WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'évolution du marché de la téléphonie cellulaire en Haïti de 1999 à2006: Une analyse de la concurrence dans ce secteur en 2006

( Télécharger le fichier original )
par Jems Stevenson / R. Clifford POMPEE / NAU
Centre de Techniques de Planification et d'Economie Appliquée (CTPEA) - Diplôme d'Etudes Supérieures (DES) en Economie Appliquée 2005
  

précédent sommaire suivant

Introduction

L'histoire économique du monde est marquée par de grands changements au cours desquels on a vu des transformations qui pour toujours ont modifié le cours de l'humanité. Si l'on admet que la grande révolution agricole au milieu du 18e siècle reste le point de départ de toutes ces transformations, les deux grandes révolutions industrielles, celle de 1860 et de 1970, constituent un tournant important dans l'orientation de l'économie mondiale.

L'avènement des nouvelles technologies de l'information et des communications (NTIC) survenu avec la deuxième phase de la révolution industrielle (1970) va offrir de nouvelles pistes de développement au marché des télécommunications, notamment la téléphonie mobile.

En effet, la mise au point de systèmes numériques à la place des systèmes analogiques, l'utilisation de satellites de télécommunication et des ondes hertziennes sont autant de facteurs permettant la conception, le développement et l'extension des réseaux de télécommunication à travers le monde. Si le développement et l'utilisation de la téléphonie mobile ne visent pas principalement à remplacer les réseaux de téléphone filaire, elle sera néanmoins utilisée pour combler dans certaines régions du globe le vide laissé en terme de couverture mais surtout pour offrir à son utilisateur de nouvelles options, notamment une très grande mobilité.

L'essor des communications cellulaires mobiles a été spectaculaire, le nombre d'abonnés est passé de 11 millions seulement en 1990 à plus d'un milliard à la fin de l'année1 2005. Un article publié dans Le Monde Diplomatique2 révèle qu'en 2002 le nombre d'abonnés au service de téléphonie mobile dépasse le nombre de téléphones fixes globalement. Ce même article affirme qu'une personne sur six dans le monde possède un téléphone mobile en 2006 alors qu'il était seulement une sur 339 en 1991 et on estime que le nombre d'abonnés double tous les 20 mois environ. La téléphonie mobile est aujourd'hui un secteur des plus dynamiques de l'activité économique, elle est certes un secteur économique à part entière car elle est source d'emplois et d'investissements mais surtout elle est très présente, utile, parfois même indispensable au fonctionnement des autres branches de l'économie.

L'Eldorado que représente le marché de la téléphonie mobile ne laisse pas indifférents les
investisseurs, les opérateurs de téléphonie mobile et les équipementiers qui se livrent une

1 Evolution de téléphonie mobile sous les effets des régulations et les réformes dans la télécommunication.

2 Dan Schiller, le marché du téléphone portable, le monde diplomatique, pages 1-22-23, février 2005

concurrence sans merci pour l'acquisition et la consolidation de parts de marché. Aussi de grands opérateurs (Vodafone, Orange, America movil, T-Mobile, China Mobile) et des équipementiers tels que Nokia, Motorola, Samsung, LG, Siemens, Sony Ericsson, et bien d'autres commercialisent-ils, à l'échelle de la planète, des terminaux dotés de fonctions multiples (calculatrice, jeux, appareil photo, camera vidéo, radio, télévision, Internet, etc.) et des services sans fil. L'affluence des investisseurs sur le marché du mobile s'explique par la possibilité de réaliser des profits énormes. En effet, bien qu'on estime que ce marché soit encore à son début, les marges de profits générées dans ce secteur sont pharaoniques (plus de 700 milliards de dollars US en 2005) 3et selon les estimations des experts, Ces profits augmenteront considérablement à l'avenir vu que plus de 250,000 personnes à travers le monde s'abonnent chaque jour au réseau mobile.

Cette rude concurrence entre opérateurs s'intensifie d'autant plus que, depuis quelques années, le développement de réseaux téléphoniques mobiles s'est révélé un moyen très efficace pour permettre à des zones géographiquement très peu accessibles et surtout aux régions très pauvres en infrastructures où le réseau filaire est défaillant de garder le contact avec le reste du monde. Cet état de fait crée de nouveaux marchés et par conséquent de nouvelles sources de profit.

Plusieurs autres facteurs peuvent être avancés pour expliquer la progression fulgurante de la téléphonie mobile. On pourrait citer en autres, la mode. En effet, l'élargissement du marché de la téléphonie mobile se fait en partie grâce aux jeunes qui utilisent ce moyen bien plus comme une nouvelle mode d'expression, plutôt qu'un moyen de communication tout simplement. Cependant, l'explication la plus pratique est que ces nouvelles technologies offrent des avantages que le réseau filaire ne pourrait pas offrir, on pense en particulier à la personnalisation et à la grande mobilité de l'utilisateur « désormais on n'appelle plus une maison, on appelle une personne ».

L'élargissement de ce marché et les forts profits qu'il génère attirent encore et toujours plus d'investisseurs, d'ailleurs, l'entrée de nouveaux concurrents dans le secteur ne laisse pas indifférents les opérateurs qui y sont déjà établis. Cela leur porte généralement à modifier leurs comportements et leurs stratégies en faisant de l'innovation une arme de toute première importance afin de conforter, d'améliorer leur position ou de décourager d'autres entrants potentiels.

En Haïti, tout comme dans la plupart des pays en développement où il y a des problèmes
d'infrastructure de toute sorte, le développement des réseaux de téléphonie sans fil, dans un souci
de répondre à un besoin croissant de services téléphoniques, est devenu une réalité depuis la fin des

3 Dan Schiller, le marché du téléphone portable, le monde diplomatique, pages 1-22-23, février 2005

années 90. Cependant, dans le contexte de la mondialisation économique, la production d'un bien ou d'un service à l'intérieur d'une économie subit nécessairement l'influence du marché international. Le secteur de la téléphonie mobile en Haïti n'échappe pas à cette loi. En effet, si à son début celui-ci a été contrôlé par des entreprises nationales, avec le temps cette situation a nettement évolué et une nouvelle configuration de ce marché où évolue désormais une firme multinationale doit être prise en compte.

L'entrée sur le marché de la téléphonie mobile cellulaire en Haïti de l'opérateur multinational « Digicel », n'est pas sans conséquences sur la structure du marché, les comportements et surtout les performances des firmes évoluant dans la branche. Cette situation à provoqué des changements considérables dans la manière dont ce secteur a évolué jusque là. Dans cette perspective, ce mémoire de sortie se propose d'analyser la concurrence dans ce secteur en vue d'expliquer les modifications survenues avec l'entrée de la Digicel en 2006.

Problématique.

Depuis le milieu du 20esiècle, dans les années 1950, Haïti fut l'un des premiers pays des Caraïbes à s'être doté d'un réseau de télécommunication. Depuis lors, la situation du marché des télécommunications a évolué considérablement. En effet, dans sa genèse ce marché fut exploité par une seule firme : les Télécommunications d'Haïti S.A. (Teleco) qui a obtenu dès 1968 le monopole des services de téléphonie sur tout le territoire national et une instance de régulation des télécommunications, le CONATEL, fut instaurée dès 1 9694.

Toutefois, malgré les progrès considérables réalisés dans les technologies de l'information et de la télécommunication, le taux de pénétration de ce service en 1998 était seulement de 0,72%, soit un total de 55,000 lignes installées pour une population de près de 7.650 millions d'habitants, et ce service était concentré dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince à hauteur de 85% .

Face à une telle inefficacité des services de télécommunication, plusieurs scenarii ont été envisagés pour remédier à la situation, notamment la privatisation de l'opérateur publique et l'ouverture du secteur à la concurrence qui semblent être, depuis le début des années 90, les chemins les mieux convoités pour déboucher sur une amélioration des conditions de fonctionnement du secteur. Ainsi, dès 1996, un projet de loi sur la privatisation de la Teleco a été soumis au parlement haïtien. D'un autre côté, l'arrivée de nouvelles compagnies offrant principalement les services de téléphonie mobile contribue à donner une nouvelle configuration au marché des télécommunications dont le

4 Décret accordant à l `Etat Haïtien le monopole des services de télécommunications, 1977.

taux de pénétration jusqu'en 2002 était près de 3%, d'autant plus que la Téléco (jusqu'alors oeuvrant dans le secteur de la téléphonie filaire) s'est elle-même lancée dans la téléphonie cellulaire avec la Rectel et ensuite dans la téléphonie à mobilité réduite avec Ti-telefon 2004. Depuis 1998, l'année où la Rectel, la première compagnie de téléphonie cellulaire mobile haïtienne est lancée, le marché des téléphones sans fil n'a cessé de se transformer. En effet, elle a été tout de suite rejointe par la Haïtel qui utilise la technologie CDMA (1999), puis par la Comcel utilisant la technologie TDMA. Jusqu'en avril 2006, les consommateurs haïtiens ont été desservis principalement par ces deux compagnies de téléphonie mobile cellulaire quoiqu'une autre compagnie, Ti-telefon 2004 desserve ce secteur depuis 2004.

Le marché de la téléphonie cellulaire a enregistré durant les six premières années des performances peu satisfaisantes. Plusieurs indicateurs révèlent les résultats de ce secteur : Coûts d'acquisition d'un terminal très elevé, un taux de pénétration et de couverture assez faible, coûts d'utilisation du service très élevé, mauvaise qualité de service et très peu de diversification de produits.

En effet, suite à toutes ces lacunes enregistrées dans ce secteur, les analystes concluent à une demande potentielle largement supérieure à l'offre effective. Il parait alors nécessaire de se questionner sur la capacité de ce marché à offrir un service qui puisse satisfaire, en terme de qualité et de quantité, une demande sans cesse grandissante. La structure du marché n'était peut être pas étrangère à cette inefficacité, c'est la raison pour laquelle on devra analyser à chaque période le type de marché auquel on était confronté.

Par ailleurs, certains économistes stipulent que le comportement des firmes à partir des politiques de prix, des politiques concurrentielles est le facteur déterminant de ce résultat. Ils mettent en relief l'implication des stratégies des opérateurs dans la performance du secteur. Pour cela, on aura à étudier aussi les relations de causalités qui existent entre la structure du marché, les comportements de ces opérateurs et la performance du secteur .

Cependant, la fin de l'année 2005, année où la Comcel a adopté une licence GSM sous le nom de Voila, constitue un tournant dans l'utilisation de technologies plus modernes qui sont mises au service des consommateurs haïtiens. L'utilisation du systéme GSM et ses multiples avantages offrent de grande capacité de couverture du territoire national, toutefois, les performances ont peu évolué. Au cours de l'année 2006, les habitudes allaient être totalement modifiées quand un opérateur multinational, en l'occurence Digicel, entrait dans le secteur en utilisant lui aussi la technologie GSM. Depuis lors, une véritable guerre s'est engagée entre les principaux concurrents du secteur : guerre de prix des terminaux et de tarification, guerre de publicité, etc. Cette

concurrence implique d'importantes innovations en terme de technologie, de stratégie de marketing, de stratégie de prix, de facilité d'accès aux téléphones portables pour une clientèle de bas revenus, et d'une plus grande couverture des réseaux sur le plan national etc.

Cette situation a fait l'objet de plusieurs débats. Pour plus d'un la loi de la concurrence explique tout naturellement cette transformation, à savoir que la venue d'un nouveau concurrent dans le secteur redynamise celui-ci et devient automatiquement profitable aux consommateurs. D'autres ne sont pas totalement d'accord pourvu que ti téléphone 2004 était un nouveau concurrent et pourtant n'a pas fait long feu. Cependant, il faut souligner que depuis la venue de Digicel, les comportements des opérateurs de la place ont beaucoup changé en guise de réactions aux actions menées par cette compagnie multinationale, ce qui nous a valu en retour d'énormes avantages. Il est alors nécessaire d'analyser ce qui est à la base de cette transformation radicale répertoriée dans ce secteur en seulement huit mois. Serait-ce l'entrée d'un nouvel opérateur (loi de la concurrence) qui est à la base de ces changements ? Ou encore, serait-ce le comportement de la Digicel, différent de ses prédécesseurs, qui explique cette nouvelle configuration ?

Hypothèse de travail.

H1 : La stratégie concurrentielle de la Digicel est le facteur déterminant du dynamisme du secteur de la téléphonie cellulaire en Haïti en 2006.

Hypothèses secondaires.

H2 : Comcel et Haitel ont utilisé la stratégie de différenciation des produits, celle ci a eu des résultats peu satisfaisants sur le dynamisme du marché de la téléphonie cellulaire en Haïti entre septembre 1999 et avril 2006.

H3 : Digicel a adopté la stratégie de domination par les coûts qui aura un impact positif sur le dynamisme du secteur de la téléphonie cellulaire en Haïti entre mai et décembre 2006.

Objectifs du travail de recherche :

L'obj ectif principal de ce mémoire de sortie est d'analyser les modifications survenues dans le
marché de la téléphonie cellulaire en Haïti en 2006 suite à l'entrée de la Digicel. De manière
spécifique nous voulons faire ressortir la configuration de ce marché durant la période allant de

septembre 1999 à décembre 2006 et analyser l'impact du comportement de la Digicel sur la concurrence dans le secteur.

Méthodologie.

La consultation de nombreux documents disponibles dans les bibliothèques des institutions telles que le CONATEL, la BRH, le RDDH, le MTPTC, le MEF, le CMEP, la DIGICEL, la COMCEL, la HAITEL, la TELECO, nous permettra de construire une riche documentation sur le marché des télécommunications en Haïti. Notre bibliographie s'est enrichie aussi grâce à la consultation d'articles tirés de journaux tels que le Nouvelliste, Problèmes Economiques et le journal le Matin ainsi que des entrevues réalisées avec des personnalités importantes oeuvrant dans le secteur. Les informations ainsi recueillies, sous réserves qu'elles sont exactes, seront très utiles pour l'élaboration de notre étude.

Pour vérifier nos hypothèses, nous utilisons un corpus théorique tournant autour de la théorie des prix. Cette dernière met en relation la structure d'un marché et sa performance de telle sorte que la structure du marché détermine la performance considérée en termes de prix. Cependant, les théoriciens sont unanimes à reconnaître que la théorie des prix trouve son essence dans le cadre d'un marché parfait, or ces types de marché n'existent pas dans la réalité. Partant de ce constat, la théorie des prix ne peut pas être retenue comme cadre d'analyse pour cerner l'évolution du secteur de la téléphonie cellulaire haïtien. Nous retenons alors le paradigme Structure-Comportement-Performance qui a été développé dans un souci de combler les lacunes de la théorie des prix. Le principal apport du paradigme SCP à la théorie des prix vient de la prise en compte de la variable comportement qui, avec la structure, expliquent la performance du marché. Le paradigme SCP intègre également dans son cadre d'analyse, d'autres éléments influençant l'évolution d'un marché, ce sont notamment les conditions de base et les politiques gouvernementales qui agissement sur tous les paramètres du marché.

Cependant, le paradigme SCP se contente de faire ressortir la configuration du marché au cours d'une période donnée, il se révèle insuffisant quand il faut expliquer les multiples interactions stratégiques qui se font entre agents intervenant sur le marché et qui caractérisent la concurrence moderne. La théorie des jeux sera alors utilisée comme complément au paradigme SCP dans cette étude, elle prend en compte ces interactions, et également l'analyse du dynamisme observé dans le secteur.

Toutefois, pour bien faire ressortir les changements qui se sont opérés dans le secteur étudié en 2006, nous procédons à une subdivision de ce travail en trois grands chapitres :

Le premier chapitre est consacré à une revue de la littérature théorique, c'est le corpus théorique expliqué antérieurement. L'idée directrice du premier chapitre est d'utiliser des théories qui s'adaptent à l'hypothèse sus-mentionnée. La conclusion de ce chapitre nous dira quelles théories seront prises en compte pour vérifier l'hypothèse de départ.

Le second chapitre est la présentation du marché. Tout d'abord nous présentons les progrès technologiques encourus dans la téléphonie cellulaire. Ensuite pour cerner le nouveau dynamisme observé dans le secteur nous faisons porter notre étude sur deux sous périodes : septembre 1999-avril 2006 et mai-décembre 2006. Sur chacune de ces sous périodes nous présentons la situation du marché du cellulaire à partir du paradigme SCP.

Le troisième chapitre est la vérification de l'hypothèse de départ. Pour expliquer la meilleure performance observée dans le secteur de la téléphonie cellulaire sur la période mai-décembre 2006, nous partons de l'hypothèse suivante : La stratégie concurrentielle de la Digicel est le facteur déterminant du dynamisme du secteur de la téléphonie cellulaire en Haïti en 2006'. Pour soutenir cette proposition, nous considérons deux autres hypothèses secondaires mettant en relief les stratégies des firmes sur chacune des deux sous périodes étudiées. Pour vérifier la validité de ces hypothèses, nous procédons à une analyse comparative de ces deux sous périodes.

Tout d'abord, nous présentons la notion de dynamisme de marché. Pour rendre opérationnel ce concept, nous considérons deux grandes dimensions qui sont le degré d'accessibilité et la nature des choix des produits et services. Ainsi, dans ce chapitre nous étudions sur chacune des sous périodes considérées le niveau de dynamisme atteint dans le secteur en fonction des dimensions retenues.

Ensuite, nous vérifions les hypothèses du travail de recherche en analysant les causes des performances obtenues à travers les périodes étudiées.

Enfin, nous présentons sur chaque sous période les relations de causalité existant entre la structure, le comportement et la performance du secteur et nous procédons à une analyse par la théorie des jeux pour modéliser les interactions stratégiques des opérateurs.

Conclusion et perspectives.

A ce niveau nous répondrons aux questions soulevées dans l'étude, ensuite nous ferons ressortir des propositions qui pourront être prises en compte par les agents qui sont impliqués dans la régulation de ce marché. Enfin nous esquisserons certaines limites de ce travail et pour finir nous présenterons de nouvelles voies de recherche.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.