WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse de la vulnérabilité de la santé de la femme: cas du cameroun

( Télécharger le fichier original )
par Monde MAMBIMONGO WANGOU
Institut Sous-régional de Statistique et d'Economie Appliquée (ISSEA) - Ingénieur Statisticien 2009
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2.3.3 Relation entre l'occupation d'un emploi et la santé

La littérature ne semble pas beaucoup se prononcer sur l'association entre l'occupation d'un emploi et la santé. Néanmoins, certains chercheurs estiment que le fait d'être au chômage affecte sérieusement la santé mentale (Morrell et al, 1998). Les chômeurs pour la plupart confrontés au manque de revenu consistant finissent par se considérer comme exclus de la société dans laquelle ils vivent : manque d'estime personnelle et perte d'identité.

Les études sur l'association entre l'occupation d'un emploi et la santé s'intéressent particulièrement au suicide et aux maladies cardiovasculaires.

En 1998, dans le souci de vérifier le lien entre le chômage et la maladie physique ou psychologique, Morrell, Taylor et Kerr interrogent dans le temps un échantillon de jeunes âgés de 15 à 24 ans et vivant à Sydney (enquête longitudinale australienne). Deux cohortes de 8995 individus ont été interrogées chaque année et pendant 4 ans au cours de la deuxième moitié de la décennie des années 1980. Kerry et al excluent de l'analyse les personnes qui étaient insatisfaites de leur emploi, des travailleurs non salariés et des personnes victimes de rupture de mariage au cours de la période des enquêtes. Après estimation des risques relatifs

par rapport au groupe de contrôle, à savoir les employés et un ajustement par l'âge et le sexe, Morrell et al constatent que le risque relatif de devenir psychologiquement perturbé en raison du chômage a été de 1,51 (95% : IC : 1,15-1,99), le risque relatif de rétablissement de la perturbation psychologique sur le retour à l'emploi chez les personnes psychologiquement troublées a été estimé à 1,63 (95% CI : 1,06-2,48). Ils constatent une forte association entre le chômage des jeunes et le suicide des jeunes. Les symptômes psychologiques comme la dépression et la perte de confiance ont été également associés au chômage des jeunes. Par ailleurs, l'association entre les chômeurs et les facteurs de risques tels que l'usage du cannabis, le tabac et la consommation d'alcool est plus élevée que chez les employés. Le taux de chômage a été une cause importante de troubles psychologiques chez les jeunes qui ont d'abord été employés, ne souffrant pas de problèmes de santé physique et psychologique.

2.3.4 Relation entre profession et santé

La liaison entre la santé et la profession a fait l'objet de plusieurs études à travers le monde. La plupart des études sinon la totalité, concourent à l'affirmation de l'existence d'un lien. En effet, Dickinson et Stobbe (1998) concluent à la suite de leurs travaux sur la question que certaines professions sont associées à des activités plus dangereuses ou des milieux de travail néfastes à la santé. Selon eux des emplois moins bien rémunérés peuvent nuire à la santé mentale.

Dans le but de vérifier les associations entre la profession et les facteurs de risque cardiovasculaire et de la maladie en Allemagne, Helmert, Shea et Bammann (1997) analysent des données provenant de 12093 hommes et de 12125 femmes âgés de 40 à 69 ans.

Les enquêtés ont eu à participer à trois séminaires régionaux et nationaux des enquêtes sur la santé menées dans l'ouest de l'Allemagne entre 1984 et 1991 dans le cadre des études allemandes de prévention cardiovasculaire. Les mesures normalisées ont été faites sur l'hypertension, le cholestérol, et l'obésité alors que le diabète, l'infarctus du myocarde, l'accident vasculaire cérébral, l'angine de poitrine ont été mesurés par autoévaluation. Helmert et al ont divisé les professions en 13 classes chez les hommes et en 12 classes chez les femmes. Suite à de multiples régressions logistiques en tenant compte de l'âge, des facteurs de risque cardiovasculaire, et le statut socio-économique, ils arrivent aux résultats suivants : chez les hommes 12 groupes professionnels ont eu des ratios de chance significativement plus élevés par rapport à la catégorie de référence (les enseignants) pour la prévalence de maladies cardiovasculaires. Par contre, aucune augmentation significative de chance de souffrir de maladies cardiovasculaires n'a été observée dans les 11 classes de femmes comparativement aux enseignantes Chez les hommes, les menuisiers, les serruriers, les commis d'entrepôt, les portiers, et les conducteurs, l'âge influence significativement la prévalence de l'autoévaluation de la maladie cardiovasculaire.

Entre 1985 et 1988, Marmot et al (1991) ont enquêté sur le degré et les causes de la morbidité dans une cohorte de 10314 fonctionnaires britanniques (6900 hommes, 3414 femmes) âgés de 35-55 ans (l'étude Whitehall II) Les participants ont été invités à répondre à un questionnaire auto administré et à assister à un examen de dépistage. Marmot et al ont trouvé une association inverse entre la qualité de l'emploi et la prévalence de l'angine de poitrine et les symptômes de la bronchite chronique. Les différentes qualités d'emploi ont été associées clairement aux comportements à risque de la santé dont le tabagisme, l'alimentation, la pratique des exercices.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net