WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Gestion des eaux usées domestiques dans le district de Bamako. Cas de la commune V

( Télécharger le fichier original )
par Sidiki KONATE
Institut universitaire du développement territorial Mali - Master 2 2012
  

précédent sommaire suivant

2.3- Les activités de la commune V

L'économie de la commune V est basée sur la péche, l'agriculture (maraichage), l'élevage, le petit commerce.

> Un secteur primaire encore vivace.

Au niveau du secteur primaire, le maraichage demeure l'activité la plus dynamique.

Autrefois, activité à temps partiel, elle est devenue aujourd'hui de par la ressource qu'elle génère une activité à temps plein pour des milliers de familles. Les bordures du fleuve à

Badalabougou, Torokorobougou, Baco-Djicoroni et même le lit du fleuve en période des basses eaux sont des aires de maraichage.

Quant à la céréaliculture, malgré les dispositions légales prises en 1982 pour l'interdire elle persiste bien qu'elle soit gênée par l'urbanisation et le peuplement de commune avec une densité moyenne de 5 habitants au km2. La pèche est pratiqué le plus souvent par les bozos et les Somonos installés dans la commune.

Les habitants des villages voisins ont gardé leurs activités premières à savoir l'agriculture. La demande plus en plus forte en fruits, légumes, et poissons explique la survivance du secteur primaire faisant de la commune V une des plus rurales du district de Bamako.

> Un secteur tertiaire hésitant et un secteur informel dynamique

Comparativement aux autres communes l'administration est un des piliers du secteur tertiaire représentée en commune V, en dépit du processus de réhabilitation et de rénovation qui a bouleversée son aspect. La commune V est le siège des ambassades, des organismes internationaux et autres représentations diplomatiques également le siège de quelques services centraux, tel le rectorat de l'université de Bamako.

> La politique sanitaire de la commune V est articulée autour du centre secondaire de

référence appuyé par plusieurs centres de santé communautaire (une dizaine d'aire) est dispensé le paquet minimum.

> En matière scolaire, la commune compte huit (8) groupes scolaires publics et de nombreuses écoles privées, des centres de développement de la petite enfance, des lycées, des centres de formations professionnelles et des centres d'animation pédagogiques (CAP), y est présente et une académie d'enseignement.

L'activité centrale du secteur tertiaire demeure le commerce. L'artisanat en plein essor est exercé à travers les différents métiers au niveau du centre de Baco-Djicoroni.

Le secteur informel englobant les activités non déclarées : petits vendeurs ambulants petits prestataires de services jouent un rôle non négligeable dans les activités de la commune V.

Cependant on peut dire que la commune n'abrite aucune gare, mais une grande partie de la population active travaille dans les entreprises et les services du centre ville, ce qui explique ce qui explique l'importance d'un mouvement pendulaire.

Les différentes actions entreprises par les autorités communales notamment l'organisation de la journée de curage de caniveaux à l'approche de l'hivernage a considérablement amélioré le cadre de vie. Cependant ces actions d'assainissement du fait de leur caractère ponctuel ont un effet limité et ne s'inscrivent pas dans une perspective de changement de comportement.

18

Les ouvrages (caniveaux et collecteurs) de drainage des eaux de pluies sont transformés en dépotoirs d'ordures (liquides ou solides). Les GIE d'assainissement disposent de peu de ressources pour couvrir les besoins de la commune.

Face à ce constat, les autorités communales en collaboration avec les services techniques et les organisations de la société civile ont décidé d'entreprendre dans l'optique de trouver une solution adéquate et intégrée aux préoccupations des populations par rapport aux questions d'assainissement. Elles ont mis en route un processus d'élaboration d'un plan triennal d'assainissement.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.