WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les chemins de fer touristiques entre nostalgie et innovation (1957-2007)


par Jean-Jacques MARCHI
Université Bordeaux IV Montesquieu - Master Sciences économiques, option Histoire économique 2007
  

précédent sommaire suivant

Chapitre 3 - « Petits trains » et grandes peurs

Chaque époque a ses peurs, parfois justifiées, parfois imaginaires. La nôtre s'inquiète (entre autres) d'une mondialisation incontrôlée, d'une dégradation de l'environnement entraînant des changements climatiques majeurs, des prouesses de la génétique... Même le réseau internet paraît ambivalent : « la toile », n'est-elle pas aussi la toile d'araignée sur laquelle l'internaute va se faire piéger ? Le progrès nous semble parfois plus riche de menaces que d'opportunités.

Il y a plus de cent ans, Camille Flammarion concluait son volumineux ouvrage Astronomie populaire par un chapitre entier consacré au « progrès par la science » (c'est son titre) et les mots suivants : « [...] n'ayons désormais qu'une seule et même devise : LE PROGRES PAR LA SCIENCE ! »274. Un enthousiasme qui nous semble aujourd'hui déplacé.

272 Quelques exemples parmi beaucoup d'autres : viaducs de Garabit et de Barajol (Cantal), Château d'eau du Lioran (Cantal), gares de Valençay (Indre), de Bordeaux - Saint-Jean (Gironde), Rotonde de Longueville (Seine-et-Marne).

273 Auphan (1999), p 268.

274 Flammarion C., Astronomie populaire, C. Marpon et E. Flammarion, éditeurs, Paris, 1880. Réédition de 1975, p 836.

Le patrimoine ferroviaire pourrait-il replacer le progrès sous un jour plus sympathique ? C'est ce que pensentJ. Ragon et J-P. Renaudet dans leur long article intitulé « Le patrimoine ferroviaire : les voies de la réconciliation »275. Ainsi :

« l'histoire du chemin de fer perçue par le prisme patrimonial et son interprétation, contribuant à expliquer la constitution du premier réseau mondial, est un facteur rassurant face à l'angoisse de la mondialisation informatique, car il offre informations et éléments autorisant une meilleure maîtrise de cette évolution a priori incontrôlable. Elle valide la continuité historique entre le réseau ferré et internet »276. « Première mise en réseau planétaire »277, le chemin de fer n'a pas produit les cataclysmes prédits par ses détracteurs. Au contraire, il a changé la vie de millions d'être humains. En nous remémorant les trains d'autrefois, les chemins de fer touristiques d'aujourd'hui nous offrent un voyage paisible dans un petit monde où le progrès se montre sous un jour rassurant. Nous approchons ici du concept des écomusées278. Mais l'écomusée, comme le « petit train », peut être une saine réappropriation du passé ou bien un refuge pour des groupes réfractaires au changement. L'ambivalence demeure.

Conclusion - D«es petits trains » plus grands qu'il n'y paraît

Le développement des chemins de fer touristiques peut s'appuyer à la fois sur leur dimension patrimoniale, sur la sympathie que dégage un moyen de découverte respectueux de l'environnement ainsi que sur la réconciliation avec le progrès que nos « petits trains » véhiculent. Tout cela s'avère compatible avec la nostalgie des ferroviphiles. L'image écologique du transport par rail se retrouve dans la réalité de chemins de fer touristiques parfaitement intégrés dans l'environnement. La volonté de sauvegarder les matériels anciens pousse les amateurs ferroviaires à rechercher les précieuses aides qui, une fois obtenues, autorisent la conservation des objets témoins de notre histoire industrielle. Enfin, les « petits trains », de par l'image d'une évolution technique maîtrisée qu'ils mettent en scène, contribuent à replacer le progrès sous un jour sympathique. Mais, pour que les chemins de fer touristiques donnent toute la mesure de leur dimension culturelle, la nostalgie des amateurs de trains doit éviter l'écueil du repli sur soi. Pour ce faire, nos « ferrovipathes » doivent accepter bon gré, mal gré, un minimum d'ouverture, de professionnalisation.

275 Ragon, Renaudet (1999), p 301-328. Les auteurs relèvent également la racine commune existant d'une part entre la cybernétique, régulateur à boule de machine à vapeur, et d'autre part la cyberculture, le cybermonde du réseau Internet.

276 Idem, p 301.

277 Ibid., p 302.

278 Plusieurs chemins de fer touristiques y sont directement liés : les Chemins de fer Touristiques du Rhin (Haut-Rhin) et des Landes de Gascogne (Landes).

Neuvième parti

Professionne/s, ou professionna/isation ?

précédent sommaire suivant