WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'effet des amendements organiques sur la structure des communautés de nématodes sur culture de tomate dans la région de Touggourt en Algérie

( Télécharger le fichier original )
par Soumya BELAHAMMOU
Université Saad Dahleb de Blida Algérie - Master académique en sciences de la nature et la vie spécialité : phytopharmacie appliquée 2011
  

précédent sommaire suivant

II.5. Importance des nématodes dans les écosystèmes

Les nématodes sont parmi les organismes multicellulaires les plus abondants et les plus évolué. Ils ont la capacité d'adaptation physiologique et comportementale envers divers habitats et niches écologiques riche en carbone organique (Howard, 2004). D'après Bongers et Ferris (1999), les quatre cinquième du monde animal multicellulaire de la planète sont représentés par les nématodes. De nombreuses espèces sont libres, vivant dans les sols, les eaux douces ou marines ; certaines sont parasites de vertébrés (ascaris, oxyures, trichines, strongles...), ou d'insectes ; d'autres sont phytophages (Maurin, 1999 in Kadem). Ils se développent sous une large gamme de conditions environnementales, et ils répondent facilement aux modifications de l'environnement (Bongers et Ferris, 1999; Urzelai et al., 2000; Diemont et al., 2006; Ferris et Bongers, 2006).

Dans des écosystèmes naturels, les nématodes contribuent à la diversité spatiale et temporelle des plantes (De Deyn et Van der Putten, 2005). L'activité d'alimentation des nématodes contribue à la stabilité de la chaine trophique du sol. Quand des sols sont dégradés il peut y avoir des effets néfastes sur la qualité du sol et de l'eau (Viglierchio, 1991). D'après Gupta et Yeates (1997), Les nématodes (libres et phytoparasites) représentent l'outil le plus adapté car ils sont les plus étudiés taxonomiquement, connus par leur habitude alimentaire et par les dégâts qu'ils causent aux cultures agricoles. Les nématodes jouent un rôle important dans les processus des composants de la plupart des écosystèmes. Les travaux de Ingham et aI., (1985) ; Ferris et aI., (1998) affirment que dans la chaîne trophique du sol, des nématodes sont impliqués dans la transformation de la matière organique en des éléments minéraux et organiques qui peuvent être mis au profit de la croissance et la production des plantes. Selon, Seastedt, (1984) ; Seastedt et al.

(1988) ; Trofymow et Coleman (1982) ; et Yeates et Coleman (1982) les nématodes agissent sur la croissance et l'activité métabolique des microorganismes, en modifiant les communautés microbiennes, régulent ainsi le taux de décomposition des matières organiques et la minéralisation des éléments nutritifs.

Les assemblages des nématodes du sol sont divers et renferment un grand nombre d'individus de petite taille qui sont en contact avec la solution de sol et utilisent une large gamme des ressources alimentaire. Ils ont un cycle de vie court et sont aisément prélevés et identifiés. Par conséquent, plusieurs études récentes ont employé l'analyse des communautés de nématode pour évaluer la "santé de sol" ou sa "durabilité" en particulier les sols cultivés (Yeates et al., 19981 ; Freckman et Ettema, 1993; Yeates et al., 1994).

Une gamme d'indices (diversité, abondance, maturité) basés sur les proportions de la communauté de nématodes destinés aux taxons, aux stratégies reproductrices, ou groupes trophiques sont employées. Ces indices de la nématofaune reflètent les changements réels de la communauté de nématodes dans beaucoup de conditions. Ces changements indiquent des changements de sol et de processus écologiques. Par la compréhension du rôle des nématodes dans ces processus qu'une meilleure compréhension du rapport entre les plantes et les communautés de nématode de sol peuvent être obtenu.

Diverses investigations mettent en évidence un rôle important des nématodes dans les processus essentiels du sol. A titre d'exemple la contribution directe des nématodes à la minéralisation de l'azote et à la distribution de la biomasse dans les plantes, les travaux de Trofymow et Coleman, (1982), montrent qu'en présence des nématodes bactérivores et fungivores plus d'azote est disponibles sous la forme d'ammonium qu'en leur absence. Dans des conditions sur champs, les nématodes bactérivores et prédateurs participent de la minéralisation de l'azote (directement et indirectement) d'environ 8% et 19% respectivement, dans les systèmes de l'agriculture conventionnelle et intégrée (Beare, 1997).

Depuis les années 1970, les nématodes ont été utilisés comme bio moniteurs (bio surveillance) de l'environnement dans les systèmes aquatiques (Deborah et Neher, 2001). Cas de Panagrellus redivivus pour détecter les concentrations de

toxines qui affectent la mue et la croissance de l'organisme par la stimulation, l'inhibition ou létalité, et fournit un test biologique rapide efficace et économique.

Ce nématode a été utilisé pour détecter les effets toxiques d'environ 400 produits chimiques (Samoiloff, 1987). Dés les années 1980, l'intérêt accru pour l'utilisation de communautés nématodes comme des indicateurs pour surveiller l'environnement terrestre (Bongers, 1990 et Freckman, 1988).

Plusieurs auteurs attestent que l'utilisation des nématodes comme des bio indicateurs est due à plusieurs de leur caractéristiques biologiques.

D'une part d'ordre morphologique, ils sont doté d'une cuticule perméable, qui leur permet de réagir à une gamme de polluants et de répondre avec la capacité de rétablissement des écosystèmes des sols (Saly et Ragala, 1984; Wasilewska, 1979, 1989). Cette cuticule est également transparente facilitant leur identification morphologique sans recourt à la dissection, (Bongers et Ferris, 1999). D'autre part d'ordre physiologique, certains nématodes ont des formes de résistance comme anhydrobiose ou enkystement (formation des kystes) qui leur permettent de survivre à conditions environnementales défavorables. Bien que d'autres sont plus sensibles, comme les espèces de l'ordre des Dorylaimida n'ont pas de stades résistants, ce qui les rend plus sensibles aux changements environnementaux (Bongers, 1999).

Ces caractéristiques peuvent également être de nature biochimique, selon Hashmi et al. (1997), les nématodes ont des protéines de choc thermique qui sont hautement conservées. Selon, Kammenga et al. (1998), l'expression de ces protéines est améliorée lorsqu'ils sont exposés à des stress comme la chaleur, des ions métalliques, ou toxines organiques. Ces protéines pourraient servir de biomarqueurs pour l'évaluation écotoxicologique des sols (Guven et al., 1994, 1999; Kammenga et al., 2000).

Dans le cadre de la recherche de solution alternative aux nématicides pour le contrôle des nématodes phytoparasites, il s'agit de déterminer des pratiques qui permettent de réduire les dégâts sans forcément réduire l'abondance des nématodes (Cadet et al, 1997 ; Cadet, 1998). Pour pallier à cette difficulté, il est apparu nécessaire d'examiner la situation sous l'angle qualitatif (Spaull et Cadet, 1990 ; Baujard et Martiny ,1995).

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Bitcoin - Magic internet money - Join us !