WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Assurance et économie : cas du Sénégal

( Télécharger le fichier original )
par Amadou Seydou CISSE
Université Dakar Bourguiba - Maîtrise 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

III/ INVESTISSEUR INSTITUTIONNEL

TAUX DE CONTRIBUTION DE L'ASSURANCE A L'INVESTISSEMENT NATIONAL

ANNEES

2002

2003

2004

2005

2006

INTITULES

VALEUR DE
REALISATION DES
ACTIFS
REPRESENTATIFS

89 600 502 000

97 872 540 000

107 885 250 000

116 108 054 000

125 276 506 000

FORMATION BRUTE
DE CAPITAL FIXE

922 700 000

843 450 000

961 920 000

1 080 900 000

1 193 600 000

TAUX DE
CONTRIBUTION

9,71 %

11,60 %

11,22 %

10,74 %

10,50%

Source : Rapports de la FSSA et de la DPRS (Direction de la Prévision et de la Statistique).

1 Selon la loi portant réglementation bancaire, les établissements financiers et les banques n'ont pas le même statut et le même objet social. Pour de plus amples informations cf. articles 3 et 4 de ladite loi.

Pour cette partie, on se limitera à analyser l'investissement du secteur par la valeur de réalisation des actifs représentatifs.

La Formation Brute de Capital Fixe (FBSF) est un indicateur issu de la Comptabilité Nationale qui mesure le flux annuel d'investissements réalisés sur le territoire. Ainsi, d'après le tableau ci-dessus, elle progresse dans l'ensemble avec 922 millions CFA en 2002 contre 1,193 milliards en 2006. Elle a connu cependant une tendance baissière en 2003 soit un déficit de 79,250 millions de francs.

En ce qui concerne les valeurs de réalisation des actifs représentatifs (déjà vus plus haut), elles sont en perpétuelle progression avec 89,600 milliards en 2002 et 97,872 milliards en 2003. L'année 2006 affiche la plus grosse somme avec 125,276 milliards de francs CFA.

Ainsi, ce tableau témoigne que l'assurance est toujours au rendez vous de l'investissement national. A cet égard, on peut retenir d'une manière globale que son taux de contribution varie entre 9,71% (en 2002) et 10,50% (en 2006). En 2003, le taux est passé à 11,60% contre 11,22% en 2004, soit un recul de 0,38%. L'année 2005 prolonge cette régression avec un taux de 10,74%. D'une manière évidente, il demeure tout à fait difficile de maintenir ce taux de participation en perpétuelle hausse dans la mesure où les investissements (des secteurs primaire, secondaire et tertiaire) ne sont pas tout à fait permanents. Ils dépendent de la situation économique, politique et même sociale du pays. Déjà en 2003, pour les besoins de l'organisation de la Conférence Islamique, plusieurs milliards de francs CFA ont été prévus dans les infrastructures, ce qui modifie entre autres les taux de contribution.

D'une manière ramassée, l'assurance de nos jours joue un rôle capital dans l'économie du pays. En effet, on a constaté au cours de l'étude faite à ce niveau, que sa prestation ne s'est pas limitée seulement aux abords du domaine de l'économie. Tout en restant dans ce cadre, elle effleure la politique, la société et même la culture car une amélioration positive de la densité dépend d'une bonne culture de l'assurance. A cet effet, si l'activité d'assurance bénéficie d'avantage de l'assistance des autorités publiques, la croissance économique pourra, dans les jours à venir dépasser son niveau actuel.

précédent sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.