WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Bis Repetita Placent : la collection comme mode de construction de la cinéphile

( Télécharger le fichier original )
par Stéphanie POURQUIER
Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse - Master Sciences de l'Information et de la Communication 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Tables des matières

Remerciements 3

Résumé 6

Avant-propos 7

Partie I Le film fétiche de salon : le parangon Dirty Dancing 11

Chapitre I Analyse de l'objet 11

A- Présentation de l'objet 12

B- Un « teen movie »? 23

C- Les thèmes calques 25

Chapitre II Le film-fétiche : l'amulette du cinéphile ? 33

A- De l'objet de jeunesse à l'objet-là 34

B- Le totem adolescent ou la construction d'une identité groupale ? 36

C- Le rite adolescent 39

Chapitre III Un système de communication 41

A- Un révélateur des identités 41

B-Du groupe à l'individuel 43

Partie II La collection comme mode de consommation 45

Chapitre I La dimension temporelle 47

A- Un film qui grandit avec soi 47

B- Le retour en arrière 50

C- Le Savoir 52

Chapitre II :Entre « regard spécialiste » et fascination 54

A- L'opinion du collectionneur 54

B- Un phénomène de rite ? 57

C - L'expérience Numineuse 60

Chapitre III Un nouveau mode de consommation ? 62

A- Les dispositifs 62

B-Un vecteur d'ouverture 66

Partie III : de la pratique de sortie à la cinéphilie domestique 69

Chapitre IDe la salle obscure à la DVDthèque 70

A- La consommation 70

B- le téléchargement : le cinéma a porté de main 74

C- La mobilité de l'objet 76

Chapitre II Le cinéma dans le quotidien 79

A- Les « goodies », de la consommation de masse à l'affichage du soi 79

B- L'importance de la musique 81

Chapitre III Vers une cinéphilie parallèle ? 85

A- dimension participative de l'individu 85

B- Une cinéphilie bâtie à deux vitesses 87

Conclusion 93

Bibliographie ..92

Résumé

Dans notre patrimoine cinématographique, certains films semblent avoir une importance particulière : quels sont ses films que le spectateur est amené à regarder plusieurs fois ? Quel est leur impact sur la construction de notre culture cinématographique ? Autant de questions qui peuvent être abordées dans un mémoire de Master 2 en Sciences de l'Information et de la Communication. En effet, nous avons tenté d'étudier le film fétiche et son visionnage récurrent par le biais du film Dirty Dancing. Pour analyser la réception de ce film et ses usages en termes de pratiques culturelles, nous nous appuierons sur des données qualitatives provenant d'un échantillon de spectatrices de 20 à 35 ans. Il s'agit donc, dans cette étude, d'établir une approche exploratoire qualitative microsociologique auprès d'un public féminin dont le film Dirty Dancing est à la fois un objet de jeunesse et référence perpétuelle. Plus que l'étude d'un cas précis, ce travail sera aussi le lieu d'étude d'un mode de consommation particulier du cinéma et d'un regard sur la cinéphilie domestique.

In one's cinematographic heritage, some movies seem to reveal a special importance to us: which are these movies one would easily watch several times? What is their impact on the way we establish our cinematographic culture? Those are the questions one should wonder in a master's thesis in Science of Information and Communication. Indeed, what we aimed at studying here is the so-called "fetichist movie" and its "everwatching" mode through Dirty Dancing. In order to analyse the way people perceive this film and its uses in terms of cultural matters, I will base this appreciative databases on a sample of female audience aged 20 years old to 35 years old. As a matter of fact, this study aims at establishing a deep microsociologic and appreciative approach towards a female audience for whom Dirty Dancing is both a youth artefact and, nevertheless, also an everlasting one More than a research about a precise case this work will lead us to the opportunity to study a particular consumerist cinema and an overlook of hat happens on everyone's private TV screen as well.

précédent sommaire suivant