WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le traitement médiatique du crash du vol Rio Paris par TF1 et Globo

( Télécharger le fichier original )
par Fernanda Morozini Batista
Université Paris 2 Panthéon-Assas - Institut Français de Presse 2010
  

précédent sommaire suivant

b) Le faux-semblant

Ou le recours a l'effet du réel tel qu'il est utilisé couramment

I. Le recours abusif au direct

Nous avons vu dans les résultats que le recours au direct a été utilisé par les deux journaux télévisés ; des illustrations montraient la présence d'un reporter de TF1 au Brésil et d'un reporter de GLOBO en France. Selon Arnaud Mercier, « La valorisation du direct, du duplex, ou des liaisons satellites, suffit souvent à justifier le reportage, même si les informations ainsi fournies sont de faible valeur » 38. Nous allons voir qu'en plus d'apporter une information de faible valeur, le recours au direct a été quelquefois abusif dans le traitement de l'information sur le crash, la présence d'un reporter sur le terrain n'étant pas vraiment justifiée.

L'émission du 3 Juin 2009 du 20 Heures a diffusé des images d'un de leurs reporters, Tristan Waleckx, en direct de la ville de Natal, au Brésil. Il se trouve que Natal n'était pas la ville oi se trouvaient les structures qui coordonnaient les recherches des corps et débris, cette structure étant placée à Recife, capitale économique du Nord-est du Brésil, localisée 260 km au sud de Natal. La présence du journaliste à Natal peut être expliquée par le fait qu'il comptait aller sur l'île de Fernando de

38 MERCIER Arnaud, Le journal télévisé: politique de l'information et information politique, p.205

Noronha, d'oi partaient les avions et bateaux pour les opérations de recherches39, pourtant, sa présence dans la ville n'apportait rien a l'enquête. L'utilisation du direct dans ce cas n'a eu d'autre but que de donner au spectateur un faux semblant de maîtrise de la réalité. D'ailleurs, GLOBO n'as dans aucun moment utilisé ses correspondants à Natal, mais seulement à Recife.

Fernando de
Noronha

260 km.

Reporter de TF1en direct de Natal

*

Zoom sur le plan du nord-est du Brésil

Le même phénomène s'est produit dans quelques interventions en direct de l'aéroport de Roissy. L'émission du 1er juin 2009 a par exemple fini avec une intervention de la reporter Anne-Claire Coudray, en direct de l'Aéroport Charles de Gaulle, pour dire que Air France, dans une dernière conférence de presse, « n'a donné aucun détail sur les circonstances de l'accident ». Etant donné qu'une telle information ne justifie pas la présence de la reporter sur le terrain, nous pouvons imaginer qu'ici également, le direct a été utilisé dans le but de créer un faux-semblant du réel.

GLOBO s'est prévalu du recours au direct maintes fois également, à Roissy notamment.

Une autre technique de mise en récit de l'information a également été utilisée de façon abusive dans le traitement médiatique du crash : l'exploitation des images.

39 Dans l'émission du lendemain, le 4 Juin, Tristan Waleckx se trouve à Fernando de Noronha

précédent sommaire suivant

Ledger Nano S - The secure hardware wallet