WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Gestion des risques de change

( Télécharger le fichier original )
par Madihou NIAKASSO
Institut Privé de Gestion de Dakar - Master 2007
  

précédent sommaire suivant

Appel aux couturier(e)s volontaires

2.3. Le fonctionnement du marché des changes interbancaire au comptant

Le marché des changes au comptant est un marché totalement délocalisé. Les transactions entre les participants se font par téléphone ou par réseau électronique. De ce fait,, le marché est animé par des teneurs de marchés (market makers) qui en assurent la liquidité.

Les banques et les autres acteurs interviennent sur ce marché par l'intermédiaire de cambistes.

2.3.1. Le Rôle des Cambistes

Ceux qui effectuent des opérations de change à titre professionnel sont appelés cambistes.

Les banques en particulier ont des équipes de cambistes, tant pour réaliser les opérations propres de ces institutions sur le marché que pour satisfaire les besoins de change de leurs clients, par exemple, concernant les entreprises, pour leurs opérations de commerce. Ils agissent comme market marker, c'est-à-dire qu'ils « font des prix », pour une quantité soit standard soit spécifiée, et fournissent à la fois celui où ils achètent (bid, en anglais) et celui auxquels ils vendent (ask, en anglais), par exemple : 1 EUR = 1.2343 / 1.2346 USD.

Les cambistes doivent être en mesure de comprendre, d'analyser, critiquer et d'utiliser la théorie économique et financière. Ils doivent être dotées de qualités qui permettent la réussite.

La fonction de cambiste est claire : traiter au meilleur prix, anticiper, pressentir les fluctuations.

Sa mission en quelques secondes et sans la moindre signature passer des ordres c'est-à-dire engager quotidiennement sa banque pour plusieurs millions de dollars voire plusieurs dizaines de millions de dollars. Ce profil correspond à celui de traders ou des teneurs de marché (market markers) ce qui achètent et vendent des devises pour le compte de la banque. Toutefois, nous notons plusieurs dérives qui ont coûté cher à certaines banques, nous prenons le cas de la Société Générale qui a essuyé une perte de plus 2 milliards d'euros d'où l'urgence pour les autorités monétaires et financières d'assainir ce milieu si l'on sait que cela peut comporter des conséquences néfastes.

A leur côté, travaillent d'autres opérateurs :

- en premier lieu, on trouve les cambistes clientèles : ils servent d'interface entre les teneurs de marché et les trésoriers d'entreprise ou d'institutions financières non bancaires. Ces derniers ne pouvant accéder directement aux traders et aux teneurs de marché ;

- les vendeurs (sales) constituent une troisième catégorie de cambistes. Ce sont des commerciaux qui essaient de vendre à leur clientèle les différents produits qui pour les plus complexes d'entre eux auront été élaboré par les ingénieurs financiers.

Parfois, ce sont les cambistes clientèles qui jouent le rôle de vendeur mais dans les salles de marchés des grandes institutions bancaires, la distinction est de plus en plus faite entre les vendeurs et les cambistes-clientèles ;

- les ingénieurs financiers : ils créent de nouveaux instruments ou adaptent des produits traditionnels afin de mieux répondre aux besoins des acheteurs. Ces produits sont vendus par les sales et les cambistes-clientèle.

- plus éloignés des salles de changes (y compris dans leur implantation au sein des banques) mais indispensables au fonctionnement d'une table de marché, on trouve les opérateurs du back office dont le métier est de s'assurer du bon déroulement (sur le plan administratif) des transactions et ceux du middle office dont le métier de procéder au contrôle des transactions. Les deux (2) fonctions (back office et middle office) pourront être regroupées.

Les cambistes travaillent sur des tables de change qui sont de véritables bijoux sur le plan de la communication de l'informatique et des télécommunications.

Chaque poste de travail comporte :

- 1 ou 2 terminaux fournissant une information en temps réel sur les cours de change et les taux d'intérêt. Les plus utilisés sont ceux de Reuter, Bloomberg, Telerate. Leur présence permet de relier entre elles toutes les salles de change du monde.

- plusieurs téléphones digitaux ;

- plusieurs lignes directes afin de pouvoir joindre instantanément les filiales étrangères, les banques, les courtiers et les clients les plus importants ;

- un système d'information donnant en temps réel la position de la banque dans chaque devise ;

- un micro-ordinateur doté de logiciels d'aide à la décision permettant des calculs rapides en vue d'effectuer des opérations d'arbitrage, de placements, de spéculations, de couverture sur la base de décision de plus en plus souvent suggérées par l'ordinateur.

précédent sommaire suivant






Aidez l'hopital de Montfermeil




Moins de 5 interactions sociales par jour