WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Estimation des besoins en N, P et K du basilic (Ocimum basilicum L.) par le module DSSB et gestion optimale de N dans la Région Maritime du Togo

( Télécharger le fichier original )
par Ayi Koffi ADDEN
Université de Lomé - Diplôme d'Ingénieur Agronome 2005
  

précédent sommaire suivant

3.2 Résultats et discussions du calibrage

3.2.1 Efficacité interne

3.2.1.1 Relation absorption - rendement

En projetant dans un graphe les absorptions de N, de P et de K contre leurs rendements respectifs, on a établi une relation entre ces deux paramètres : c'est l'efficacité interne (figure 4). Les efficacités internes calculées en considérant les récoltes 2, 4 et 6, les sites et les saisons ont permis de déterminer les limites d'accumulation et de dilution. Le tableau 12 donne les valeurs de la limite d'accumulation et de dilution et leur moyenne sur les différents sites de calibrage et pour la nutrition équilibrée.

En calculant les 2,5è centiles et les 97,5è centiles des efficacités internes obtenues, nous avons trouvé respectivement pour N, P et K, 175 - 295 kg.kg-1, 1210 - 2080 kg.kg-1, 155 - 435 kg.kg-1 représentant l'efficacité interne minimale et l'efficacité interne maximale pour tous les sites confondus. Les 2,5è centiles représentent la pente de la droite où le nutriment donné est uniquement accumulé dans les feuilles du basilic et les autres facteurs limitent son efficacité d'utilisation. Les 97,5è centiles représentent la pente de la droite où le nutriment donné est dilué au maximum dans les feuilles de basilic et constituent un facteur limitant le rendement potentiel.

Tableau 12 : Variation de l'efficacité interne et du rapport d/a par site et en situation de

nutrition équilibrée

 

D3-1

D3-2

Agbodrafo

Nimagnan

Nutrition équilibrée

 
 

Azote N

 
 

Minimum (a), kg.kg-1

203

161

173

213

175

Maximum (d), kg.kg-1

357

237

295

364

295

Moyenne, kg.kg-1

237

195

211

247

235

Rapport d/a

1.76

1.47

1.71

1.71

1.69

 
 
 

Phosphore P

 
 

Minimum (a) , kg.kg-1

1220

1393

1142

1255

1210

Maximum (d), kg.kg-1

1852

2319

1543

2118

2080

Moyenne, kg.kg-1

1516

1759

1321

1620

1645

Rapport d/a

1.52

1.66

1.35

1.69

1.72

 
 
 

Potassium K

 
 

Minimum (a) , kg.kg-1

185

143

140

212

155

Maximum (d), kg.kg-1

408

293

399

567

435

Moyenne, kg.kg-1

255

194

209

341

295

Rapport d/a

2.21

2.05

2.85

2.67

2.81

Minimum (a): 2,5è centiles des efficacités internes ; maximum (d) : 97,5è centiles des efficacités internes ; la nutrition équilibré s'affecte à tous les sites de calibrage.

On a constaté que, pour la nutrition équilibrée, toutes les efficacités internes moyennes des sites sont comprises dans les limites d'accumulation et de dilutio n. L'enveloppe de nutrition du basilic décrivant la relation entre l'absorption et le rendement se trouvent donc être respectivement pour N, P et K, 175-295 kg.kg-1, 1210 - 2080 kg.kg-1,155-435 kg.kg-1.

Faute de données disponibles sur l'efficacité intern e du basilic ou des espèces de son genre pour un nutriment donné, nous ne saurions discuter valablement ces trouvailles. Toutefois, les faibles valeurs de l'efficacité interne s'expliquent par l'existence d'autres facteurs de croissance (radiation, eau, maladies, etc.) qui ont sévèrement limité l'expression de la culture. Les valeurs élevées de l'efficacité interne suggèrent que le N, le P et le K étaient les facteurs limitant la production. La fertilisation a suffisamment pourvu le sol de manière que la culture ne soit plus limitée dans sa nutrition. Ceci s'est exprimé par les efficacités internes élevées et une meilleure production. Ces résultats corroborent les tendances observées par Janssen (1990 et 1993), Witt et al.(1998 et 1999) et Haefele et al. (2003).

Le ratio de l'efficacité interne de dilution sur l'efficacité interne d'accumulation ( d/a) du basilic est plus faible pour N que pour P et K pour la nutrition équilibrée (Tableau 12). Ce rapport pour N vaut 1,69 alors que ceux de P et K sont respectivement 1,72 et 2,81. Ceci prouve une fois encore que la production de feuilles fraîches de basilic est dépendante de l'absorption de l'azote et donc de sa disponibilité. Toutefois, il faut noter que le rapport d/a de P (1,72) est très proche de celui de N (1,69). Ce qui veut dire que P pourrait aussi poser des problèmes pour la production. Une analyse des rapports d/a des sites pris individuellement montre que c'est plutôt P qui limite la production sur la plupart des sites (Tableau 12). C'est donc N et P qui contrôlent la production du basilic sur ces sites et méritent des suivis particuliers.

3.2.1.2 Ratio d'absorption optimale de NPK

La balance nutritionnelle du basilic, déterminée selon le procédé de Janssen (1998 et 2003) se trouve entre les limites d'accumulation et de dilution des nutriments dans la plante. Elle s'affecte à l'efficacité interne optimale du basilic. Cette efficacité interne optimale (EIO) du basilic est la suivante respectivement pour N, P et K :

EIO N = (LAN + LDN)/2 = (175 + 295)/2 = 235 kg.kg-1 EIO P = (LAP + LD P)/2 = (1210 + 2080)/2 = 1645 kg.kg-1 EIO K = (LAK + LDK)/2 = (155 + 435)/2 = 295 kg.kg-1

Les efficacité internes optimales du basilic sont 235 kg.kg-1 pour N, 1645 kg.kg-1 pour P et 295 kg.kg-1 pour K (Figure 4).

Pour le basilic, le ratio d'absorption optimale de N, P et K sont les suivants :

rN/P = EIOP/EION =

1645/235

=

7,0

rN/K = EIOK/EION =

295/235

=

1,26

rK/P = EIOP/EIOK =

1645/295

=

5,58

Le ratio d'absorption pour l'optimisation de la nutrition en N, P et K est alors 7,0:1,26:5,58. Et c'est ce ratio qui a servi à l'optimisation de l'absorption de N, P et K dans le module.

On a constaté que ce ratio d'absorption équilibrée de NPK pour le basilic (7,0:1,26:5,58) diffère peu de ceux déterminés pour le riz irrigué de bas-fond en Asie où van

Duivenbooden (1996) a trouvé 7,5:1:9,9, Witt et al. (1998) ont trouvé 5,7:1:5,6 et Witt et al. (1999) ont trouvé 6,1:1:5,6.

7000

6000

5000

4000

3000

2000

1000

0

7000

6000

5000

4000

3000

2000

1000

0

7000

6000

5000

4000

3000

2000

1000

0

A

0 5 10 15 20 25 30 35

Absorptions de N (kg/ha)

B

0 1 2 3 4 5 6

Absorptions de P (kg/ha)

C

0 5 10 15 20 25 30

Absorptions de K (kg/ha)

Figure 4 : Relation entre l'absorption et le rendement du basilic pour l'azote (N), le ph osphore (P) et le potassium (K).

C'est la relation entre le rendement et l'absorption de N, P et K dans la matière sèche du basilic à la récolte 2, 4 et 6. Les lignes (en tiret) à gauche de chaque figure représentent la limite maximale de dilution de N, P et K et les lignes (en tiret) à droite indiquent la limite maximale d'accumulation de N, P et K.. Les pentes sont obtenues en excluant les valeurs extrêmes fortes et faibles avec 2. 5è centiles des efficacités internes calculées à travers les sites et les saisons de cultures du basilic. Les lignes de milieux (en trait plein) représentent la nutrition optimale telle que décrite par Q UEFTS.

46

précédent sommaire suivant