WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'accueil d'autrui comme abandon de la liberté totalisante et appel à  la responsabilité

( Télécharger le fichier original )
par Richard Matuka
Université St Pierre Canisius - DEUG 2002
  

précédent sommaire suivant

I.2. Le face-à-face

Le face-à-face est d'une grande importance dans l'approche de la relation métaphysique qui le rend possible. Il contribue sans contexte au maintien de l'infini intervalle de la séparation du même et de l'autre, tout en jouant un rôle déterminant dans la lutte contre toutes formes de totalisation. Le face-à-face rend possible l'athéisme qui, marque le fait même, la rupture de la possibilité de se rechercher une justification, c'est-à-dire une dépendance à l'égard d'une extériorité.

Ainsi, pour Levinas, sans que cette dépendance absorbe l'être dépendant, elle permet à la fois le maintien de l'indépendance. Nous sommes dès lors tenté de soutenir que pour levinas, l'indépendance de l'être séparé s'y trouve perdue, méconnue et opprimée. Par contre, le retour à l'extériorité, à l'être au sens univoque, c'est l'entrer dans la droiture du face-à-face. Toutefois, aborder la question du face-à-face ne saurait occulter l'impact que peut avoir l'idée de l'infini. Car la saisie du face-à-face peut s'effectuer comme une position en face du Même qui suppose une opposition par excellence, « qui ne se peut que comme mise en cause de la morale ».20(*)

De tout ce qui précède, il y a lieu de noter que « les relations qu'entretient l'être séparé avec ce qui le transcende ne se produisent pas sur le fond de la totalité, ils ne se cristallisent pas en système.»21(*) Dans le concret, l'idée de l'infini équivaut au discours qui se précise comme relation éthique. A cet égard, la relation métaphysique déloge le sujet de la place qu'il occupait dans la philosophie occidentale où il jouissait de tous les droits même celui de tuer. Ce processus de délogement du sujet implique une conjoncture entre le même et l'autre où leur voisinage qui déjà se tient, est l'accueil de front et de face de l'autre par le moi.

Pour finir, étant donné que le désir nous introduit dans une relation métaphysique, la critique de la liberté dont il est l'instigateur n'est possible que comme remise en question, suscitée par l'irruption de l'autre dans la transcendance. Ainsi pouvons-nous justifier que la passivité du Même qui se laisse bousculer, met en question la spontanéité naïve de l'Ego, mieux sa liberté.

* 20 Emmanuel LEVINAS, Totalité et infini, 1980, p, 53.

* 21 Emmanuel LEVINAS, Totalité et infini, 1980, p, 55.

précédent sommaire suivant









La Quadrature du Net