WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Effets et remise en cause des RTT en hôtellerie restauration


par Anthony Durand
Université de Perpignan, Institut Jacques Maillot - Master 2006
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

3) L'appréciation des chefs d'entreprise reste globalement négative :

Pour la première fois, le Ministère de l'Emploi et de la Solidarité, en avril 2002, publie une enquête réalisée par la DARES auprès des entreprises pour connaître leur opinion sur les 35 heures. Les employeurs passés aux 35 heures trouvent que la RTT est négative au plan économique, notamment au regard des coûts salariaux, des coûts de gestion de l'organisation, de la rentabilité, du respect des délais et de la réactivité. Toutefois, l'impact est positif pour la durée d'utilisation des équipements, la production et la polyvalence des salariés. Ceux qui jugent positif l'impact de la RTT sur la situation économique globale de leur établissement n'emploient que 5 % des salariés, contre 28 % pour ceux qui le jugent négatif.

OFCE* : Observatoire Français des Conjonctures Economiques

Les impacts économiques de la RTT sur les établissements d'hôtellerie restauration, peut-on envisager un lien entre les RTT et la dette ? 


Etude réalisée sur des établissements de 5 salariés ou plus, ayant réduit la durée du travail avant février 2001. Source : DARES

En outre, 58 % des entreprises hôtelières connaissaient des difficultés de recrutement au sommet de la croissance (janvier 2001 DARES) et encore 35 % aujourd'hui. Ces problèmes sont connus depuis longtemps. Ainsi, dès 2000, la DARES, après analyse de données recueillies auprès de 18 entreprises ayant signé un accord « Robien » ou « Aubry » a recensé 3 grandes difficultés :

· gains de productivité difficiles,

· annualisation pesante,

· modération salariale dégradant le climat social de l'entreprise.

D'autres éléments confirment ces difficultés. Fin 2001, 55 % des entreprises de moins de 20 salariés considéraient que la RTT aura un effet négatif sur leur activité. En outre, d'après une enquête de la CGPME, 36 % des chefs d'entreprise estiment que l'application des RTT a dégradé le climat social de leur entreprise, 66 %, que leur entreprise a perdu en compétitivité.

Elle rappelle également que cette mesure oblige les entreprises à intégrer 157 pages nouvelles de textes de loi, décrets et autres règlements, qu'aucun droit à l'expérimentation n'est accordé et finalement que la loi du 19 janvier 2000 remplaçant celle du 13 juin 1998, invalide de nombreux accords précédemment passés.

Par ailleurs, il est intéressant de noter que pour assurer le passage à l'euro, les banques, les établissements de crédit, les sociétés de gestion et les entreprises d'investissement ont dû obtenir une dérogation sur la durée du travail. Le temps de travail a pu aller jusqu'à 52 heures hebdomadaires.

Suite à certaines études de la DARES, nous pouvons constater que les négociations sont une fois sur deux conflictuelles. Dans 15 % des cas, cela va jusqu'à la grève ou le débrayage, dans 7 %, l'entreprise a connu un épisode revendicatif sans arrêt de travail (manifestation, pétition, etc.), et dans 24 % les manifestations de mécontentement étaient du type « rumeur ».

Lorsque l'on regarde les statistiques, les grèves ou manifestations sont plutôt l'apanage des plus grands établissements, surtout quand ils sont dotés d'une représentation syndicale ancienne. Ainsi, moins de 3 % des salariés des établissements employant moins de 50 personnes ont connu une grève lors des négociations sur les RTT contre 18 % de ceux qui travaillent dans de plus grandes unités. Ces négociations ne semblent pas profiter au mouvement syndical. En effet, employeurs comme salariés estiment que les syndicats ne sont pas utiles à la mise en place de la RTT. Le mandatement dans les entreprises ne s'opère qu'à la fin de la négociation. Heureusement, à l'issue des négociations, le climat social semble s'améliorer.

La mise en oeuvre des dispositifs Aubry ne s'est pas effectuée sans difficulté. Ainsi, fin 2001, seulement 23 % des PMI de moins de 20 salariés étaient prêtes pour le passage aux 39 heures. L'Observatoire du dialogue social ne dit rien d'autre. Il a interrogé en mars 2000 plus de 400 DRH. Il semble que ce soit les plus petites structures qui s'inquiètent le plus des conséquences des RTT.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy