WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les chemins de fer touristiques entre nostalgie et innovation (1957-2007)


par Jean-Jacques MARCHI
Université Bordeaux IV Montesquieu - Master Sciences économiques, option Histoire économique 2007
  

précédent sommaire suivant

Chapitre 2 - Caractéristiques du « produit » chemin de fer

touristique

1- Une forte saisonnalité

Les « petits trains » sont marqués par une forte saisonnalité. La période d'exploitation va en gros de Pâques à la Toussaint, avec une haute saison en juillet et août. Mais certains chemins de fer touristiques, souvent les plus modestes, n'ouvrent que weeK-ends et fêtes, y compris en plein été.

Le reste de l'année, pratiquement tous les chemins de fer touristiques251 sont fermés (bien que certains d'entre eux puissent rouvrir ponctuellement à l'occasion d'une fête ou d'un affrètement). Les activités se concentrent alors sur l'entretien ou la rénovation du matériel roulant et des infrastructures.

2- Un produit qui attire un large public

Qu'y a-t-il de commun entre un chemin de fer touristique à voie étroite de 2 Km de long et un autre à voie normale qui en fait plus de 100 ? Entre une exploitation qui accueille 700.000 visiteurs par an et une autre 2.000 ? Pourtant, du seul point de vue touristique, les différences ne sont pas si grandes. Dans tous les cas, les chemins de fer touristiques attirent un large public : familles, jeunes, personnes âgées ; citadins et ruraux. Ils jouent un rôle de ciment à la fois entre les générations et entre la ville et la campagne de par leur caractère consensuel.

249 Sur les différences considérables d'échelle dans les budgets de promotion entre associatifs et professionnels, voir infra, Neuvième Partie, Introduction.

250 Castets, Delavois, Demange, Marseille (2006), p 6. C'est nous qui soulignons.

251 A l'exception des réseaux exploités par la Compagnie du Mont-Blanc : Train du Montenvers - Mer de Glace et Tramway du Mont-Blanc, ouverts hiver comme été.

Les groupes (jeunes et personnes âgées pour l'essentiel) représentent en moyenne le quart des visiteurs, mais cette proportion varie selon les chemins de fer touristiques de moins de 10 % à plus de 40 %252. L'intérêt de ce type de clientèle réside dans le fait qu'elle lisse la fréquentation : elle se concentre sur les périodes creuses, avant et après la haute saison.

Qu'il s'agisse d'individuels ou de groupes, plusieurs gisements de clientèle intéressent nos « petits trains »253 :

-les touristes étrangers, originaires de pays anglo-saxons, nations dans lesquels les chemins de fer touristiques sont une réalité bien plus tangible que par chez nous. Ces touristes ont tendance, assez naturellement, à rendre visite aux « petits trains » situés dans leur région de villégiature. On peut rattacher à cette catégorie les touristes français venant de régions à tradition industrielle

-les touristes locaux c'est-à-dire habitant dans la zone de chalandise de chaque « petit train ». A titre indicatif, on doit comprendre cette zone comme incluse à l'intérieur d'un isochrone d'une heure trente de trajet autour du site du chemin de fer touristique. Il semble qu'effectivement, au-delà de cette durée, l'image d'une exploitation touristique se brouille254.

-les amateurs ferroviaires qui disposent leurs propres réseaux d'information et parcourent de grandes distances pour aller découvrir un « petit train ». Ils restent néanmoins marginaux en termes de volume (environ 1 % des visiteurs).

3- Un touriste captif et « animé »

Du point de vue du professionnel, le chemin de fer touristique possède un avantage majeur : c'est un produit qui tient le touriste captif. Séparé de sa voiture individuelle abandonnée sur un parKing, le touriste est à la merci des tentations mercantiles qu'il trouvera infailliblement sur sa voie : naturellement il doit payer son billet, mais un peu plus tard il aura sûrement soif, probablement faim, et il succombera au désir d'immortaliser sa demi-journée (ou sa journée) en ramenant chez lui quelque objet authentique « made in China ».

Restauration, vente de produits régionaux, boutique de souvenirs, découverte d'un site touristique, visite d'une bourgade ou d'un village pittoresques, activités annexes (accès à une base de loisirs, baignade, randonnées, balades en VTT ou VTC...etc.) sont intégrées à toute offre de train touristique bien pensée. La boutique

252 Source : fichier BaseDonnéesCFT.

253 Voir Gasc (1994), p 101 pour les informations contenues dans ce paragraphe.

254 Notons que dans certaines régions où les chemins de fer touristiques sont relativement proches les zones de chalandise se recoupent, entraînant une concurrence de fait entre « petits trains ».

à elle seule représente couramment 10 à 15 % du chiffre d'affaires. Comme jadis255, la rentabilité des activités ferroviaires se conquiert aussi... à côté du train! Cette rentabilité passe obligatoirement par une gestion du temps et de l'argent dynamiques.

Gestion du temps: un produit touristique ferroviaire bien conçu est basé sur une durée d'une demi-journée (ou plus rarement, d'une journée) avec, sur la base d'une demi-journée, une durée d'aller simple optimale située autour de 45-50 minutes256.

Gestion de l'argent: l'achat du voyage à bord du train touristique ne doit pas

« assécher » le pouvoir d'achat du touriste, auquel cas il ne dépensera rien de plus. Il faut donc positionner le prix du billet au niveau adéquat, voire le minorer pour regagner ailleurs, là justement où la marge est supérieure (restauration, souvenirs...), le chiffre d'affaire perdu. Certains chemins de fer touristiques proposent des tarifs « famille » avantageux, des prestations annexes (transport de vélos, de sKis, de surfs257) ou bien combinées (train + VTT) en synergie avec l'offre touristique locale.

L'animation d'un chemin de fer touristique constitue un autre élément important. Il est souhaitable que les trajets soient commentés. De même, tout « petit train » qui se respecte se renouvelle au cours de l'année : organisation de « fêtes de la

vapeur »258, de trains spéciaux (trains du Père Noël, trains d'Halloween, « attaques » du train par des Indiens, stages de conduite de locomotive à vapeur...). Les idées foisonnent. Même les petits et grands évènements de la vie (mariages, anniversaires...) peuvent se fêter en train touristique : des affrètements sont proposés par nombre de réseaux. Tout est prétexte à ce que le touriste (notamment le touriste local) vienne plusieurs fois et ne cède pas aux sirènes des parcs d'attraction classiques.

255 Voir supra, Deuxième Partie, Chapitre 3.

256 Au-delà, le touriste se lasse, en-deça il n'y a plus assez de temps pour les activités à bord du type vente ambulante.

257 Le P'tit Train de Saint-Trojan aménage des wagons pour le transport de planches de surf.

258 Les « Fêtes de la Vapeur » sont aussi l'occasion d'attirer les passionnés, qui peuvent alors venir en nombre.

précédent sommaire suivant