WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le developpement local face a la politique de decentralisation

( Télécharger le fichier original )
par Yelba Patrice ILBOUDO
Ecole doctorale en dynamique des espaces et sociétés / Université de Ouagadougou - Master II R 2009
  

précédent sommaire suivant

IV.2.4.3- Le leadership communautaire

Dans toute communauté, il existe des leaders qui sont considérés comme des représentants de la communauté par les acteurs extérieurs. Ces leaders peuvent émerger à plusieurs sources de légitimité. En Afrique, « Aux cotés des leaders de l'Etat moderne, d'autres acteurs émanent d'autres sources de légitimité, émergent et obtiennent une forte adhésion des populations locales. Il s'agit des détenteurs de la légitimité coutumière (et religieuse) et ceux ayant la légitimité d'action (les diverses organisations de la société civile : association, ONG, etc.). » (Jean pierre Elong Mbassi J P cite par Nach Mback. C, 2003).

Par ailleurs, la coexistence de ces divers leaders pose la question de leur mode d'émergence. En effet, le processus d'émergence des leaders n'est pas le même selon que l'on se positionne du côté de l'autorité publique ou du côté de la population. Les critères d'émergence n'étant pas les mêmes.

Au demeurant, plus la communauté se reconnaîtra dans ses leaders, plus elle sera disposée à prendre part à la mobilisation populaire. En d'autre terme, l'existence d'un leadership actif, dynamique et surtout reconnu au sein de la communauté détermine l'engagement de cette dernière dans le processus de participation. Et l'inverse aussi pourrait se justifier : la participation peut conduire à l'émergence de nouveaux leaders plus représentatifs au sein de la communauté.

IV.2.4.4- Le désir de collaborer avec les autorités locales

Pour la population, s'associer avec les autorités locales dans une démarche commune de production n'est pas toujours une évidence (Zongo. B, 2005). Une certaine forme de réticence existe au sein de la population. Le taux élevé d'illettrisme, l'expérience historique malheureuse avec les pouvoirs publics et les normes socioculturelles en Guinée par exemple, constituent autant d'obstacles à la participation populaire (Christiane Loquai et al, document de réflexion ECDPM n°32) .

En général, les mauvaises expériences du passé sont toujours évoquées pour justifier le déni de confiance à l'endroit des autorités locales. Aussi, l'insuffisance de communication entre ces dernières et la population, la corruption et la pléiade de promesses électorales non tenues contribuent à générer une méfiance croissante à l'égard des autorités publiques. Gagner le défi du processus de participation, nécessite peut être donc l'établissement de nouveaux rapports de confiance, de nouvelles règles de jeu faciles à comprendre et à respecter surtout par la population.

Au final, grâce aux revues savantes consultées, nous avons pu retenir les éléments d'analyse qui permettent de mieux cerner les logiques propres à chaque acteur qui cherche à avoir le contrôle sur les ressources et les institutions de contrôle du processus de participation. Ainsi, pour l'autorité publique, ces éléments d'analyse sont : l'ouverture institutionnelle, le désir de collaborer, et l'appui conseil à l'organisation. Du côté de la population locale, il s'agit de la prise de conscience, du désir de collaborer, de la capacité d'organisation, et enfin le leadership.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.


Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy