WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'influence du milieu criminogène sur la personnalité du délinquant: L'exemple de la ville de Dschang

( Télécharger le fichier original )
par Edmond Rostand Nsheuko
Université de Dschang - Maitrise en droit et carrières judiciaires 1998
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

INTRODUCTION GENERALE

Le problème de la criminalité revêt de nos jours dans notre société un aspect assez inquiétant, aussi bien pour les autorités que pour les citoyens. La criminologie qui est habituellement considérée comme la science des causes du crime1(*) s'est depuis longtemps penchée sur ce phénomène.

Cette étude débute réellement au XIXe siècle avec l'école positiviste fondée par LOMBROSO2(*) qui attribue aux facteurs individuels, une importance fondamentale dans la causalité du crime. Cette manière d'imputer la délinquance aux facteurs d'un déterminisme biologique sera critiquée par les tenants de l'école franco-belge du milieu social dont l'un des représentants les plus connus est Gabriel TARDE3(*), qui se souciera plus d'expliquer les phénomènes individuels qu'est la criminalité et surtout d'étudier le rôle joué par la société elle-même dans la formation du délinquant à travers l'étude du milieu dans lequel naît, grandi et vit le criminel. Le différend parfois très vif qui opposa les deux écoles aboutira à un compromis que VON LISZT résumera en disant « le crime est le produit des facteurs individuels et des facteurs sociaux au moment du crime »4(*).

Parler de l'influence du milieu criminogène sur la personnalité du délinquant, renvoie à l'étude des facteurs sociaux qui entrent en ligne de compte dans le processus d'élaboration de la personnalité de ce dernier.

Le milieu étant un ensemble de facteurs qui agissent de façon permanente et durable sur les êtres vivants, il est à noter qu'il englobe l'entourage social ou le groupe de personnes parmi lesquelles quelqu'un vit habituellement ou en général la société dont il est issu. Parler du milieu criminogène renvoie à tout milieu qui comporte des éléments, quelle que soit leur nature, pouvant engendrer des actes criminels.

La personnalité quant à elle est un ensemble formé par des comportements, des aptitudes, des motivations dont l'unité et la permanence constituent l'individualité, la singularité de chacun.

L'influence du milieu criminogène n'étant pas identique selon qu'on se trouve dans un milieu ou dans un autre, notre travail est circonscrit dans le cadre précis de la ville de Dschang, chef lieu du Département de la Menoua, créée en 1903 par les Allemands, d'une superficie de 585 km2 et d'une population estimée en 1997 à 50 000 habitants5(*).

Le travail que nous avons à effectuer devra être la réponse à une question qui est celle de savoir dans quelle mesure les facteurs criminogènes qui existent dans le cadre de la ville de Dschang peuvent forger la personnalité d'un individu au point de le faire entrer dans la catégorie des délinquants. Il consistera à démontrer comment le milieu imprègne un comportement délinquantiel à un individu, à travers un long et lent processus qu'est la socialisation allant de la naissance de l'individu jusqu'à ce qu'il commette une infraction qui le classe dans la catégorie des délinquants. Nous devons alors déceler dans les divers milieux qui constituent la ville de Dschang les éléments négatifs qui peuvent contribuer à la formation de la personnalité du délinquant. Ceci consiste à diagnostiquer un problème qui non seulement n'est pas propre à notre société, mais aussi varie en ce qui concerne sa gravité d'un milieu à un autre. Par conséquent, les solutions trouvées ailleurs ne sont pas automatiquement transposables dans notre milieu.

Plusieurs théories ont été élaborées pour expliquer l'influence du milieu sur la personnalité du délinquant. Ces théories entrent dans le cadre des systématisations d'ordre psycho-social visant à favoriser une meilleur appréhension de la personnalité du criminel. Il en est ainsi de la théorie écologique de CLIFFORD SHAW6(*) et de la théorie de l'association différentielle de SUTHERLAND7(*).

En ce qui concerne la théorie écologique, elle met en lumière l'influence d'un entourage spécifique dans la formation de la personnalité. Pour cette théorie, ce sont les circonstances sociales et économiques d'une zone géographique déterminée (densité de la population, niveau économique notamment ) plutôt que la nature du groupe intéressé qui exerce une influence décisive sur le taux de la délinquance. La structuration de la personnalité est liée non pas à l'origine de la population, mais à l'installation dans une zone d'habitation défavorable.

Quant à la théorie de l'association différentielle, il est à noter qu'elle affirme que chaque personne assimile inévitablement la culture environnante, à moins qu'il n'y ait d'autre modèle en conflit avec. Pour SUTHERLAND, le comportement criminel n'est pas héréditaire mais appris au contact d'autres personnes, par un processus de communication. Il s'apprend surtout à l'intérieur d'un groupe restreint de relations interpersonnelles (famille, bande...) et il dépend alors des rapports qui existent dans ce groupe entre les interprétations défavorables au respect de la loi pénale et celles qui sont favorables à celles-ci.

De nombreux travaux basés sur ces diverses théories ont montré comment un individu en apprenant à parler, apprend à penser et à agir8(*). C'est souligner ici l'importance de la niche écologique à tout point de vue: affectif, éducatif, culturel, socio-économique... Le complexe processus de socialisation dépend ainsi fondamentalement de l'apprentissage, de l'imitation du rôle essentiel d'assistance et de collaboration entre adulte et enfants « l'adulte agissant comme médiateur de la culture »9(*). Selon la solidité des liens sociaux, l'intégration sera la règle, la délinquance l'exception.

Comme dans toutes sciences, la théorie et la recherche sont indispensables en criminologie. Des sondages sont utilisés pour tester les aspects des différentes théories élaborées. La personnalité étant un ensemble de facteurs, nous avons utilisé dans le cadre de nos travaux, l'analyse factorielle qui consiste à obtenir des informations d'un certain nombre d'individus concernant leur situation pour valider nos affirmations et tirer des prévisions10(*), ainsi que la méthode de l'observation directe.

La prison étant un milieu hautement criminogène, et où on retrouve ceux que la société considère comme étant des délinquants, dans le but d'avoir des informations, nous y avons effectué plusieurs visites pour mieux appréhender la situation des détenus. Ensuite, nous avons élaboré un questionnaire auquel ces derniers ont été soumis. En plus de la prison, nous avons visiter plusieurs autres milieux à l'exemple des établissements scolaires (primaires et secondaires), le service social, la gare routière où nous avons pu recueillir des informations.

N'ayant pu trouver de travaux effectués dans le domaine de la criminologie au Cameroun et pouvant nous servir pour la comparaison des données, notre travail présente alors un intérêt certain sur plusieurs plans.

Sur le plan social, à travers l'étude des statistiques recueillis, on pourra dans le cadre de la lutte contre la criminalité mesurer l `ampleur des différentes causes soulignées de celles-ci dans la ville de Dschang et par la suite, essayer de détruire le mal à sa source. Cette destruction nécessite l'élaboration des solutions, des règles précises et pratiques, qui pourront cadrer avec les réalités sociales du milieu .

Sur le plan pratique, ce travail pourra intéresser aussi bien les chercheurs (criminologues, sociologues...) désireux d'étudier ce phénomène à une échelle plus élevée que toute personne qui entend avoir des informations sur l'impact du milieu sur le phénomène criminel à Dschang.

Au plan juridique enfin, c'est le lieu d'évaluer les mesures de prévention, d'éradication mises sur pied par le législateur, qui entrent dans le cadre de la lutte contre l'influence du milieu en particulier et de la criminalité dans son ensemble.

De l'analyse des informations que nous avons recueillies, il ressort que le milieu lorsqu'il est criminogène joue un rôle assez important dans la formation de la personnalité du délinquant. De là, notre travail sera axé sur deux points. D'abord nous verrons que le milieu est un élément fondamental dans le processus d'élaboration de la personnalité du délinquant dans la ville de Dschang ( titre I ) et ensuite les mesures préventives et curatives de l'influence négative du milieu criminogène sur la personnalité du délinquant ( titre II ).

* 1 LEAUTE (J), Criminologie, Encyclopédia Universalis, 1985, p.696.

* 2 LOMBROSO (Cesare), publia la première édition de « l'homme criminel », 1896-1897 qui attira l'attention des cotemporains sur la possibilité d'appliquer l'esprit du positivisme scientifique à ce secteur pathologique des activités humaines.

* 3 Gabriel TARDE (1843-1904) était persuadé que l'imitation tenait une place très grande dans l'adoption des conduites humaines. Il insista sur l'importance des comportements appris dans le processus criminel.

* 4 Cité par LEAUTE, op. cit, p. 698.

* 5 Coopération Cameroun-Union européenne, Note d'information sur le Cameroun, L'africaine de l'édition et des services, Avril 1998, p.26.

* 6 Cité par Raymond GASSIN, Criminologie, Paris, Précis Dalloz 1988, p.827.

* 7 Raymond GASSIN, op. cit, p.170.

* 8 SHAW et Mc KAY, à travers leur ouvrage, Juvenile delinquency and urban area, Chicago Press, 1942, ont fait une enquête sur 55 998 délinquants habitant la ville de Chicago et ses environs. A Paris, des quartiers de grande criminalité ont été relevés par M.J. BUCHERON et des rues de forte criminalité dans certains quartiers par M. STANCIU.

* 9 Robert CARIO, in Le délinquant, acteur social: concept opérationnel en criminologie, Revue des scieces criminelles et de droit pénal comparé, N°4, Decembre 1991, p.830.

* 10 Cf. Madeleine GRAWITZ, Méthodes des sciences sociales, Paris, Précis Dalloz, 9e édition, 1994, p.460.

précédent sommaire suivant