WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Estimation des besoins en N, P et K du basilic (Ocimum basilicum L.) par le module DSSB et gestion optimale de N dans la Région Maritime du Togo

( Télécharger le fichier original )
par Ayi Koffi ADDEN
Université de Lomé - Diplôme d'Ingénieur Agronome 2005
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

1.7.2 La gestion des nutriments du sol

Le stock de nutriment disponible dans le sol est une résultante de la dynamique des éléments nutritifs, déterminée par les approvisionnements internes (minéralisation de la matière organique du sol) et externes de nutriments (apports de fumures), les absorptions des plantes et les pertes diverses (lixiviation évaporation, drainage, etc.) (FAO, 1999). Tous ces mouvements de nutriments font que le stock de nutriments disponible pour la culture varie constamment et il mérite d'être renouvelé et adapté aux besoins. Par ailleurs, lorsqu'on étudie un sol de même nature, on se rend compte que sa composition chimique et

physique varie d'un endroit à l'autre (Dobermann et al., 2000). Toutes ces variabilités de la fertilité du sol avec un potentiel nutritionnel limité demande une gestion afin de pouvoir canaliser pour le mieux les interventions.

Une bonne gestion des nutriments doit prendre en compte l'état fertilitaire du sol en place et les approvisionnements en fertilisants aussi bien organiques que minéraux (Janssen, 1993).

La gestion de nutriment suivant l'approche SSNM (Season or Site Specific Nutrient Management) est une technologie contemporaine en vogue qui vise une gestion dynamique des nutriments sur chaque parcelle spécifique, au cours d'une saison donnée afin d'optimiser les besoins et l'apport de nutriments selon l'évolution des cycles des éléments nutritifs dans le système sol-culture (Dobermann et White, 1999).

Cette approche répond mieux aux exigences des cultures tout en respectant l'environnement dans la mesure où les pertes ou les carences de nutriments sont très bien canalisées.

1.7.3 Les recommandations de fumures

Les besoins en nutriment du basilic sont continus le long de sa croissance. Et sa production requiert une disponibilité permanente de nutriments (Dzotsi et al., 2004).

La fertilisation minérale dépend du type de sol et de sa richesse initiale (Darrah, 1984 ; Simon et al., 1995). Le niveau de fertilité initiale du sol peut être obtenu par l'analyse de sol ou des plantes et cela permet une fertilisation tactique adaptée aux exigences nutritionnelles du basilic. L'apport de matière organique, du fait des effets bénéfiques qu'elle exerce sur le sol et la plante, est un grand atout pour une fertilisation appropriée (Dzotsi et al., 2004)

Dans certaines régions des USA, on utilise une combinaison de N, P, et K de 120-120- 120 kg.ha-1 (proportion de 1-1-1) avec un apport de 50-75 kg.ha-1 de N après chaque coupe (Simon, 1995). Le basilic répond mieux aux fumures modérées. Une forte fumure affecte négativement la qualité du produit de récolte (Tableau 1).

Les expériences de Tesi et al. (1995) réalisées sur la fertilisation du basilic (variété Genovese) en culture hydroponique en serre, ont montré que la combinaison N-P-K dans une proportion de 1-1-2, produit un meilleur effet sur la croissance du basilic. En culture hydroponique, AgroDynamics (1988) recommande une combinaison de N-P-K de 2 10-80- 275 mg.L-1.

Pour Cox (2001), de meilleure croissance et de meilleurs rendements s'obtiennent avec deux applications par semaines, du semis jusqu'à la récolte, de NPK à des doses de 20-20- 20 kg.ha-1 ou de 20-10-20 kg.ha-1 à partir du repiquage.

Koudjéga (2004) recommande, en fonction des sols et de leur histoire, les doses suivantes de N, P et K dans la région maritime du Togo :


· Sol ferrallitique avec précédent cultural, Mucuna : 200-30-125 kg.ha-1 avec application de 20 t.ha-1 de bouse de vache;

? Sol ferrallitique avec précédent cultural, niébé : 400-0-0 kg.ha-1 avec 20 t ha-1 de bouse de vache et 200-30-125 kg.ha-1 sans bouse de vache;

4 Sol sableux avec précédent cultural, basilic ou Mucuna : 200-30-125 avec ou sans application de fumier,

4 Sol argilo-sableux, nouvellement défriché : 200-30-125 kg ha-1.

Darégal Equatorial pratiquait des doses de N-P-K de l'ordre de 300 -75-175 kg.ha-1 en plus de 20 t.ha-1 de bouse de vache pour la production de feuilles de basilic en six coupes sur le littoral togolais. A Adétikopé, ce sont de semblables doses de N-P-K qui sont apportées.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net