WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse de la vulnérabilité de la santé de la femme: cas du cameroun

( Télécharger le fichier original )
par Monde MAMBIMONGO WANGOU
Institut Sous-régional de Statistique et d'Economie Appliquée (ISSEA) - Ingénieur Statisticien 2009
  

précédent sommaire suivant

2.3.2 Relation entre le niveau d'éducation et santé

L'association positive entre le niveau d'éducation et la santé est bien établie. La littérature sur la relation entre ces composantes semble s'accorder sur trois catégories d'explications : les habitudes de vie, les ressources socio psychologiques et les conditions de travail.

Ross et Wu (1995) par exemple affirment qu'un niveau de scolarité plus élevé conduit à des saines habitudes de vie. Les activités de nature sportive ou amicale associées au milieu scolaire ont aussi un impact sur la santé physique.

Toujours selon Ross et Wu, un niveau d'instruction élevé pourrait faciliter l'établissement de relations procurant un meilleur soutien, augmenter le sentiment personnel de contrôle sur sa vie et la capacité de comprendre les risques en matière de santé (ressources socio psychologiques). Un peu à l'opposé de Ross et Wu, Tuijnman (1989) parvient à montrer qu'en réalité, les personnes qui ont les niveaux de satisfaction les moins élevés sont celles qui ont le plus haut niveau de scolarité. Cette information est certes surprenante, car on s'attendrait à ce que les personnes les plus scolarisées soient les plus satisfaites. Il s'agit ici d'un aspect psychologique et subjectif.

Cependant, bon nombre de chercheurs sont ceux qui expliquent le lien entre le niveau d'instruction et la santé par le biais de conditions de travail et de la situation financière. Certains chercheurs soutiennent que les niveaux de scolarité les plus élevés sont associés à de meilleurs revenus, alors que d'autres avancent l'idée selon laquelle, c'est le revenu qui a une

influence sur la santé. Mais l'idée la plus répandue est qu'un niveau de scolarité plus élevé permet d'accéder à un emploi offrant plus de sécurité (Ross et Wu, 1996).

D'après l'association canadienne de santé publique15(*), suite aux études menées aux Etats-Unis et au Canada, en moyenne, les personnes ayant moins d'éducation ont l'espérance de vie plus courte et sont plus souvent malades. Les moins scolarisées, ont plus de risque de développer une crise cardiaque, l'ulcère de l'estomac, le diabète, les maladies rénales, la bronchite, la tuberculose que les plus scolarisées.

En 2007, Turra et Goldman observent les écarts socio-économiques de la mortalité parmi les Hispaniques aux Etats-Unis, en se basant sur les données relatives aux personnes âgées. Après utilisation des modèles de régression de Poisson sur des données recueillies entre 1989 et 1994 (source : National Health Interview Survey), et en prenant l'âge, le sexe et le statut socioéconomique comme variables explicatives de la mortalité des Hispaniques, Turra et Goldman découvrent que le taux de mortalité pour les Hispaniques varie significativement avec l'éducation et le revenu. Il ressort de cette même étude que le taux de mortalité des Hispaniques est plus important dans de niveaux inférieurs de la situation socioéconomique.

Winkleby et Jatulis arrivent à une conclusion presque similaire que précédemment. En effet, sur une étude menée en 1992 aux Etats-Unis, avec 2380 participants à la Stanfort five projet, et avec l'éducation et le revenu (ajusté par l'âge) comme variables explicatives des facteurs de risque associés à la maladie cardio-vasculaire, à savoir le tabagisme, la pression systolique, ils parviennent à la conclusion que la relation entre ces facteurs de risques et le statut socioéconomique a été plus forte et la plus cohérente pour l'éducation, indiquant ainsi un risque plus élevé associé aux niveaux inférieurs de l'enseignement.

Par ailleurs, Caldwell (1979) en abordant la question de la relation entre l'éducation de la mère et la santé de l'enfant arrive, suite à une étude menée au Nigeria, à la conclusion ci-après : l'effet de l'éducation de la mère sur la santé de l'enfant n'est pas seulement dû à des connaissances directement sanitaires mais aussi à trois facteurs relevant du statut de la mère dans son environnement et de son pouvoir de décision. Premièrement, les mères éduquées ont une attitude moins fataliste que les mères non éduquées, en face des maladies qui atteignent leurs enfants ; deuxièmement elles ont une meilleure capacité à utiliser les moyens sanitaires disponibles et le monde moderne en général, à la fois parce qu'elles connaissent mieux ce qui existe et parce qu'elles ont la capacité de mobiliser une attention sélective des personnels soignants ; et enfin, l'éducation des femmes accroît leur autonomie et diminue l'emprise traditionnelle des hommes sur elles, et leurs enfants pourront ainsi avoir une plus grande part des ressources de la collectivité.

* 15 Voir www.Acsp-ca.qc.ca, lien entre l'éducation et la santé

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.