WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les chemins de fer touristiques entre nostalgie et innovation (1957-2007)


par Jean-Jacques MARCHI
Université Bordeaux IV Montesquieu - Master Sciences économiques, option Histoire économique 2007
  

précédent sommaire suivant

Chapitre 4 - La FACS-UNECTO164

1- La FACS-UNECTO en quatre dates

A- 1957: la fondation

« La FACS (Fédération des Amis des Chemins de fer Secondaires) a été fondée le 1 er janvier 1957 à l'initiative de jeunes gens (à l'époque)165 qui ne pouvaient se

résigner à voir disparaître une à une toutes les lignes de chemins de fer secondaires et les tramways166. Depuis, d'autres jeunes et moins jeunes ont rejoint ce mouvement. Les plus actifs ont fondé des chemins de fer touristiques, ont rassemblé sur leurs deniers des collections inestimables, ou plus simplement ont aidé à préserver un patrimoine ou à en écrire une histoire à travers la revue de l'Association » : ainsi se présente la FACS sur la page d'accueil de son site officiel167.

La FACS compte de nos jours quelque 900 membres. Elle est à structure associative. Elle naît d'une scission de l'AFAC (Association Française des Amis du Chemin de fer), qui existe encore de nos jours comme première association d'amateurs. Mais les passionnés de l'AFAC s'intéressent à tous les trains, pas spécialement aux petits.

B- 1971 : l'UNECTO

Petit à petit, à mesure qu'apparaissent les exploitations touristiques, la nécessité de les regrouper pour répondre à leurs besoins propres devient une évidence. Aussi, en 1971 naît l'UNECTO (Union Nationale des Exploitants de Chemins de fer Touristiques et de musées). Les statuts de la FACS sont aménagés à cet effet ; l'UNECTO naît intégrée à la FACS qui s'appelle désormais FACS-UNECTO.

164 La plupart des informations contenues dans ce chapitre proviennent de mes entretiens avec deux responsables de la FACS-UNECTO, MM Jacques Vierne et Claude Bouchaud.

165 Cette parenthèse n'est pas fortuite car la FACS connaît effectivement de nos jours un problème de renouvellement des générations. Mon interlocuteur insiste : « il faudrait plus de jeunes ! »

166 Il s'agit à la fois des tramways « loi de 1880 » circulant en accotement des routes et des tramways des villes.

167 L'adresse du site est : http://www.trains.asso.fr/.

C- 2001 : la « Charte nationale pour le développement des chemins de fer touristiques ».

En 2001, est signée la « Première charte nationale pour le développement des chemins de fer touristiques et historique ». Paraphée par le Ministre de l'Equipement, des Transports et du Logement, le Ministre de la Culture et de la Communication, le Secrétaire d'Etat au Tourisme, le Secrétaire d'Etat au Patrimoine et à la Décentralisation Culturelle, les Présidents de la SNCF, de RFF et de la FACS - UNECTO, cette charte vise à promouvoir le développement des chemins de fer touristiques en France. Elle a vocation à organiser les relations entre la SNCF, RFF et les exploitants de chemins de fer touristiques168.

Avec un recul de quelques années, cette charte n'a pas (encore ?) tenu toutes ses promesses. Pour certains, elle est restée essentiellement une opération de communication et de prestige (vu la qualité des signataires). A notre avis, son principal mérite est d'avoir officialisé, pour la première fois, le secteur des chemins de fer touristiques169.

D- 2007: FACS et UNECTO, désormais deux entités différentes.

En 2007, la FACS et l'UNECTO se séparent dans le but d'améliorer leur efficacité de fonctionnement. Une scission qui semble couler de source, vu la différence des problématiques actuelles entre amateurs et exploitants. Toutefois, des

« participations croisées » sont maintenues dans les conseils d'administration des associations. Il ne s'agit donc pas d'un divorce. Comme le résume fort justement Jean-Michel Piernetz (Association des Chemins de Fer de Haute-Auvergne) : « La FACS, c'est la passion, l'UNECTO c'est la raison ». Mais revenons plus en détail sur l'UNECTO qui nous intéresse plus directement.

168 Le texte complet de cette charte figure en Annexe 4.

169 1l pourrait être intéressant d'en faire un bilan précis.

2- L'UNECTO, un syndicat professionnel

L'UNECTO, créée au sein de la FACS, connaît un développement assez régulier qui s'accélère à la fin des années 1990. Nous y voyons l'effet des adhésions d'exploitations issues de la « seconde vague » (voir supra, Chapitre 3, § 4).

Tableau 3 : nombre de réseaux adhérents à l'UNECTO

Année

1982

1987

1994

1998

2006

Nombre de réseaux fédérés

16

21

24

31

52

Sources :

-Chemins de fer régionaux et urbains, n° 169 (1982-1) pour les données 1982. -Chemins de fer régionaux et urbains, n°200 (1987-2) pour les données 1987. -Chemins de fer régionaux et urbains, n°242 (1994-2) pour les données 1994. -Chemins de fer régionaux et urbains, n°266 (1998-2) pour les données 1998. -Fichier BaseDonnéesCFT pour les données 2006.

Les données issues de Chemins de fer régionaux et urbains ont été retraitées par nos soins de manière à ce que le comptage corresponde à notre définition des chemins de fer touristiques. Nous avons ainsi retranché du total des adhérents : 1/les nombreuses associations faisant circuler du matériel préservé (trains spéciaux) - 2/ les quelques musées statiques. - 3/les finiculaires - 4/les quelques réseaux adhérents situés hors de France (en Belgique ou en Suisse).

Début 2007, pratiquement les deux tiers des chemins de fer touristiques (au sens de notre définition) adhèrent à la FACS-UNECTO170.

Pour un exploitant de chemins de fer touristiques, adhérer à l'UNECTO présente plusieurs avantages :

-un accès facilité aux documents administratifs

-une aide lors de la création d'un nouveau réseau

-la possibilité de faire des achats groupés (charbon)

-l'opportunité de trouver des fournisseurs compétents, par exemple pour refaire des pièces de locomotives

-des contacts entre les structures

Nombre de problèmes sont, en effet, communs à l'ensemble du secteur des « petits trains », malgré toute sa diversité.

170 Le Train du Montenvers - Mer de Glace ainsi que le Tramway du Mont-Blanc, exploités par le « géant » du secteur, la Compagnie du Mont-Blanc, viennent d'adhérer à l'UNECTO. Cela donne à

l'UNECTO un « poids » supplémentaire mais suscite quelques inquiétudes chez les « petits » : selon les plaisanteries en vogue, l'UNECTO serait... le MEDEF !

L'UNECTO fait appel aux services d'un consultant, professionnel du tourisme, fin connaisseur des chemins de fer touristiques171 : sa mission consiste à participer à des actions de lobbying au travers d'expositions, de rencontres touristiques, à assurer le lien avec les Comités Régionaux du Tourisme, les Comités

Départementaux du Tourisme, à représenter l'UNECTO auprès de collectivités lors de réunions de travail, notamment pour faciliter les créations de nouveaux chemins de fer touristiques172. Les activités de ce consultant sont naturellement rattachées à l'UNECTO.

Enfin, l'UNECTO participe à la Fédération Européenne des Chemins de Fer Touristiques (FEDECRAIL), certes pour nouer des contacts au niveau du continent mais également pour s'assurer que les décisions européennes n'entravent pas le développement du secteur.

3- La FACS-UNECTO, acteur majeur de la préservation du patrimoine ferroviaire

La FACS-UNECTO constitue l'élément fédérateur de la préservation du patrimoine ferroviaire au cours des cinquante dernières années. En effet, les pionniers ainsi que les groupes d'amateurs motivés dont nous avons parlé entretiennent généralement des liens étroits avec elle, quand ils n'en font pas carrément partie.

Notons qu'en plus des actions initiées par ses membres, la FACS-UNECTO est propriétaire (ou co-propriétaire) de plusieurs matériels historiques (locomotives à vapeur). Elle organise depuis sa fondation des voyages pour amateurs ferroviaires, en France comme à l'étranger. Elle édite la revue Chemins de Fer Régionaux et Tramways1 73. Enfin, elle abrite un fonds d'archives relatif aux chemins de fer touristiques et aux réseaux disparus.

171 Il s'agit (mais le lecteur l'aura probablement déjà deviné !) de Jean-Michel Gasc.

177 Nous avons assisté à une réunion de ce type à Confolens (Charente). Cette réunion, réalisée à la Communauté de Pays de Confolentais, visait à étudier le lancement d'un chemin de fer touristique en complément d'un vélorail déjà existant.

173 Voir infra, Sixième partie, Chapitre 3, § 1, B.

précédent sommaire suivant