WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La libéralisation financière et le développement de l'intermédiation financière au Rwanda (1995-2007)

( Télécharger le fichier original )
par Baudouine KAMAYANJA
Université libre de Kigali - Licence en Economie 2008
  

précédent sommaire suivant

2.3.4.1. Libéralisation des taux d'intérêt et suppression de l'allocation sectorielle des crédits

Les taux d'intérêt (taux débiteurs et taux sur les dépôts à terme) ont été libéralisés au début des réformes financières en 1991. La libéralisation des taux sur les dépôts d'épargne et la suppression des coefficients sectoriels de crédit ont suivi en 1997. Cependant, cette libéralisation a eu peu de répercussions sur le niveau des taux créditeurs.

Le graphique de la page suivante montre l'évolution des taux d'intérêts pendant la période de libéralisation financière.

Graphique 3 : Taux d'intérêts minimums (en pourcentage)

Source : Elaboré par nous même à partir des rapports annuels de la BNR 2002 et 2007

Lorsque nous analysons ce graphique, nous nous rendons compte que pendant la réforme, les taux d'intérêts ont eu tendance à diminuer. Cette situation s'explique par le fait que la libéralisation a entraîné une concurrence accrue entre les banques, les obligeant ainsi à revoir leurs taux à la baisse.

2.3.4.2 Mise en place de réserves obligatoires

Cet instrument a été introduit en août 1990 pour remplacer à terme l'encadrement et le plafonnement du crédit. Il agit en effet sur la capacité d'octroi de crédit des banques par la réduction de leurs liquidités disponibles.

La fixation du taux de la réserve obligatoire (pourcentage des dépôts) a été régulièrement revue selon l'évolution de la situation. De 5% de tous les dépôts en août 1990, il est passé à 1% en décembre 1991. Au mois de mars 1992, il a été revu à la hausse, à 5% des dépôts à vue, tandis qu'il restait à 1% pour les autres dépôts. En avril 1994, il est passe à 7% des dépôts à vue et à 5% des autres dépôts25(*).

La BNR a mis en application un système de réserves obligatoires à partir d'octobre 1990. La constitution de réserves obligatoires était prévue depuis les années 80 mais elle n'avait pas été appliquée.

Les réformes se sont en effet déroulées dans un contexte de lutte contre l'inflation et de stérilisation des liquidités excédentaires. Depuis 1996, afin d'absorber la surliquidité des banques, le taux des réserves obligatoires a été augmenté : les réserves primaires ont été fixées à 10 pour cent des dépôts et les réserves secondaires à 52 pour cent. En 1999, l'assiette de calcul a été élargie (les dépôts en devises sont désormais pris en compte), ce qui a été accompagné d'un abaissement des taux de réserves primaires et secondaires qui sont passés respectivement à 8 et 35 pour cent.

* 25 BNR, Op. cit, p. 23

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.