourgoing et Todem (2010)dans leur analyse considèrent le cacaotier comme une culture d'ombre par excellence. A travers ses potentialités photosynthétiques et par la valeur optimale de l'éclairage qu'il peut utiliser, le cacaoyer est considéré comme une plante d'ombre typique. Par ailleurs, il peut parfaitement croître et produire sous un ombrage dense s'il bénéficie simultanément d'une température voisine de l'optimum (32°C), n'affectant en rien ses potentialités photosynthétiques. Cependant, il est démontré que l'ombrage très dense constitue un facteur limitant la production mais uniquement lorsque tous les autres facteurs de l'environnement sont favorables c'est-à-dire que les températures optimales, humidité moyenne excellente, sol riche en humus avec apport d'engrais, traitements insecticides et anticryptogamiques bien mis en oeuvre. Pour les jeunes cacaoyers, un ombrage provisoire doit être relativement dense, ne laissant passer que 50% de la lumière totale pour assurer une bonne croissance et un meilleur rendement. Il sera diminué progressivement pendant son développement mais jamais avant la formation bien établie des couronnes.

'Ngoong(2013) et Boyer (1970) le cacaoyer exige une température relativement élevée, avec une moyenne annuelle située entre 30-32°C au maximum et 14-16°C au minimum. La température est le facteur clé de la production des fèves de cacao. L'étape initiale de cette production est la formation des bourgeons, la floraison, la différenciation des fleurs en chérelles matures, dépend des niveaux de la température. Au fil du temps, il convient de noter que la production de cacao dans certains pays est marquée par la baisse de la productivité dû à un accroissement ou à une baisse des températures19(*). La floraison, première phase de la production est réduite dans le cacaotier lorsque la température mensuelle moyenne est inférieure à 23°C, cela signifie que les températures en dessous de cette valeur ont pour effet de ralentir le processus de production des fèves de Cacao. De plus nous constatons que les températures basses affectent le rendement des autres cultures au même titre que le cacao. Les températures basses ont pour effets de refroidir les cultures, à cet état, leurs capacités physiologiques sont réduites et elles se trouvent dans un état latent ('Ngoong,2013, Boyer, 1970).

La température bien qu'étant un facteur essentiel à la production agricole, lorsqu'elle atteint des valeurs supérieures à l'optimum nécessaire pour réaliser un bon rendement, la première phase de la production est affectée. La chaleur, principale caractéristique de la température affecte la floraison, la croissance et le développement des cultures agricoles. Celle-ci sont détruites par la chaleur et ne pourront atteindre la maturité. Les chaleurs fortes et persistantes avant la venue des pluies peuvent aller jusqu'à modifier la composition interne des fruits, conduisant à une réduction de leur qualité------(Challinor et Wheeler, 2008).Des périodes sèches prolongées accompagnée de chaleur entraînent une réduction de l'indice de surface foliaire accompagné d'une évapotranspiration qui cause un stress hydrique au niveau des cultures ce dernier à son tour jouera sur la productivité saisonnière (Adjei-Nsiah, 2012).

Lorsque la saison sèche est longue et accompagnée de températures élevées, les plantations s'exposent à autres dangers tels que les feux de brousses. Car une saison sèche prolongée encourage les feux de brousse qui mettent les plantations à feu et à cendres. Cette destruction des plantation contribuent à diminuer le rendement des surfaces cultivées(Ojo et Sadiq, 2010).

Les cultures tropicale ne supportent pas les températures trop élevées encore moins celles plus basses. Ainsi, pour une production optimale, il faut que la température soit située autour de sa valeur optimale en occurrence 24°C. Car il existe même des gènes dans de nombreuses créatures végétales qui sont sensibles à de forte température (Schroth et al., 2016).

* 19Christisnsen, 1986.

précédent sommaire suivant