WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

CAT devant une intoxication médicamenteuse aigue

( Télécharger le fichier original )
par Dahane Mihi
Université d'Oran - Algérie - CES en medecine d'urgence 2010
  

précédent sommaire suivant

4-K/ANTI-INFLAMATOIRES N/S

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont des médicaments très largement utilisés. À doses thérapeutiques, ils peuvent être responsables de nombreux effets indésirables dont certains sont très graves. Les principaux effets indésirables communs liés à la dose concernent le tube digestif et le rein alors que les réactions allergiques ou idiosyncrasiques peuvent prendre la forme commune, avec intolérance croisée très fréquente, sinon de règle, d'un syndrome de Fernand Widal(asthme à l'aspirine et aux autres AINS) ou d'une urticaire

chronique. Il existe des interactions potentiellement dangereuses avec de nombreux médicaments. Très diffusés, ils sont souvent responsables d'intoxications aiguës.

Ibuprofène [18] (Advil®, Nureflex®, Nurofen®, Ibuprofène®, Rhinadvil®, Upfen®)

La posologie quotidienne maximale de l'ibuprofène est de40 mg kg-1 chez l'enfant. Les prises uniques de moins de100 mg kg-1 ne produisent généralement aucun symptôme. Des complications graves ne sont susceptibles d'être observées que pour des doses ingérées d'au moins 400 mg kg-1. La plupart des intoxications aiguës par l'ibuprofène sont asymptomatiques (90 % chez l'enfant ; 50 à 60 % chez l'adulte). Lorsque des signes d'intoxication sont observés, ils sont généralement bénins (douleurs abdominales, nausées, vomissements, céphalées, sensations vertigineuses, bourdonnements d'oreille, vision floue, diplopie, nystagmus, somnolence). Dans quelques cas, des complications plus graves ont été observées : coma profond, hypothermie, convulsions, pauses respiratoires (en particulier, chez les très jeunes enfants), acidose métabolique, hypotension, troubles de l'excitabilité cardiaque, insuffisance rénale aiguë.

.Diclofénac (Voltarène®)

Les signes rapportés dans les quelques cas publiés sont des troubles digestifs, des acouphènes, une somnolence et une insuffisance rénale aiguë.

Acide niflumique (Nifluril®)

L'acide niflumique est potentiellement responsable d'intoxications graves. Les convulsions sont fréquentes. Souvent précédées de myoclonies, elles surviennent 0,5 à 12 heures après la prise. Elles peuvent se compliquer d'un coma, d'une acidose métabolique, d'une rhabdomyolyse, d'une insuffisance rénale aiguë, voire d'un arrêt cardiorespiratoire. Les autres manifestations observées au décours de surdosages sont des troubles digestifs et une hypoprothrombinémie

Acide tiaprofénique (Surgam®), kétoprofène(Profénid®), flurbiprofène (Antadys®)

Les surdosages en kétoprofène peuvent provoquer des troubles digestifs, une dépression du système nerveux central, des convulsions et une acidose métabolique.

Naproxène (Apranax®)

Les intoxications aiguës par le naproxène sont généralement asymptomatiques ou bénignes. Les symptômes les plus souvent observés sont des troubles digestifs, des céphalées et une somnolence. Des complications plus graves ont rarement été

rapportées : coma profond, convulsions, acidose métabolique, atteinte rénale (protéinurie et hématurie). Dans un cas, une hypoprothrombinémie, régressive sous vitamine K, a fait suite à la prise de 10 g de naproxène.

Généralement les AINS Même à forte dose, sont rarement toxiques. Doses toxiques mal connues.

- Biologie : ionogramme, créatininémie et urée, glycémie, NFS, TQ et TCA, transaminases. Bandelette urinaire (Lodine : faux + acétone et bilirubine).

Biologie à répéter à 12-24 et 48 heures, éventuellement en externe.

Risque supérieur chez le sujet âgé ou déshydraté. Troubles digestifs.

Sensations vertigineuses, diplopie, nystagmus, trouble visuel, céphalée,

somnolence, ataxie, fasciculations, convulsions (Ponstyl > 2-4 g).

Hypotension, brady-tachycardie. Insuffisance rénale aiguë, protéinurie,

hématurie. Dépression respiratoire. Hypothermie. Hypoglycémie.

Hypocoagulabilité. Hépatite, cholestase.

- Charbon activé. Pansement gastrique en cas d'épigastralgie.

Hospitalisation de 12 heures au moins en cas de dose significative.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.