WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'économie verte

( Télécharger le fichier original )
par Bassop Pierre, Ge Mingyue et NDAO Mathar
ENSAE - Ingénieur 2008
  

précédent sommaire suivant

3 Outils disponibles pour la protection environnementale. 3.1 Notion d'externalité

Pour mieux appréhender la notion d'externalité, nous situerons les responsabilités des mar-
chés d'une part et de l'Etat d'autre part. Les économistes parlent d'externalité pour désigner

ces situations où les décisions d'un agent économique affectent un autre sans que le marchéintervienne. Il faut d'ailleurs souligner que parler de marché n'implique pas de faire unique-
ment référence à une institution fonctionnant avec des prix. Plus généralement, il y a marchéquand il y a des moyens, pour des parties concernées, de négocier leurs actions. Les accords

bilatéraux ou multilatéraux sont d'autres formes de marchés que la forme concurrentielle. De
manière plus large, les normes sociales sont des contrats implicites dont le respect ne repose

FIG. 4--

FIG. 5 -

pas sur une juridiction, mais sur des comportements stratégiques d'acteurs qui se renforcent mutuellement. Ce type de norme sociale jouait un rôle important dans la gestion des ressources communes dans les sociétés traditionnelles d'avant industrialisation.

3.1.1 Les défaillances du marché

Quelle est la raison de ces défaillances? Qu'est- ce qui explique l'existence des externalités? Si c'est la divergence entre coûts privés et coûts sociaux, pourquoi perdure-t-elle?

Les réponses à ces questions ont été fournie par Coase et reposaient sur le concept de coûts de transaction, qui traduit l'existence de coûts spécifiques dus aux tentatives de coordination des agents. Si ceux-ci pouvaient aisément entrer en relation chaque fois que certains souffrent des actions d'autres, un espace de négociation pourrait s'ouvrir, et qui conduirait alors à une situation meilleure pour tous. Autrement dit, si les externalités existent, c'est parce qu'il est plus couteux(en terme de transactions) de les faire disparaître que de les supporter.

Un exemple souvent repris d'une négociation bilatérale aboutissant à un accord est celui qui avait opposé Volvo et British Petroleum en Suède. Le constructeur automobile constatant que ces carrosseries étaient corrodées par suite des émissions de la raffinerie quand le vent soufflait dans sa direction, a obtenu de cette dernière qu'elle ne poursuive ses activités corrosives que pendant les périodes où le vent soufflait dans la direction opposée. Si l'on considère

comme une donnée la localisation proche des deux industriels, cet exemple peut être invoquécomme une application du » théorème » de Coase qui stipule que, en l'absence de coûts de

transactions, il est toujours possible d'éliminer les externalités par la négociation. Ce serait toutefois oublier les conséquences de l'implantation de la raffinerie sur la qualité de l'air, qui n'intéresse pas que les deux industriels. Ce qui est remarquable dans cet accord, c'est qu'il exclut complètement les habitants de la ville voisine qui subissent, sans pouvoir intervenir, la dégradation de l'atmosphère. Du fait de leur grand nombre et donc de leur capacité de négociation individuelle faible, ils n'ont pas eu leur mot à dire sur l'installation de la raffinerie près de chez eux, supportant ainsi les coûts sociaux qu'impliquait son activité. Ce qu'illustre en fait cet exemple, c'est la difficulté de la coordination quand un grand nombre d'acteurs est concerné.

La figure suivante va nous permettre d'expliciter graphiquement cette partie. On y a représentéla demande D pour le bien produit et l'offre O de ce bien. Jusqu'alors, les firmes décidaient de

leur niveau de production en égalant le prix de vente de leur produit avec leur coût marginal (privé), soit un équilibre de marché pour un prix p et une production Y, correspondant au point E sur la figure. Supposons que l'Etat impose aux entreprises une taxe t sur la production pour qu'elles intègrent le coût social de leur activité et pour que le prix qui parvienne aux consommateurs soit révélateur du coût pour la collectivité de l'utilisation de ce bien. Cette taxe augmente les coûts des entreprises, ce qui a pour effet de diminuer l'offre, qui est maintenant représentée par O', et déplace l'équilibre en E', où le prix est p' et la production Y'.

En fait, pour que les firmes décident du niveau de production Y' sur la seule base de leurs coûts privés, il eût fallu que le prix de marché soit égal à p'', correspondant au coût marginal de production de Y'. Comme la quantité Y' est produite et vendue au prix p', la différence p' - p'' correspond à l'écart entre les coûts privés et les coûts sociaux et doit être égale à la taxe t, imposant ainsi aux firmes de prendre en compte les coûts sociaux. On dit que l'effet externe a été internalisé. Une autre cause de défaillance du marché et de la persistance de la dégradation réside dans les comportements de passager clandestin. A cause de la nature de bien public des biens environnementaux, chacun, pris individuellement, a intérêt à sous- déclarer sa disponibilité marginale à payer. En effet, même en ne participant pas à l'effort commun pour réserver la qualité de l'eau d'une rivière, par exemple, on pourra toujours en bénéficier une fois l'effort fait. Mais comme chacun se trouve dans une situation, il est possible

FIG. 6 -

que l'effort total soit insuffisant pour maintenir une qualité acceptable. On parle de passager clandestin pour caractériser ce comportement individualiste de sous-déclaration de son intérêt pour le bien. Enfin, une troisième cause de dysfonctionnement est due à l'impossibilité de l'existence d'un marché, comme dans les situations où les générations futures sont impliquées. Ici, il ne peut y avoir de négociations tout simplement parce qu'li manque un des membres pour négocier. Les difficultés sont encore accrues du fait des grandes incertitudes sur la valeur future des biens considérés, cette valeur ne peut être évaluée avec précision, soit parce que les préférences des générations futures auront changé.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.