WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Evolution de la schistosomiase dans le district sanitaire de Tougan de 1999 à 2003

( Télécharger le fichier original )
par René Jean Firmin NAKOULMA
ENSP - Attaché de Santé en Epidémiologie 2004
  

précédent sommaire suivant

2.1 Revue de la littérature

Notre revue de la littérature s'articulera autour des points suivants: la définition de quelques concepts et les généralités sur la schistosomiase.

2.1.1 Définition des concepts

a )Surveillance épidémiologique:

Selon A.D Langmuir c'est un processus de collecte, de compilation et d'analyse des données, ainsi que leur diffusion à l'ensemble de ceux qui ont besoin d'être informés. Cette définition appelle trois commentaires:

- La surveillance épidémiologique est un processus continu et systématique; elle

peut être opposée aux enquêtes, plus ponctuelles.

- La rapidité du traitement de l'information et de la diffusion des résultats est

indispensable au bon fonctionnement d'un système de surveillance épidémiologique moderne.

- La finalité du système de surveillance est de fournir des informations servant

plus au moins directement à la prise de mesures de prévention ou de contrôle d'un problème de santé publique.

Pour le Docteur JEAN Kostrzewski, épidémiologiste Polonais, "la surveillance, c'est de l'information appelant l'action". [2]

b) Proportion:

C'est un rapport dont le numérateur fait partie du dénominateur. Tous deux étant mesurés simultanément. Une proportion est de la forme: [2]

x

* 100

x + y

c) Incidence:

C'est un indicateur dynamique de morbidité. C'est un taux qui prend en compte la vitesse de survenue de la maladie dans une population. Au numérateur de l'incidence figurent le nombre de nouveaux cas d'une maladie apparus pendant une période de temps donné. Selon la période de temps considérée, on distingue plusieurs façons de calculer l'incidence.

· Incidence cumulée

L'incidence cumulée est le rapport du nombre de nouveaux cas d'une maladie survenue pendant une période de temps déterminée divisée par la population à risque de développer la maladie pendant cette période. Certains utilisent simplement le terme d'incidence pour l'incidence cumulée.

- L'incidence cumulée s'exprime sous forme d'un chiffre compris entre 0 et 1ou

Pourcentage : x cas pour cent (ou pour 1000, 10000, etc.) personnes pendant la période.

- La période d'étude est en général une période de temps systématique. Le choix

de la période dépend de la dynamique générale de la maladie. On calcule des incidences cumulées annuelles, mensuelles, hebdomadaires, ou même journalières dans certains cas.

- L'incidence cumulée de la maladie, est calculée sur une population. Elle est

équivalente au risque moyen de contracter la maladie pendant la période étudiée pour un individu quelconque de cette population.

L'incidence cumulée est le taux d'attaque en période d'épidémie.

· Taux d'incidence ou densité d'incidence

Lorsque la population est très instable (nombreuses arrivées et départs) ou lorsqu'il existe de nombreux perdus de vue pendant la période d'étude, le dénominateur utilisé pour l'incidence cumulé est impropre. Il est nécessaire de tenir compte des variations intermédiaires de ce dénominateur. On utilise alors le concept de personnes - temps. On divise la période d'étude en sous périodes pour lesquelles on dispose de données démographiques sur la population suivie.[5]

d) Fréquence

C'est le nombre de fois qu'un phénomène a été ou est observable pendant une unité de temps. Un phénomène est périodique si les caractéristiques observées se reproduisent à l'identique pendant des durées égales consécutives.[21]

2.1.2 Généralités sur la schistosomiase

2.1.2.1 Historique[9]

Des oeufs de Schistosoma haematobium ont été retrouvés dans une momie

égyptienne de la 20è dynastie (plus de 1000 ans avant JESUS - Christ).

En 1851, THEODOR BILHARZ découvre le parasite à l'école de médecine du CAIRE, fait part à SIEBOLD en Allemagne de la découverte de Distoma haematobia dans les veines mésentériques d'un malade de la région du Caire. Quelque temps après, il démontre que ces vers dont les oeufs possèdent un éperon terminal sont à l'origine de l'hématurie d'un paysan. Par ailleurs, il considère que les oeufs à éperon latéral mis en évidence dans les selles de malade sont issus d'une autre forme de même parasite nommé plus tard Bilharzia heamatobia par COBBOLD en 1859. A la même époque, HARLEY et COBBOLD émettent l'hypothèse qu'un mollusque est l'hôte intermédiaire et que la peau en est la porte d'entrée.

LOOS conteste la phase de développement malacologique. En 1893 MANSON pense qu'il existe deux espèces de schistosome :

· L'une dont les oeufs sont à éperon latéral

· L'autre dont les oeufs sont à éperon terminal.

En 1902 il repose la même hypothèse. En 1907, SABON pense comme MANSON qu'il existe deux espèces et désigne la deuxième sous le nom de Schistosoma mansoni. Cette thèse est une fois de plus contestée par LOOS, car selon lui, les oeufs à éperon latéral ne sont que des oeufs pathologiques de Schistosoma haematobium.

Il faudra attendre les travaux de TURNER et NAYSALAND pour confirmer les conclusions de SAMBON. Ils trouvent que les femelles porteuses d'oeufs à éperon latéral sont exclusivement situées dans le canal juguécophore comme chez Schistosoma haematobium.

Les travaux de LEIPER entre 1915 et 1918 donneront la preuve définitive de l'existence de ces deux espèces. Cet auteur montre :

· Que les deux espèces sont morphologiquement distinctes

· Que l'infection se fait par voie transcutanée

· Enfin, que chaque espèce évolue chez un hôte intermédiaire.

Les travaux les plus nombreux sont ceux qui ont été conduits en Egypte, en Extrême Orient et en Amérique Centrale et principalement au Mexique. Ceux menés en Afrique de l'Ouest sont bien moins nombreux.

2.1.2.2 Définition

Selon le professeur Pierre Aubry, les schistosomiases sont des maladies parasitaires dues à des vers plats (schistosomes ou bilharzies). La transmission est essentiellement urinaire ou fécale, faisant intervenir des hôtes intermédiaires qui sont des mollusques d'eau douce. La symptomatologie de ces pathologies est le reflet des lésions provoquées par la migration ou l'embolisation des oeufs. Elles sont en extension directement liées au développement agricole et à l'augmentation des réseaux d'irrigation.

Carte N° 1 : Répartition géographique de la schistosomiase au niveau mondial (zones hyper endémiques) [22]

2.1.2.3 Epidémiologie

a) Agents pathogènes : Schistosomes ou Bilharzies

Le professeur Pierre Aubry soutient qu'il existe trois groupes :

· Le groupe mansoni qui comprend : Schistosoma mansoni, agent de la

bilharziose intestinale;

· Le groupe haematobium composé de : Schistosoma haematobium, agent de la

schistosomiase urinaire et schistosoma intercalatum, agent de la bilharziose rectosigmoïdienne;

· Le groupe japonicum regroupe : Schistosoma japonicum, agent de la bilharziose

artério-veineuse et Schistosoma mekongi.

Image N° 1 : Oeuf de Schistosome haematobium [22]

On le distingue de celui du Schistosoma mansoni par son éperon terminal (et non latéral).

Image N° 2 : Oeuf de Schistosome mansoni [22]

On le reconnaît par sa localisation (selles) et son éperon latéral. Les autres schistosomes intestinaux (intercalatum et japonicum) ont par contre un éperon terminal comme le S.hæmatobium

Selon l'OMS, sur les dix-neuf espèces de schistosome actuellement connues , cinq sont principalement des parasites de l'homme, à savoir Schistosoma mansoni, Schistosoma haematobium, Schistosoma intercalatum, Schistosoma japonicum et Schistosoma mekongi. D'autres espèces ne parasitent l'homme que de façon occasionnelle. Les 19 espèces identifiées peuvent être subdivisées en quatre groupes, ceux de S. haematobium, de S. mansoni, de S. indicum et de S. japonicum. [6]

b) Cycle parasitaire

Il y a deux phases de multiplication des parasites. [6]

· La phase sexuée chez l'hôte définitif : l'homme parasité

Après avoir pénétré par voie transcutanée, les furcocercaires migrent par voie circulatoire, gagnent le territoire mésentérique inférieur et deviennent des adultes (mâles et femelles). Les femelles pondent des oeufs (des milliers d'oeufs par jour) dans les veinules des organes profonds, les oeufs migrent à travers la paroi d'un organe creux (vessie, intestin) pour être éliminés avec les excréta.

Certains oeufs sont bloqués et ne peuvent pas être expulsés : cette migration inachevée entraîne la bilharziose urinaire et ou intestinale.

Les oeufs peuvent migrer à contre courant et rester séquestrés dans les différents viscères dont le foie. Cette migration aberrante rend compte de la bilharziose hépatique.

· La phase asexuée chez l'hôte intermédiaire : les mollusques d'eau douce.

Les oeufs éliminés ne peuvent poursuivre leur évolution que dans l'eau douce. Ils libèrent les embryons ou miracidiums qui pénètrent les mollusques, hôtes intermédiaires. Les miracidiums survivent dix-huit heures dans l'eau douce. Trois semaines à deux mois après la pénétration des miracidiums, les larves quittent les mollusques, nagent à la surface des eaux à la recherche des hôtes définitifs (hommes ou animaux) qu'elles pénètrent par voie transcutanée.

c) Réservoir de virus

Schistosoma haematobium est un parasite strictement humain. Les autres espèces sont des zoonoses. Schistosoma mansoni a été retrouvé chez les mammifères que sont les primates les bétails et les rongeurs. En pratique, l'homme est le réservoir de virus essentiel.

d) Hôtes intermédiaires

Les hôtes intermédiaires des Schistosomes sont des gastéropodes d'eau douce, aquatiques ou amphibies. Les espèces aquatiques du genre Bulinus transmettent Schistosoma haematobium et celles du genre Biomphalaria, Schistosoma mansoni; les espèces amphibiennes du genre Oncomelania transmettent les Schistosomes du groupe S. japonicum, tandis que les gastéropodes du genre Neotricula (famille des hydrobiidés) transmettent S.mekongi.

Image N°3 : Schéma du cycle évolutif de la schistosomiase [22]

2.1.2.4 Clinique[6]

L'étude clinique concernera Schistosoma haematobium et schistosoma mansoni. Trois phases correspondent aux différents stades évolutifs des parasites chez l'homme.

a) Phase initiale de contamination ou d'infection cercarienne

Elle est essentiellement cutanée, caractérisée par un prurit, une réaction urticarienne localisée. Cette réaction est le plus souvent inapparente pour S. haematobium ou fugace (un à deux jours) pour S. mansoni.

b) Phase d'invasion ou de dissémination larvaire

Après une période muette de deux à dix semaines suivant la contamination surviennent des manifestations immuno-allergiques :

· Fièvre (supérieure à 38°C)

· Signes cutanés à type de prurit, urticaire, oedèmes.

· Douleurs (myalgies, arthralgies)

· Toux, parfois dyspnée asthmatiforme

· Douleurs abdominales, diarrhée

· Céphalées.

c) Phase d'état ou de focalisation viscérale

Elle survient plusieurs mois après le bain infectant, les signes cliniques sont en rapport avec le schistosome en cause.

· Bilharziose urinaire ( S. haematobium )

Elle se manifeste par :

ü Une hématurie d'origine vésicale : terminale, capricieuse, spontanée, répétée, indolore.

ü Une dysurie

ü Une infection urinaire

ü Une crise de colique néphrétique

· Bilharziose intestinale (S. mansoni)

Elle se traduit par des douleurs abdominales et un syndrome diarrhéique ou dysentérique avec parfois rectorragies.

d) Techniques de diagnostic

A des fins de santé publique, le diagnostic doit faire appel à une technique simple, n'exigeant aucune manipulation délicate et praticable avec des fournitures et du matériel faciles à se procurer.[7] Le diagnostic de la schistosomiase peut se faire par des techniques immunologiques (détection d'anti-corps), des techniques parasitologiques :

· Recherche d'oeufs dans les urines par filtration pour la bilharziose urinaire

· Recherche d'oeufs dans les selles pour la bilharziose intestinale.

Des techniques indirectes, à savoir l'observation d'une hématurie macroscopique est une technique simple et fiable pour affirmer une infestation à Schistosoma haematobium. Il y a également la mise en évidence d'une hématurie microscopique, au moyen de bandelettes réactives.

e) Le traitement

Les médicaments recommandés par l'OMS dans le cadre du traitement de la bilharziose sont au nombre de trois : le praziquantel, l'oxaminiquine et le métrifonate. Le praziquantel est efficace contre toutes les formes de schistosomiase et ne présente que peu d'effets secondaires passagers. C'est le médicament retenu dans le cadre de la lutte contre la schistosomiase par le PNLSc.

f) Les complications

Des complications surviennent au stade tardif de la maladie après plusieurs années d'évolution. Elles concernent principalement :

· La vessie : cystites, surinfections bactériennes, risque de cancérisation mais sans métastase.

· L'uretère : calcifications, surinfections

· Les organes génitaux : hémospermie, épididymite, éjaculation douloureuse chez l'homme ; ulcérations du col utérin et du vagin, métrorragies, avortements, stérilité.

· Le foie : hépatomégalie, hypertension portale.

Une étude réalisée en milieu hospitalier à Kara en république du Togo a révélé 11.35% de complications liées à la schistosomiase chez les hospitalisés. Ces complications sont essentiellement : l'anémie, l'ictère, l'encéphalite, l'hypertension portale, des crises convulsives et le syndrome néphrotique. [18]

g) La prophylaxie

· Générale  se traduit par :

ü la lutte antimollusque, hôte intermédiaire de la schistosomiase.

ü Le dépistage et le traitement des populations atteintes en zones d'endémie.

ü La lutte contre le péril fécal

ü L'éducation sanitaire

· Individuelle : éviter les bains en eau douce en région d'endémie.

2.1.3 La schistosomiase au Burkina Faso

2.1.3.1 Situation épidémiologique

Les premiers travaux sur la schistosomiase ont été entrepris dans les régions de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso dans les années 1955 à 1960. A partir de 1960, les équipes de l'OCCGE, du Ministère de la santé, de l'université de Ouagadougou, du Centre National de la recherche Scientifique et Technique, de l'Ecole Inter-Etats des Ingénieurs de l'Equipement Rural ont mené des travaux souvent en rapport avec les aménagements hydrauliques.

Une revue de la littérature réalisée par PODA et collaborateurs (1997) permet de noter les prévalences de la schistosomiase selon les trois zones climatiques du pays: [15]

a) Zone sahélienne, située au nord du 14eme parallèle avec une pluviométrie inférieure à 650 mm couvre la région de Dori

· Bilharziose urinaire : 5 à 85%

· Bilharziose intestinale : 0%

b) Zone nord - soudanienne ou soudano - sahélienne, située entre les parallèles 14° et 11° 30 à pluviométrie comprise entre 650 mm et 1000 mm.

· Bilharziose urinaire : 5 à 85 %

· Bilharziose intestinale : 0 à 8%

c) Zone sud - soudanienne située au sud du parallèle 11°30'.

· Bilharziose urinaire : 1 à 86 %

· Bilharziose intestinale : 0 à 79%

De cette étude PODA et collaborateurs notent un certain nombre de points quant à la distribution de la schistosomiase au Burkina Faso:

1. Une forte prévalence de la bilharziose urinaire autour des mares du nord du

pays (B. truncatus étant le principal hôte intermédiaire)

2. Une multiplicité des hôtes intermédiaires dans la zone nord soudanienne avec

l'apparition de Biomphalaria pfeifferi, hôte intermédiaire de la schistosomiase intestinale.

3. Un renforcement de la bilharziose urinaire dans la zone nord soudanienne lié à

la multiplicité des mares temporaires avec B senegalensis.

4. Une prédominance de Schistosoma mansoni sur Schistosoma haematobium à

certains endroits de la zone sud - soudanienne due à une présence très importante de B pfeifferi qui infeste 30% des mares de cette zone.

5. Un accroissement important des cultures de contre saison et des cultures

irriguées qui pourraient favoriser l'augmentation de la prévalence déjà constatée.

Tableau N° I: Situation de la schistosomiase au Burkina Faso selon les zones climatiques et les localités.

Zone climatique

Localité

S.hematobium

S. mansoni

Année de l'étude

Prévalence

Méthode

Prévalence

Méthode

 

Sahélienne

Dori

Arbinba

Sebba

80%

93%

58%

Centrifu-

gation

-

-

1952

Dori

Gorom

Djibo

Markoye

Tassamakat

57%

84%

90%

95%

100%

Filtra-

tion

-

-

1979

Bogandé

Mani

Thion

62%

82%

100%

Filtra-

tion

-

-

1980

Yatenga

43.5%

Filtra-

tion

-

-

1985

Bam

34.3%

Filtra-

tion

-

-

1985

Naoka

Damesma

Louda

32.75%

13.5%

10%

Filtra-

tion

-

-

1983

Sahélo- soudanienne

Ouagadougou

9.5- 36.5%

Filtra-

tion

-

-

 

Kombissiri

1978

 

Daguilma

Ziniaré

Tanguiga

85%

9.5-36.6%

55.4

Filtra-

tion

-

-

1990

1978

1990

Bagré

35%

36.7

Filtra-

tion

-

-

1978

1992

Dédougou

Tougan

Souma

51%

7%

29%

Centrifu-

gation

-

-

1960

Vallée du Sourou

19%

32%

52.9%

Filtra-

tion

3 cas

3.22%

Kato-Katz

1980

1980

1999

Fada

Mahadaga

Namounou

Tambaga

Diapaga

52%

98%

52%

34%

70%

Filtra-

tion

0.6%

Kato-Katz

1973

1973

1973

1973

1981

yayo

55.3%

Filtra-

tion

69.3%

Richtie

1999

Soudanienne

Yaran

80%

68%

Filtra-

tion

40%

0.94%

Kato-katz

1974

1999

Bobo- Dioulasso

1 à 98%

Filtra-

tion

1 à 51%

Kato-katz

1977

Dafiguisso

Dafinso

-

 

64.4%

44.7%

Kato-katz

1982

Kampti

70%

Filtra-

tion

19%

Kato-katz

1974

Source: Programme national de schistosomiase 2003

Une enquête réalisée en 1984 par les chercheurs du département "Santé et Développement" de l'université de Bordeaux II, du CEGET - CNRST (France) et du CNRST (Burkina Faso) montre que dans la région de Kongoussi il semble exister un gradient d'infestation dont l'intensité croit en fonction de l'éloignement du lac Bam. Il apparaît aussi que l'infestation se diffuse d'autant plus vite au sein de la population que celle-ci n'a pas de puits pérennes à margelle à sa disposition. D'une façon générale, les éleveurs sont plus touchés que les cultivateurs.[10]

Une étude réalisée dans deux villages de la province de l'Oubritenga en 1987 a estimé la prévalence de la bilharziose urinaire à 55.4% à Tanguiga et 85% à Dalguilma, chez les enfants de cinq à dix-sept ans. [8]

En 1962, Mac Mullen et Francotte estimaient q'au Burkina Faso, 1.5 millions de personnes auraient contracté la bilharziose. [20]

De la synthèse des études déjà réalisées, on note qu'au Burkina Faso il existe deux formes de schistosomiase : la bilharziose urinaire à Schistosoma hematobium et la bilharziose intestinale due à Schistosoma mansoni.

2.1.3.2 Le Programme National de Lutte contre la Schistosomiase

Afin de mieux combattre la bilharziose, les autorités sanitaires du Burkina Faso ont mis sur place un Programme National de Lutte, dont la mise en oeuvre proprement dite est intervenue courant 2004.

a) Objectif général du Programme

Réduire de façon significative la morbidité due aux schistosomoses dans l'ensemble du pays ainsi que leurs conséquences socio-économiques, en particulier chez les enfants de moins de 15 ans.

Cet objectif visera aussi à réduire le développement des complications additionnelles de la morbidité chez les adultes.

b) Objectifs spécifiques

· Réaliser une cartographie nationale des bilharzioses urinaire et intestinale d'ici

début 2004 en utilisant les données du système de santé et celles des organismes de recherche.

· Amener 80% des structures sanitaires de base à améliorer leurs capacités de

dépistage et de traitement de la bilharziose urinaire et intestinale en quatre ans.

· Augmenter les taux de prise en charge de la bilharziose urinaire et intestinale

d'au moins 75% en quatre ans.

· Améliorer à moyen terme les connaissances, attitudes et pratiques des

populations envers la schistosomiase.

· Réduire la transmission de la schistosomiase au bout des quatre années du

projet.

· Développer l'aptitude des responsables des formations sanitaires à la gestion

Autonome.

· Développer le réseau d'information et d'échanges en utilisant les techniques

modernes de télécommunication (Internet).

c) Stratégies du Programme

Pour atteindre ses objectifs, le PNLSc a inscrit au nombre de ses stratégies:

· L'évaluation du degré d'endémicité au niveau d'une zone.

· Le traitement et le choix de la distribution communautaire du praziquantel.

· L'éducation pour la santé.

· Les stratégies complémentaires composées essentiellement de l'assainissement

du milieu et de la promotion de l'approvisionnement en eau potable.

· La supervision et l'évaluation.

· L'intégration du programme dans les activités de routine des services de santé

et garantie de durabilité.

2.1.4 Les directives relatives à la schistosomiase. [4]

Selon le guide technique de la surveillance intégrée de la maladie et la riposte au Burkina Faso, les directives relatives à la schistosomiase se présentent comme suit:

2.1.4.1 Présentation

Infection parasitaire très répandue dans le monde surtout dans les zones tropicales, la bilharziose ou schistosomose ou encore schistosomiase constitue aujourd'hui la deuxième affection liée à l'eau après le paludisme de par leur ampleur. C'est une maladie chronique insidieuse, peu reconnue à ses stades précoces qui touche les systèmes urinaire et hépato-digestif. Ses répercussions sanitaires et socio-économiques sont importantes car touchant les hommes et les femmes pendant leurs années les plus productives. Elles exposent à une morbidité grave qu'induisent les oeufs des vers adultes qui restent séquestrés dans les tissus de leurs hôtes. Les complications de la bilharziose constituent toute la gravité de cette affection. Parmi ces complications, on peut noter le cancer de la vessie.

Au Burkina Faso la morbidité de la schistosomiase est voilée par d'autres problèmes de santé. La multiplication des aménagements hydroagricoles constitue un facteur de risque. Le Burkina Faso a mis en place de nouvelles stratégies de lutte contre cette affection à travers la création d'un programme.

2.1.4.2. But de la surveillance

a) Détecter et répondre aux flambées épidémiques

b) Identifier les zones à haut risque

2.1.4.3 Définition de cas recommandée

a) Cas suspects

Bilharziose urinaire: Tout individu présentant une hématurie macroscopique, en tenant compte de la prévalence de la schistosomiase dans la zone. En absence d'hématurie macroscopique, tout individu se plaignant de signes urinaires (dysurie, brûlure mictionnelle, douleurs sus-pubiennes) chez qui la recherche d'une hématurie microscopique avec des bandelettes Hématix ®est positive

Bilharziose intestinale : Tout individu présentant des symptômes intestinaux chronique ou récurrents (sang dans les selles, diarrhée sanglante, diarrhée, douleurs abdominales) ou à un stade ultérieur, une hépatosplénomégalie.

b) Cas confirmés

Bilharziose urinaire: cas suspect avec présence d'oeuf de Schistosoma haematobium dans le culot urinaire

Bilharziose intestinale : cas suspect avec présence des oeufs de schistosoma mansoni ou schistosoma Japonicum, schistosoma mekongi, schistosoma intercalatum dans les selles.

2.1.4.4 Répondre à une flambée suspecte

S'il y a augmentation du nombre au cours d'une période donnée:

· Notifier les cas au niveau supérieur

· Mener des investigations pour identifier les risques de transmission

· Prendre en charge le cas, conformément aux directives en vigueur du programme.

2.1.4.5 Répondre à une flambée confirmée

S'il y a augmentation de cas confirmé par le laboratoire

· Continuer la prise en charge de tous les cas selon la directive du programme.

· Organiser des séances d'IEC à l'endroit de la population.

· Améliorer l'assainissement du milieu.

· Promouvoir la construction et l'utilisation des latrines.

· Promouvoir l'utilisation d'eau potable.

2.1.4.6 Analyser et interpréter les données

a) Temps : tracer périodiquement un graphique de cas

b) Lieu : Faire la cartographie des cas

c) Personne: Faire le décompte périodique des cas selon l'âge, le sexe, la profession.

2.2 Cadre conceptuel

L'étude vise la description de la situation de la bilharziose dans le district sanitaire de Tougan sur une période de cinq ans, à savoir de 1999 à 2003. Elle s'inscrit autour des concepts suivants:

2.2.1 La distribution de la maladie

a) Selon le sexe :

a) Par tranches d'âges

b) Selon le type de bilharziose

c) Par formation sanitaire

2.2.2 Evolution temporo-spatiale de la maladie

a) Incidence de la maladie par formation sanitaire et par an de 1999 à 2003 dans le district.

b) Incidence de la maladie par zone et par an de 1999 à 2003.

SCHEMA DU CADRE CONCEPTUEL

EVOLUTION TEMPORO-SPATIALE DE LA MALADIE

· Incidence de la maladie par formation sanitaire et par an de 1999 à 2003

· Incidence de la maladie par zone et par an de 1999 à 2003

DISTRIBUTION DE LA MALADIE

· Selon le sexe

· Par tranche d'âge

· Selon le type de schistosomiase

· Selon le laboratoire

EVOLUTION DE LA SCHISTOSOMIASE DE 1999 à 2003 DANS LE DISTRICT SANITAIRE DE TOUGAN

précédent sommaire suivant