WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Immigration volontaire ou forcée des allemands et des alsaciens-lorrains dans les Vosges (1911-1920)

( Télécharger le fichier original )
par Clément Thiriau
Université Nancy II - Master 2 d'histoire contemporaine 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

III - Agriculture, commerce, hôtellerie.

L'agriculture, déclinante, offre néanmoins des emplois aux immigrés allemands et alsaciens98. Elle subit à la fin du XIXe siècle l'écrasante concurrence de l'industrie et entre 1880 et 1900, elle est secouée par des crises profondes. La ville séduit davantage la jeunesse campagnarde99. La courbe de l'exode rural se stabilise vers 1900 avec l'obtention d'un certain équilibre. A la veille de la guerre, la petite et la moyenne propriétés prédominent toujours dans les Vosges. L'exploitation agricole vosgienne reste de surface modeste, à main-d'oeuvre strictement familiale ou n'employant qu'un ou deux salariés. En ce qui concerne les exploitations agricoles appartenant à des Français, mais exploitées par des étrangers, fermiers ou métayers, on n'en connaît que très peu dans l'agglomération d'Epinal et il n'en existe que dans les commune suivantes : les Voivres (une famille allemande), Damas-aux-Bois, Girancourt, Moriville, Jeanménil, La chapelle aux bois et Hardancourt. Dans l'arrondissement de Neufchâteau, la famille Thomas, Allemande, exploite à Avranville, une propriété d'environ 150 hectares. Cette famille, originaire de Saint-Jean-deBassel, arrondissement de Sarrebourg, comprend 9 personnes : le père, 50 ans ; la mère, 51 ans ; et 7 enfants, notamment 2 fils de 27 et 22 ans. Enfin, à Bulgnéville, M. Roppeneek, Allemand, possède maisons et serres, propriétés rurale de 5,94 et 48 hectares acquises fin XIXe siècle100.

Dans les Vosges, le commerce fait les mêmes progrès que dans le reste de la France101. Le commerce vosgien en expansion se trouve épaulé par une forte organisation bancaire102. Le Comptoir d'escomptes de Mulhouse a 4 succursales dans l'arrondissement de Remiremont : à Remiremont, Cornimont, Plombières et Le Thillot. Elles comptent 10 à 15 employés environ, tous Français. La Banque de Mulhouse est la banque la plus ancienne de l'Alsace et la succursale d'Epinal n'a été créée qu'après l'annexion de 1871 lorsque la plupart des industriels alsaciens sont venus à Epinal et dans la région, installer leurs usines. Tout le personnel de la succursale est français, et jamais aucun étranger, même alsacien, n'y a été employé.

Dans l'agglomération d'Epinal, dans les hôtels de ville, la presque totalité des sommeliers employés sont de nationalité allemande ou suisse ; quant au commerce des fruits et primeurs, il est accaparé par des Espagnols. Ce sont les hôtels de Vittel et Contrexéville, ouverts seulement durant la saison d'été avec le succès grandissant des stations thermales, qui occupent le plus d'étrangers. Presque tout le personnel de ces établissements, est composé d'Allemands, de Suisses et d'Autrichiens103.

98 J.-P. Claudel, op. cit., pp. 114-115.

99 Ibid.

100 A.D.V., 4 M 424.

101 J.-P. Claudel, op. cit., pp. 134-135.

102 Ibid.

103 A.D.V., 8 M 189, op. cit.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net