WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'insécurité alimentaire dans la région du Nord au Cameroun: représentations sociales, stratégies de lutte et enjeux

( Télécharger le fichier original )
par Alain Christian ESSIMI BILOA
Université de Yaoundé I - Master en sociologie 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

I-2-2 L'usage abusif des ressources environnementales

Les populations du Nord sont, comme dans tout écosystème, en interaction permanente avec leur milieu de vie. Cette interaction permanente non seulement avec l'environnement immédiat, mais aussi des populations entres elles est à l'origine de la pérénisation de l'insécurité alimentaire.

Selon Von MAYDEL,

« Les ressources de la savane contribuent à compléter la ration alimentaire des populations rurales. Divers organes de la plante sont consommés : les feuilles (balanites aegyptiaca) ; le fruit (tamarindus indica, sclerocarya birrea). En outre

la médecine traditionnelle repose essentiellement sur les propriétés curatives de diverses espèces végétales.

Les espèces végétales herbacées et ligneuses de la savane produisent le matériau nécessaire à la production de plusieurs objets utilisés dans la vie domestique. Diverses écorces d'espèces ligneuses sont utilisées pour le cordage (piliostigma thonningri), comme colorants et tamis. Des outils et des ustensiles divers sont faits à partir des espèces ligneuses telles que anogeissus leiocarpus (..)

La production du bois de feu et du charbon constitue dans la région la plus importante forme d'exploitation des espèces ligneuses des savanes. »57

Autrement dit, dans la région du Nord, il y a une destruction abusive de la couverture végétale. Ceci est du à la coupe anarchique des arbres pour constituer le bois de chauffage ou pour commercialiser. Cette coupe anarchique est le fait des populations riveraines mais surtout des migrants venus de l'Extrême-Nord et dont l'activité principale après leur installation est la recherche du bois de chauffage et la chasse. Le bois de chauffage est utilisé dans la cuisson des aliments. Ce bois s'acquiert chez les vendeurs ambulants ou encore il est cherché par les femmes ou par les enfants. Tout comme l'eau dans les zones désertiques, il faut parfois parcourir plusieurs kilomètres pour un fagot de bois que l'on utilise de manière très rationnelle vu la pénibilité liée à son acquisition.

Selon l'Observatoire Mondial de la Viabilité Energétique : rapport du Cameroun (2002), 1% seulement de la population rurale de la région du Nord a accès au gaz domestique et à l'énergie électrique. Le pétrole coûte cher à cause de l'éloignement, la seule source reste le bois que leur offre la savane ou la steppe. La demande en bois de chauffe a augmenté en fonction des besoins et de l'émergence des classes moyennes. Ce bois provient des arbres coupés pour l'extension des champs, en particulier ceux de sorgho. On estime à environ 2 kg la consommation journalière par personne de bois de chauffe. Ce qui engloutirait près de 3.000 tonnes de bois de chauffe par jour. Avec un chiffre d'affaire estimé à près d'un milliard de F.CFA, la filière bois de feu représente un secteur clé de l'économie du Nord-Cameroun58.

La conséquence immédiate est la dégradation accélérée de la flore, entraînant une dégradation des conditions climatiques. On en arrive au prolongement de la durée de la sécheresse avec l'avancée du désert qui empêchent le semis et la production des denrées alimentaires.

57 Von MAYDEL cité par Samuel NDEMBOU dans Le développement rural dans la plaine de la Bénoué : changements géographiques et permanence sociale, Villeneuve d'Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2001, pp.41-44.

58 Source : YENGUE J. L. , Les améliorations du déboisement et du reboisement dans le Nord du Cameroun , Annales de géographie, n°624, 2002, pp. 138-156.

Pour résumer avec Samuel NDEMBOU,

« Le fort taux de croissance de la population humaine accroît la pression sur les ressources naturelles surtout les ressources forestières. Les plus grands facteurs de cette déforestation sont : l'agriculture itinérante sur brûlis, la coupe du bois de chauffe et d'exportation.»59

L'usage du feu par les populations constitue l'une des causes de la dégradation des écosystèmes qui favorise à son tour l'insécurité alimentaire. Les populations rurales sont divisées en deux grands groupes qui ont pour principales activités l'agriculture et l'élevage. Marginalement, il y a les chasseurs. Les agriculteurs brûlent la brousse dans l'optique de préparer les semis. Les éleveurs brûlent la brousse pour permettre le bourgeonnement des jeunes pousses afin de nourrir leurs bêtes. Quant aux chasseurs, ils brûlent la brousse pour déloger le gibier mais encore pour éloigner les bêtes féroces et les serpents des habitations et se sentir en sécurité.

Personne ne maîtrise toujours l'ampleur de ces feux de brousse qui se propagent parfois dans les exploitations voisines en production ; voire au niveau des maisons d'habitation. Le rapport de la FAO sus-mentionné conclue que :

« Les incendies peuvent détruire de vastes étendues forestières en quelques jours, infligeant des dégâts qui prendront des années à être réparés. Ils peuvent entraîner des pertes de vie humaine, de bétail, de faune sauvage et de cultures ainsi que des dommages considérables aux biens, aux moyens d'existence et à l'environnement naturel. »60

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net