WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Effets et remise en cause des RTT en hôtellerie restauration

( Télécharger le fichier original )
par Anthony Durand
Université de Perpignan, Institut Jacques Maillot - Master 2006
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2) Les RTT sont égales à une montée du stress des salariés (cf. annexe 3) :

Les conditions de travail se dégradent. On pense, par exemple, aux « pointeuses ou badgeuses » pour les cadres ou aux décomptes auto-déclaratifs que les entreprises mettent en place pour répondre aux lois Aubry I et II. Une majorité de salariés a moins de temps pour les mêmes tâches, est plus stressée dans son travail, a de nouvelles tâches en plus de son travail, et effectue un travail moins soigné.

Les conditions de travail se dégradent pour 44,8 % des hommes et 47,7 % des femmes. C'est d'autant plus marqué que les qualifications sont faibles. Le rapport Viard* donne des éléments de réponse à ce constat. Il relève des différences de modalités de RTT selon les statuts et en particulier une inégalité d'accès aux journées et aux demi-journées. Deux extrêmes apparaissent. D'un côté, les ouvriers sont très nombreux à n'avoir qu'une réduction journalière du temps de travail alors que d'un autre, les cadres supérieurs bénéficient exclusivement de jours de vacances et de demi-journées.

3) Les Français les moins qualifiés pas satisfaits du passage aux RTT :

Le rapport Viard, constate que la RTT a développé des effets positifs sur la vie quotidienne des salariés (plus de temps libre, week-end libéré). Des pratiques nouvelles se créent. Des vacances plus fréquentes et moins longues : les professionnels du tourisme profitent de la RTT. De son la DARES confirme l'évolution dans une enquête de début 2000 : 59 % des salariés à temps complet ayant connu une RTT ont constaté une « amélioration de leur vie quotidienne », 13 % ont constaté une « dégradation », 28 % n'ont pas constaté de changement. Les cadres sont plus satisfaits (66 %). Quant aux conditions de travail, 26 % ont constaté une « amélioration », 28 % ont constaté une « dégradation ». Les salariés estiment que la mise en place de la RTT a entraîné d'abord, une exigence de polyvalence accrue (48 %), moins de temps pour les mêmes tâches (42 %), plus de stress au travail (32 %) et de nouvelles tâches en plus (23 %). Les salariés les plus satisfaits sont ceux qui bénéficient d'une ½ journée ou d'une journée à prendre régulièrement. Il faut constater une dégradation de la vie quotidienne pour 20,4 des emplois féminins non qualifiés. Les faibles revenus sont clairement mois favorisés par ces dispositifs. Par exemple, les parents travaillant encore 39 heures et voulant passer à temps partiel sont obligées de diminuer leur temps de travail à 28 heures pour bénéficier de l'Allocation parentale d'éducation (APE) au lieu de 32 heures auparavant.

D'autres problèmes demeurent trop peu évoqués comme le travail illégal, l'économie souterraine qui risque d'augmenter. Les salariés disposent en effet de temps libre, mais avec une diminution de leurs heures supplémentaires, ils voient leur pouvoir d'achat diminuer. Au total, les Français ont un jugement réaliste sur cette mesure. Selon un sondage, 62 % des français pensent que les RTT ont un impact plutôt négatif sur l'économie. 38 % estiment que la vie quotidienne a été améliorée grâce à ce dispositif.

Un dernier sondage est particulièrement éclairant : 76 % des français souhaitent l'assouplissement des 35 heures et la possibilité pour les entreprises de recourir davantage aux heures supplémentaires, ne serait-ce que pour pouvoir le cas échéant, « travailler plus pour gagner plus ». (articles de la Cfdt 2004)

Le rapport Viard* : Jean Viard : Directeur de Recherche au centre d'étude de la vie politique Française

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy