WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La gestion des risques de taux d'intérêt et de change par l'approche ALM: Le cas de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD)


par Arouna Soro
CESAG - Master en Banque et Finance 2006
  

précédent sommaire suivant

7.5/- Synthèse Des Résultats

L'objet de ce chapitre, rappelons-le, est de proposer la mesure du risque de taux d'intérêt qui soit complémentaire des mesures de volume et de marge utilisées par la BOAD. A cet effet, nous avons opté pour la mesure de valeur de risque de taux d'intérêt par l'utilisation de la VAN et de la duration pour analyser l'impact d'une évolution des taux sur la valeur patrimoniale et les fonds propres de la Banque. Nous en sommes parvenus aux résultats suivants pour une anticipation à la baisse des taux d'intérêt de 0.50%:

- Impact sur la valeur patrimoniale : la duration de l'Actif (3,52 mois soit 0.293 année) est supérieure à celle du Passif du bilan (2,70 mois soit 0.225 année) ce qui signifie que l'Actif est plus sensible que le Passif aux variations de taux d'intérêt. On en conclut que l'Actif se dépréciant plus vite que le Passif, la VAN du bilan se dégrade en cas de hausse des taux d'intérêt et elle s'améliore avec leur baisse. Par ailleurs, La sensibilité de la VAN est de 0.01%. Cela veut dire que la valeur patrimoniale de la Banque se renforcerait de 0.01% si les anticipations de baisse des taux d'intérêt se confirmaient. Par contre, la valeur patrimoniale serait détruite dans la même proportion si ces anticipations s'avéraient fausses.

- Impact sur les fonds propres : La sensibilité des fonds propres étant de 0.26%, cela signifie qu'en cas de baisse confirmée des taux d'intérêt de 0.50%, les fonds propres croîtraient de 0.26%. Par contre, en cas de hausse des taux dans la même proportion, les fonds propres diminueraient de 0.26%.

Ces deux résultats sont non seulement cohérents entre eux, mais ils le sont avec l a mesure de marge faite par la BOAD. Rappelons que d'après cette mesure, et si les anticipations se confirmaient, il en ressortirait une baisse de la rentabilité de 541.9 M FCFA en 2005 ce qui est signe d'une amélioration du profil du bilan. En effet les simulations identiques à fin Décembre 2003 se traduisaient par une diminution du PNB de 573 M FCFA en 2004. En outre, le PNB de 2004 était de 13 159 M FCFA et la baisse de la rentabilité de 514.9 M FCFA en 2005 représente 3.91% de ce PNB. Le seuil d'intervention de 10% du PNB de 2004 n'étant pas franchi, une intervention de la Banque pour des actions de couverture ne se justifiait pas.

7.6/- Que faire de ces résultats ?

L'aiguillon du risk manager doit être qu'il ne faut pas s'adonner à des calculs juste pour le l'amour de l'algèbre, encore que les mêmes résultats peuvent être générés par un bon programme informatique. Le plus important est l'interprétation et l'utilité de tels calculs pour la gestion du risque. C'est pourquoi, après avoir vérifié la cohérence, l'exactitude et la fiabilité des résultats obtenus, le gestionnaire de risque doit répondre à un certains nombre de questions et engager les actions correctrices que nécessite sa façon de mesurer et de couvrir les risques encourus par la Banque. Il doit prendre soin également d'indiquer les mesures d'accompagnement à initier.

En termes de mesure du risque :

- les risques ont-ils été mesurés avec les instruments adéquats ? Sinon, que faire ?

- quelle est l'exposition, de façon détaillée et globale de la Banque au risque ?

- à quelles menaces fait-on face si aucune mesure de couverture n'est prise ?

En termes de couverture du risque :

- quelles actions de couvertures ont déjà été engagées et quelle est leur efficacité ?

- doit-on les remplacer par de nouvelles actions ?

- Si oui par quelles autres actions peut on raisonnablement les remplacer ?

- quels sont les avantages et les inconvénients différentiels de ces nouvelles actions ?

- quel est le plan d'exécution de ces mesures : quand, qui, comment, où, coût ?

- comment en contrôler l'efficacité ?

En termes de mesures d'accompagnement :

- quelles mesures d'accompagnement sont nécessaires ?

- quel est le plan d'exécution de ces mesures : quand, qui, comment, où, coût ?

- comment en contrôler l'efficacité ?

La mesure de valeur que nous proposons, parce qu'elle est cohérente avec ce qui est déjà fait à la BOAD, ne donne pas lieu à la mise en place d'actions de couverture. Les mesures d'accompagnement sont proposées au chapitre suivant sous forme de recommandations, même si notre travail mérite encore d'être approfondi.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.


Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy