WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Problèmes d'exportations dans un environnement de guerre

( Télécharger le fichier original )
par Enoch MWIBELECHA KITUNGANO
Université catholique de Bukavu, RDC - Graduat en sciences économiques 2001
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE I : REGARD SUR I:ECONOMIE D'ECHANGE

IA. Notions theoriques sur les echanges internationaux

L'echange qui date de l'antiquite nest apparu sous sa forme rnodeme qu'au cours du 18eme siecle grace aux transformations economiques de la revolution industrielle et aux facilites introduites par les nouvelles techniques commerciales4. A la fin du 19eme siecle les echanges augmenterent a un rvthme superieur a celui de la production mondiale (A. BEITTONE et CARZOLA, 2001)

A cette epoque les echanges mondiaux sont constitues a 60% des produits primaires en provenance des pays sous developpes (P. BAIROCH 1967) Pendant la premiere moitie du 20eme siecle, la part de ces pays dans le commerce mondial augmente progressivement (jusqu'a 31% en 1950) et rend leer balances de paiement excedentaire. Mais des 1960 les deficits apparaissent. Scion I'O.M.C. (0.M.C., 1998) 70% des echanges mondiaux sont realises par les pays developpes contre 25% aux pays en developpement (dont 2,5% pour l'Afrique) Ces echanges sont constitues 76.6% de produits manufactures.

1.1.1. Les 1'c-1u-urges clans la pensee econmnique

Horniis Fecole de pensee economique Marxiste qui assimile l'echange international a un mecanisme d'exploitation du monde entier par quelques nations capitalistes, la doctrine economique releve de maniere univoque l'avantage pour les nations engagees dans des ((echanges reciproques Cet avantage est diversement apprehends scion les auteurs ou les ecoles

I.1.1.1. Vision de l'ecole classique

A la fin du 18eme siecle Adam SMITH (1723-1790) justifie le libreechange 5 par son analyse en terme d'avantages absolus6. II considere l'echange comme source d'accroissement general des richesses, car it comble les starts Mans les touts de production de divers pays en permettant a tous les pays de disposer de tous les produits voulus a des routs de production mavens. Cette analyse est

ces techniques consistent a refinement des instruments de paiement : generalisation de la lettre de change et des moyens de paiement.

sLe libre echange est une politique commerciale visant a reduire tous les obstacles a la circulation internationale des biens et services.

approfondie et amelioree par David RICARDO (1772-1823) qui demontre que meme en considerant le cas de deux pays dont l'un possederait des avantantages absolus dans la production de taus les biers par rapport a l'autre pays qui n'en disposerait d'aucun ; les deux pays seraient reciproquement beneficiaires de l'echange, car ce seront les coats relatifs (comparatifs) de chaque pays qui seront a la base du gain.

F. LIST (1798-1846) refute cependant le libre-echange a outrance ; iI le trouve plutot plus avantageux aux pays developpes qui etant plus specialises internationalement profitent, par ce fait, de l'inegalitc.', de developpement entre pays echangeurs. II prone alors le ,c protectionnisme7transitoire >> des industries des pays en developpement dans l'enfance jusqu'a ce qu'elles comblent leur retard economique et amorcent largement leur developpement industriel.

1.1.1.2. Vision de l' &cote Marxiste

Karl MARX (1818 -1883) considere clue le capitalisme dominant fait face a un probleme de haisse tendancielle du f, faux de profit s,5 qui resulte de son mode de production. Celui--ci recourt alors a I'echange international pour exporter ses propres contradictions et parvient ainsi a exploiter 16 monde entier et a' s'enrichir grace a la specialisation internationale qui lui est favorable du fait de sa longue colonisation des pays arrieres. LENINE(1870-1924) constate d'ailleurs que la fusion du capital industriel et bancaire dans les pays capitalistes finit par se muer en capital financier ; celui-ci a defaut des placements avantageux sur place se rue dans les pays arrieres en manque de capital et a faible prix des facteurs de production : ces capitaux financiers sent investis clans des secteurs a forte rentabilite et servent a stimuler l'importation des pays arrieres en capitaux et en marchandises au profit des pays capitalistes preteurs.

1.1.1.3. L'analvse neoclassique des echanges

David RICARDO expliquait les differences des touts comparatifs par les differences des productivites, et donc du niveau de developpement entre les pays qui echangent. Mais les neo-classiques E. HECKSCHER (1879-1952), B. OHL1N (1889-1979) et P. SAMUELSON clans leur theoreme dit theoreme H.O.S. montrent que les avantages comparatifs s'expliquent par l'abondance relative d'un facteur

Le protectionnisme est un ensemble de mesures gouvernementales visant a empecher ou limiter les importations des bens et services tout en favorisant leur exportation

B c'est une mesure de la rentabilite du capital qui s'obtient par le revenu du capital devise par le capital invest'.

9 le theoreme porte les initiates de chacun de curs noms respectifs

dans la cornbinaison de production et son intensite par rapport au reste des facteurs (par exemple, l'interisite du travail dans le processus de production, par rapport au facteur capital); ils expliquent ainsi l'echange international comme un echange des facteurs abondants contre des facteurs rares. Cette vision posa tout de meme quelques problemes auxquels elle ne pu repondre, notamment le paradoxe de Leontiefo

1.1.1.4. L'approfondissement des theories de l'echange des decennies 60-70

Malgre la portee des theories precedemment evoquees sur l'echange international, bien d'autres aspects de cet echange sont restes inexpliques, c'est notamment le cas des echanges croises des produits similaires ou le commerce intrabranche". Cette situation a donne lieu, des les annees 60-70, a de nouveaux approfondissements des theories preexistantes. Cette approche a consistee Soit

approfondissant la theorie des avantages comparatifs de David RICARDO, snit a la prise en compte de I'influence des similarites dans le commerce internationale.

A) l'approfondissement de la theorie des arantages comparatifs

cet approfondissement tient compte du fait que le modele de comparaison de base (modele de David RICARDO) :

- a ete elargi a plus de deux pays, deux produits et deux facteurs pour permettre ainsi des comparaisons multiples aboutissant a la relativisation et a la hierarchisation des avantages comparatifs (J.L. MUCHIELLI et DUCHENES, 1989)12

- Dans la suite, le modele a combine au role determinant des innovations de J.A. SCHUMPETER' les differences de productivites Ricardiennes pour definir ainsi des avantages comparatifs technologiques. Le commerce international, au sens contemporain, s'expliquant essentiellement par Ia capacite d'innovation de chaque pays.

Wassili LEONTIEF (1906 -1999) demontra que quoi que les Etats-Unis d'Amerique fussent bien dotes en facteur capital, ils exportaient pourtant plus de produits intensifs en facteur travail. Ce qu'il justifia par Ia productivite plus elevee des travailleurs Amencain de l'epoque par rapport au reste du monde (productivite devant reellement etre multiplie par trois).

Il s'agit du commerce d'import-export des produits similaires entre pays industrialises.

12 on compare les avantages entre un pays et chacun de ses partenaires , de sorte qu'un pays A peut exporter un produit P vers un pays B, puis importer le meme produit d'un pays C.

:3

J.A.SHUMPEETER (1883-1950) considere que une innovation cree un avantage comparatif aussi longtemps que la propagation internationale de cette innovation n'aura pas elirnine cet avantage.

- Le modele a aussi integre la theorie du cycle du produit (S. HIRSCH et R. VERNON, 1970)14 qui suppose la mobilite totale du facteur capital entre les pays qui echangent (le modele ricardien supposait que les facteurs de production n'etaient pas mobiles d'un pars a un autre, ce qui n'est pas sou vent le cas)

B) La prise en compte de l'influence des similarites dans le commerce international

L'influence des similarites dans le commerce international laisse en revanche penser

- Aux conditions relatives a Ia demande representative (S.B. LINDER, 1961) Ces conditions supposent que le marche interieur du produit a exporter doit 'etre important et representatif du rnarche international dudit produit ; le produit a exporter n'etant ecoule que lorsque la structure de sa demande interieure (locale) ressemblera a celle du pays destinataire; ce qui arnene ainsi a I'echange croise des produits similaires.

- Aux conditions de Ia demande differentiae (B. LASSUDRIE-DUCHENES, 1972) qui explique le probleme non resolu par les theories precedentes en considerant que meme si les echanges croises portent sur des produits seinblables, ceux-ci ne sont pas rigoureusement identiques, car ces produits font l'objet des desirs de se particulariser des consommateurs (l'effet de demonstration)

1.1.1.5. Le developpement recent des theories des echanges internationaux

La ,c nouvelle theorie des echanges in terns » innove en ce qu'en

integrant les aspects des ecoles precedentes; elle considere I'hvpothese des rendements d'echelle croissant et abandonne ainsi le cadre de la concurrence pure et parfaite au profit de la concurrence imparfaite.

Dans cette perspective; it reste comprehensible que I'echange international offre des gains mutuels meme si les pays concernes ont la meme dotation factorielle et le meme niveau technologique; car est-il que la concurrence monopolistique internationale est en elle-meme une incitation a la differentiation des produits.

Aussi cette nouvelle vision legitime-t-elle la necessite de ]'intervention des pouvoirs publics dans le domaine de l' innovation (en recherche et developpement en particulier ) et darts le financement des investissements necessaires a la

34 R VERNON considere que la production d'un produit innovant suit un cycle en 5 phases au tours desquelles le gain pour le pays fabriquant qui exporte decricit de plus en plus en conduisant successivement a la delocalisation de la production et, de ce fait, a la vulgarisation de l'innovation jusqu't ce que ce pays exportateur de depart arrive a importer son propre produit fabrique

l'etranger.

penetration d'un marche aux places limitees (le marche de l'aeronautique, par exemple) : l'innovation et ce dernier type de marche necessitant des capitaux enormes ; ils s'accommodent d'un monopole Etatiquement protégé.

Toute fois les theoricienstle cette nouvelle theorie, comme P. KRUGMAN (P.KRUGMAN, 1995), s'opposent a un tel protectionnisme faute pour les pouvoirs publics de determiner adequatement, par insuffisance d'informations, les types d'entreprises a proteger, les rnontant a leur allouer,... mais aussi a cause des risques des represailles des partenaires dudit pays face a ses mesures protectionnistes.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.