WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etude qualitative de la faune culicidienne de l'étang du quartier mairie (Zoetele - Cameroun)

( Télécharger le fichier original )
par Serge Eugène AMOUGOU ZIBI
Université de Yaoundé I - DEA 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

CHAPITRE III : RESULTATS ET INTERPRETATIONS 31

III.1. ABONDANCE DES LARVES , DES NYMPHES ET LA RICHESSE SPECIFIQUE DES ADULTES DE LA FAUNE DE CULICIDAE DE L'ETANG DU QUARTIER

MAIRIE DE ZOETELE EN 2006 ..32

III.1.1.Abondance des larves de Culicidae du quartier Mairie de Zoétélé en 2006 ..32

III.1.2. Abondance des nymphes de Culicidae du quartier Mairie de Zoétélé en 2006 ....32 III.1.3.Richesse spécifique et abondance des imagos de Culicidae du quartier Mairie de Zoétélé en 2006 ...... .33
III.2. ABONDANCE MENSUELLE LARVAIRE DES DIFFERENTS GENRES DE

CULICIDAE DE L'ETANG DU QUARTIER MAIRIE DE ZOETELE EN 2006 35
III.3.VARIATIONS SAISONNIERES NUMERIQUES DES LARVES, DES NYMPHES

ET DES IMAGOS DE CULICIDAE 38

III. 3.1.Variations saisonnières numériques des larves de Culicidae . ..38

III.3.2. Variations saisonnières numériques des nymphes de Culicidae 39

III. 3.3.Variations saisonnières numériques des imagos de Culicidae 40

III.4. MORPHOLOGIE SOMMAIRE DES IMAGOS DES DIFFERENTES ESPECES DE CULICIDAE IDENTIFIEES AU QUARTIER MAIRIE DE ZOETELE EN 2006 42

CHAPITRE IV : DISCUSSION 53

CONCLUSION ET PERSPECTIVES 58

RECOMMANDATIONS 61

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES 63

ANNEXES 69

LISTE DES FIGURES.

Figure 1 : Site d'étude ...27

Figure 2 : Abondance absolue des différentes sous-familles et genres de Culicidae de

l'étang du quartier Mairie de Zoétélé en 2006

..35

Figure 3 : Morphologie d'Anopheles moucheti femelle

42

Figure 4 : Morphologie d'Anopheles nili femelle

.43

Figure 5 : Morphologie d'Anopheles gambiae femelle

.44

Figure 6 : Morphologie d'Anopheles funestus femelle

..45

Figure 7 : Morphologie de Culex quinquefasciatus femelle

.46

Figure 8 : Morphologie de Culex duttoni femelle

.47

Figure 9: Morphologie de Culex tigripes mâle

..48

Figure 10 : Morphologie d'Aedes albopictus femelle

..49

Figure 11 : Morphologie d'Aedes aegypti femelle

50

Figure 12 : Morphologie d'Aedes tarsalis femelle

51

Figure 13: Morphologie d'Aedes vittatus femelle

.52

LISTE DES TABLEAUX

Tableau I : Insecticides recommandés par l'OMS pour imprégner les moustiquaires 23
Tableau II : Relevés des précipitations et températures dans la ville de Zoétélé de

janvier à décembre 2006(Station météorologique de Sangmélima) .29
Tableau III : Abondance par sous-familles des larves de Culicidae de l'étang du

quartier Mairie de Zoétélé en 2006 .32
Tableau IV : Abondance par sous-familles et genre des nymphes de Culicidae de

l'étang du quartier Mairie de Zoétélé en 2006 .33
Tableau V : Richesse spécifiques et abondance de Culicidae adultes de l'étang du

quartier Mairie de Zoétélé en 2006 34
Tableau VI : Abondance mensuelle larvaire par genre de Culicidae de l'étang du

quartier Mairie de Zoétélé en 2006 36
Tableau VII : Abondance mensuelle des différents stades de développement de

Culicidae de l'étang du quartier Mairie de Zoétélé en 2006 37
Tableau VIII : Taux de transformation des différents stades de développement de

Culicidae de l'étang du quartier Mairie de Zoétélé en 2006 .37
Tableau IX: Evolution saisonnière des différents stades de développement des

Culicidae de l'étang du quartier Mairie de Zoétélé en 2006 38
Tableau X : Evolution saisonnière de larves de Culicidae par genre de l'étang du

quartier Mairie de Zoétélé en 2006 39
Tableau XI : Evolution saisonnière de nymphes de Culicidae par genre de l'étang du

quartier Mairie de Zoétélé en 2006 40
Tableau XII : Evolution saisonnière des différentes espèces de Culicidae de l'étang du

quartier Mairie de Zoétélé en 2006 41

LISTE DES ABREVIATIONS

A.D.N. : Acide Désoxyribonucléique

Cm. : Centimètre Cu. : Culex

Déc. : Décembre °c. : Degré celsius fév. : Février

GSP. : Grande Saison de Pluies

GSS. : Grande Saison Sèche

I.R.D. : Institut de Recherche pour le Développement

jan. : Janvier

juil. : juillet

Km. : Kilomètre L. : Litre

L1. : Larve stade 1

L2. : Larve stade 2

L3. : Larve stade 3 L4 ..: Larve stade 4 m. : Mètre

mm. : Millimètre nov. : Novembre oct. : Octobre

OMS : Organisation Mondiale de la Santé

%. : Pourcentage

PSP. : Petite Saison de Pluies

PSS. : Petite Saison Sèche

Sept. : Septembre.

Les moustiques sont des insectes holométaboles, qui subissent une métamorphose complète. Ils se développent à travers les stades ovulaire, larvaire et nymphal avant d'atteindre le stade adulte ou imago (Cléments, 2000). Ces diptères causent des nuisances considérables et transmettent à l'Homme et aux animaux, de nombreuses maladies parmi lesquelles le paludisme, les arboviroses (dengue, fièvre jaune, encéphalite...), les filarioses lymphatiques (brugioses, loase, mansonnelose, wuchereriose...).

Le paludisme est la maladie parasitaire la plus répandue dans le monde. Cette maladie est actuellement la première cause de mortalité et de morbidité infantile dans les pays en voie de développement (OMS, 1999), entraîne le décès de plus de 2 millions de personnes par an (IRD, 2004). Elle est due au Plasmodium, agent pathogène transmis à l'homme par la piqûre des moustiques du genre Anopheles .Le paludisme est caractérisé par des accès de fièvres récurrents, douleurs musculaires, d'un affaiblissement, de vomissements, de diarrhées, de toux, de vertiges, de nausées, de tremblements avec sueurs froides et transpiration d'asthème ...

La prolifération de ces vecteurs est favorisée par l'insalubrité liée au progrès d'urbanisation et de l'industrialisation des villes qui n'ont pas été suivies de ceux de l'évacuation des ordures (Bruce-Chwatt, 1983).

Une bonne connaissance de la distribution géographique de diverses espèces de moustiques, ainsi que la maîtrise de leur bio-écologie et surtout une réactualisation constante de ces données permettrait d'affiner et de choisir les moyens de lutte antivectorielle efficace. Les méthodes de lutte antivectorielle regroupent toutes les méthodes chimiques, physiques, biologiques ou génétiques utilisées pour rompre la chaîne épidémiologique au niveau d'un vecteur particulier (Foko, 2007). Les stratégies adoptées ont pour objectif de réduire les densités des populations vectrices à un niveau très bas, ou de limiter le contact Homme-vecteur (Carnevale et Mouchet, 1990).C'est à cet effet que cette étude dont le but est de

déterminer la richesse spécifique de la faune culicidienne de l'étang du quartier Mairie de Zoétélé, a été menée.

L'objectif général de ce travail est de contribuer à la connaissance de la faune culicidienne de l'étang du quartier Mairie de Zoétélé.

Nos objectifs spécifiques sont les suivants :

- Déterminer l'abondance larvaire, nymphale et la richesse spécifique des adultes de la faune culicidienne de l'étang du quartier Mairie de Zoétélé ;

- Evaluer l'abondance mensuelle larvaire des différents genres de Culicidae l'étang;

- Etudier les variations saisonnières numériques des larves, des nymphes et des imagos de Culicidae ;

- Faire la morphologie sommaire des différentes espèces identifiées.

REVUE DE LA LITTERATURE SUR

LES CULICIDAE

I-1 POSITION DANS LA SYSTEMATIQUE DES CULICIDAE

Selon Grassé (1961), Boué et Chanton (1962), la position systématique des Culicidae est la suivante :

Embranchement des Arthropodes (Siebold et Stannus, 1845) :

corps à symétrie bilatérale ;

corps métamérisé et recouvert d'une cuticule ; présence d'appendices articulés.

Sous embranchement des Antennates ou Mandibulates :

présence d'une paire d'antennes à rôle sensoriel ; présence d'une paire de mandibules.

Classe des Insectes ou Hexapodes :

respiration trachéenne ;

corps divisé en trois tagmes : tête, thorax, abdomen ; trois paires d'appendices locomoteurs.

Sous classe des Ptérygotes :

présence d'ailes au moins à un stade de leur développement postembryonnaire;

Section des Oligonéoptères :

champ jugal avec une seule nervure longitudinale simple ; ailes repliées en arrière au repos.

Super ordre des Mécoptéroïdes (Brauer, 1885) :

pièces buccales de type suceur ou piqueur ; stipes des maxilles divisés transversalement.

Ordre des Diptères (Linné, 1758) :

présence d'une seule paire d'ailes, les antérieures, les postérieures étant transformées en balanciers ;

pièces buccales de type piqueur-suceur ;

tarses pentamères ;

larves apodes à tête généralement peu ou non différenciées.

Sous-ordre des Nématocères (Latreille, 1825) :

palpes grêles formés de deux à cinq articles ;

antennes longues, filiformes et multiarticulés ;

pronotum séparé du mésonotum par une suture transverse.

Famille des Culicidae (Latreille, 1825) :

corps recouverts d'écailles filiformes ; repas sanguin obligatoire chez la femelle ;

appareil buccal avec une trompe allongée, droite et recourbée, toujours dirigée vers l'avant.

Sous-famille des Anophelinae (Théobald, 1905) :

trompe dressée en avant, beaucoup plus longue que le reste du corps ; présence des taches sur les ailes ;

OEuf muni de flotteurs latéraux ;

base de la première nervure alaire sombre ;

scutellum régulièrement courbé au bord postérieur.

Genre Anopheles (Meigen, 1818) :

taches formées par les écailles claires et sombres sur la costa ; présence ou non des touffes d'écailles latérales sur l'abdomen.

Espèce Anopheles funestus (Giles, 1900) :

palpes des femelles avec trois bandes pâles très étroites ;

costa avec quatre taches pâles, le quart basal entièrement noir ;

fémurs et tibias entièrement noirs, parfois une petite tache pâle à l'apex du

tibia.

Espèce Anopheles gambiae (Giles, 1902) :

palpes des femelles avec trois ou quatre bandes pâles ;

costa avec cinq taches pâles dont deux basales ;

tarse antérieur largement annelé et pâle au niveau des articulations.

Espèce Anopheles moucheti (Evans, 1925) :

palpes lisses, avec trois bandes pâles, bande apicale pâle impliquant tout le dernier segment ;

costa avec une tache pâle à l'apex de la nervure anale et d'une tache pâle entre la nervure anale et la base de l'aile ;

présence d'une tache pâle à l'apex des tarsomères I à IV quatre des pattes.

Espèce Anopheles nili (Théobald, 1904) :

palpes des femelles étroits, une seule bande pâle à l'apex ;

costa avec trois taches pâles, dont une basale de petite taille ;

fémurs et tibias antérieurs, noirs avec parfois une minuscule tache blanche à l'apex.

Sous-famille des Culicinae :

scutellum trilobé ;

palpes plus courts que la trompe chez les femelles ;

au repos, les adultes se tiennent parallèlement au support sur lequel ils sont

posés.

Genre Culex (Linné, 1758) :

les adultes n'ont pas de poils spiraculaires ni post-spiraculaires ;

l'extrémité abdominale des femelles est tronquée et le premier segment flagellaire des antennes plus court que chacun des segments suivants.

Espèce Culex duttoni (Théobald, 1901) :

proboscis noir avec un large anneau médian pâle chez le mâle, noir et intensivement blanc ventralement chez la femelle ;

pas d'écailles sombres;

tarses I à III avec des bandes pâles basales et apicales chez le mâle ou tibia et tarses I à V avec des bandes pâles basales et apicales chez la femelle ;

aile sombre .

Espèce Culex quinquefasciatus (Say, 1823) :

proboscis noir parfois pâle ;

écailles présentes et sombres ;

tarse I à III avec des bandes pâles basales et apicales ; tarse IV et V entièrement pâle ;

ailes sombres.

Espèce Culex tigripes (De grandpré et De Charmoy1900 ) :

proboscis noir ;

écailles sombres sur le corps et jaunes à la limite des ailes ;

fémur, tibia et tarse sombres excepté le fémur de la patte mésothoracique ; aile entièrement sombre avec des écailles jaunes à leur limite.

Genre Aedes (Meigen, 1818) :

la plupart des femelles portent des griffes tarsiennes denticulées ;

l'extrémité abdominale est peu effilée et porte des cerques beaucoup plus long que dans les autres genres.

Espèce Aedes aegypti (Linné, 1762) :

plaques blanches antérolatérales en forme de lyse ;

ligne blanche présente sur le fémur de la patte médiane ;

tarse I à II des pattes pro et mésothoracique avec une bande pâle apicale ; tarse I à IV de la patte métathoracique avec une bande pâle apicale, et tarse v entièrement pâle.

Espèce Aedes albopictus (Skuse, 1894) :

présence d'une large ligne médiane ;

pas de plaques blanches ;

tibia entièrement sombre, fémur avec une tache blanche basale ;

tarse I à II des pattes pro et mésothoracique avec une bande pâle apicale ; tarse I à IV de la patte métathoracique avec une bande blanche apicale, et tarse V entièrement pâle.

Espèce Aedes tarsalis (Newstead, 1907) :

présence d'une bande blanche cylindrique sur le proboscis ; présence des taches apicales et subapicales sur les tarses.

Espèce Aedes vittatus (Bigot, 1861) :

présence de cinq paires de plaques blanches dorso-ventralement ; fémur moucheté avec des bandes blanches subapicales ;

tarse I à III des pattes pro et mésothoracique avec une bande blanche apicale ;

tarse I à IV de la patte métathoracique avec une bande blanche apicale, et tarse V entièrement pâle.

Genre Mansonia (Blanchard ,1901) :

larves fixées à l'aide des siphons aux tiges et aux racines des plantes aquatiques ;

Sous-famille des Toxorhynchitinae : Genre Toxorhynchites (Théobald ,1901) :

grande taille ;

non hématophage ;

paré de couleurs brillantes ;

I-2 BIO-ECOLOGIE ET MORPHOLOGIE SOMMAIRE DE DIFFERENTS STADES DE DEVELOPPEMENT DE CULICIDAE

Le cycle de développement complet des moustiques comprend quatre stades : l'oeuf, la larve, la nymphe et l'adulte. Les trois premiers stades de développement (l'oeuf, la larve et la nymphe) sont aquatiques et le dernier stade (adulte) est aérien. La durée de vie de chaque stade est conditionnée par des paramètres environnementaux (Kye, 1999 ; Lyimo et al, 1991).

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net