WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Culture et football au Cameroun. le cas du canon sportif de Yaoundé dans la région du centre; une contribution à l'anthropologie du football

( Télécharger le fichier original )
par Mouafo Nopi ARNOUX
Université de Yaoundé I - Master en Anthropologie 2014
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

V.3.2 La notion du fanatisme chez les Ewondo de Nkolndongo

Du mot anglais fan, qui signifie ventilateur ou de fan en français signifiant admirateur, le fanatisme entendu ici comme une surexcitation des sentiments de l'esprit est d'une importance capitale dans tout sport en général et dans le football en particulier. Constitué de personnes individuelles et groupales dont l'objectif est d'apporter du soutien tous azimut aux admirables, le fanatisme dans le CSY est tout de même individuel via les membres, qui s'acquittent de leur cotisation et groupale par le même fait. C'est le cas d'Oyili club de Nkolndongo qui par son statut de membre supporteurs, verse une somme au club afin de jouir des droits tels que l'entrée au stade, l'assistance au congrès et assemblée générale du club. A travers divers objets traditionnels tels que nnom nkul, ngal nkul, mwan nkul, mezzegle, mbè, nkàn, elon, bigan bi nkul et nyass, ajouté à cela des vêtements au couleur du drapeau du CSY, ce fan club chante des épopées et danse au rythme ewondo afin de motiver, de nourrir et de renforcer l'énergie des joueurs en action sur le stade.

Ce fan club est distinct du supporteur ordinaire qui paie son ticket et s'assied sur les gradins pour supporter son équipe ; et ce dernier, aussi distinct du spectateur dont la présence au stade est essentiellement distractive. Il faudrait surtout noter que le fan club peut bénéficier d'un sponsoring pour le renforcement de ses effectifs et des outils. Par contre un individu ne saurait bénéficier d'un tel don encore moins un spectateur. Fans et supporteurs sont donc appelés douzième joueur puisqu'ils peuvent bénéficier d'une réduction lors d'un match.

Il faut également signaler que les supporteurs du CSY ont une influence sur le recrutement des joueurs en début d'année car ceux-ci s'opposent au recrutement de certains joueurs, coaches en refusant de venir au stade, par aussi le non paiement de leur carte de membre. Ils sont aussi à l'origine de la sacralisation et de la désacralisation des joueurs de par leur nature à bavarder. Dans la culture béti en général, il existe un adage qui dit que l'homme béti a cinq minutes de folie. Selon les travaux de Léopold Sédar SENGHOR (1939 : 295), pour comprendre le nègre, il faut l'étudier dans sa sphère culturelle. C'est pour cette raison qu'il que « l'émotion est nègre comme la raison est hellène ». Il voudrait ainsi montrer que la raison est souple et n'est pas l'apanage du Blanc parce qu'en Afrique, l'on comprend avec les organes de sens. Ces minutes de folie faisant partie du vécu quotidien, nous permettent de dire avec fondement que la notion de fanatisme est un sentiment tout à fait naturel non seulement parce qu'il s'agit d'un type de solidarité mécanique ou par similitude, régi soit par un lien de famille, de village ou de religion, mais surtout d'un lien culturel parce qu'il est question de soutenir un club, une association et viser un intérêt collectif voire une fin qui est celle de la victoire.

Lors d'une défaite, les supporteurs du CSY se sont généralement éteints. Cela était le cas pendant les saisons 2011-2012 et même la saison 2012-2013. Par contre, lors d'un match nul n'ayant pas d'effet sur le classement entre Renaissance en 2012 et Tonnerre en 2013, les supporteurs chantaient au même titre que lors de la victoire des chants parmi lesquels

O liga na wa ke lagba ai « Union »

Wa na osu lagba Canon nga me lagba

Lag lag lag nga me lagba

O soa ya e e e nga me lagba

Criant de joie, ils expriment leur suprématie sur d'autres clubs de division d'élite one tels que Union de Douala, Sable de Batié, Coton Sport de Garoua, Tiko United etc. C'est la raison pour laquelle lorsqu'ils transcrivent ce chant, ils mettent le nom des clubs entre guillemets, ce qui signifie l'interchangeabilité.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy








"Ceux qui rêvent de jour ont conscience de bien des choses qui échappent à ceux qui rêvent de nuit"   Edgar Allan Poe