WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le Samusocial Mali et la prise en charge médico-psycho-sociale des enfants de la rue en situation d'urgence sociale. Quelles problématiques pour quelles prises en charge?

( Télécharger le fichier original )
par Jean Douba KONE
Institut national de formation des travailleurs sociaux - Diplôme supérieur en travail social 2010
  

précédent sommaire suivant

2.2 Quelques éléments du champ de sociologie

a) De l'errance :

Un des visages que l'on retrouve chez les personnes qui vivent à la rue est le visage de l'errance. L'errance a toujours existé et s'est manifestée un peu partout, quels que soient les espaces et les époques. Outre ses aspects canoniques (nomadisme, migration, etc.), elle a pris au cours des temps, des formes plus ou moins tolérées : le vagabondage par exemple.

L'errance des personnes à la rue peut se définir23(*) : comme le déplacement forcé sur un territoire de ceux qui n'ont plus ni logement, ni vêtements normés, ni travail. Elle engendre la misère absolue. On retrouve la figure des enfants, adolescents et jeunes errants. Ces derniers le deviennent à la suite de circonstances généralement familiales. Ils sont devenus sans domicile fixe malgré eux, contre leur propre volonté, en fonction de conjonctures diverses à la fois familiales, culturelles, psychologiques et sociales. Ils établissent des relations entre eux. La catégorie des enfants de la rue s'y retrouve pleinement.

2.3 Quelques éléments du champ de l'anthropologie

a) Le concept de maltraitance en Afrique noire

Il a été précisé précédemment que la douleur physique et les privations sont considérées comme des valeurs positives de l'éducation comme indispensables pour que l'enfant devienne un adulte fort et accompli. Mais où se situe la limite entre une « bonne éducation » qui implique qu'un enfant soit corrigé et la maltraitance ?

De même dans ces sociétés où la hiérarchie unanimement reconnue est celle basée sur l'âge, l'âge étant en effet, un critère de respect, quels comportements à l'égard de l'enfant sont considérés comme mauvais traitements ? Quels modes de régulation existent ?

2.4 Quelques éléments du champ de la psychologie

a)La notion de sur adaptation paradoxale24(*)

Cette notion développée par Olivier DOUVILLE, tente d'expliciter le paradoxe suivant : lorsqu'on rencontre des enfants de la rue, on est parfois bien surpris de trouver des enfants souriants, se présentant comme des experts de la rue (caïds).

Ces enfants ne se présentent pas comme des victimes au regard des différents traumatismes qu'ils ont subit, ils ont l'air de vivre de manière sur adaptée à un environnement hostile et menaçant. Il convient donc de ne pas considérer ces enfants et ces adolescents uniquement comme des victimes et des êtres abîmés par l'existence, mais comme des sujets capables de développer d'intenses stratégies de survie. Cependant, certaines adaptations à l'immédiat amputent l'enfant d'une bonne part de sa vie psychique et émotive, de sorte que des régressions sont nécessaires pour réinvestir ce qui a été laissé de coté ; et c'est la raison pour laquelle certains de ces enfants dès lors qu'ils sont écoutés et accueillis commencent à aller moins bien, à faire des cauchemars, à être malade parce qu'ils savent que désormais on touchera leur corps pour les soigner et non plus pour les violenter. Ils peuvent quitter cette anesthésie de parade dont ils avaient impérieusement besoin dans le contexte de la vie dans la rue.

* 23 Les SANS DOMICILE FIXE Un phénomène d'errance, Louis Moreau de Bellaing - Jacques Guillou, l'Harmattan, 1995

* 24 Olivier DOUVILLE Psychologue clinicien Université de Paris

précédent sommaire suivant