WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etude du processus de démocratisation de la géomatique en lien avec le Web 2.0

( Télécharger le fichier original )
par Boris Mericskay
Université Paris 7 et Université Laval - Master 2 2008
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

C. Des producteurs d'information géographique diversifiés

On peut distinguer quatre grands types d'information géographique en fonction de leur producteur, l'information géographique institutionnelle et commerciale qui provient de producteurs publics ou privés comme les collectivités territoriales, les agences nationales de cartographie (l'IGN en France), Navteq et de l'autre une information géographique qui provient de la base et une information géographique « hybride ».

L'information géographique institutionnelle est destinée aux processus d'aide à la décision et à l'information des citoyens. L'information géographique institutionnelle se caractérise par sa complexité (spécification fonctionnelle souvent supérieure aux besoins), et les limites imposées par ses modalités (licence et coût) de diffusion et d'usage. Il s'agit d'une information qui demeure encore souvent cloisonnée au sein des services SIG des collectivités. Il est important de noter que de plus en plus d'initiatives sont mise en place afin de la diffuser (portails SIG, les logiques de mutualisation). Pour C. Verpeaux, « il s'agit de données labélisées service public produites et sourcées par des acteurs publics qui sont gages de qualité contrairement aux données produites par les utilisateurs »32.

31 Dossier « la cartographie en ligne », in L'Aquitaine numérique, n°8 octobre 2007, 16 p.

32 Entretien de Cédric Verpeaux, dans le cadre de l'atelier consacré aux défis de la ville 2.0 axe "La ville comme une plate-forme d'innovations ouverte".

L'information géographique commerciale se développe de plus en plus, son succès est essentiellement lié à la forte utilisation des GPS. Elle se caractérise par des quantités d'informations thématiques payantes, par exemple la société Tele Atlas33 propose plus de 29 millions de POI en téléchargement sur son site, ViaMichelin propose des « circuits touristiques » basé sur des POI. Dans la même lignée plusieurs sociétés offrent comme prestations la création de POI, c'est le cas de la GE-Data qui propose aux entreprises et collectivités territoriales de créer leurs propres données KMZ. L'office du tourisme de Capbreton34 ou la CCI du Gers35 propose en téléchargement sur leurs site Internet des collections de POI crées par GE-Data. Dans la même lignée, la société go2poi propose elle aussi la création de point d'intérêts mais plus à destination des entreprises (Ikea, Intermarché, Leroy merlin,...).

L'information géographique volontaire émane de la base (logique bottom-up), autrement dit du grand public, des citoyens. Cette nouvelle forme d'information géographique est au coeur de la cartographie 2.0. Elle qui incarne la dimension 2.0 (participation et interaction des utilisateurs). Désormais toute personne disposant d'une connexion Internet est en mesure de créer de l'information géographique qui sera largement diffusée et utilisée. Les exemples sont indénombrables, il s'agit des photos géolocalisées sous Flickr ou Panoramio, de collections de POI faites par des passionnés, des nombreuses cartes réalisées avec la fonctionnalité My Maps36 de Google Maps ou encore des internautes qui contribuent aux sites comme Wikimapia, OpenStreetMap ou Géobirds.

Enfin, il existe une information géographique « hybride » qui mélange les deux précédentes dans une logique de mashup (mixage). Il s'agit par exemple de POI crées par des particuliers mais qui concernent des équipements collectifs ou des collections de POI d'une chaine de magasin. Les sites d'informations locaux comme dismoiou ou Tout Près de Chez Nous illustre cette idée d'une nouvelle information géographique hybride où se mêle à la fois du contenu apporté par les utilisateurs dans une logique bottom-up, le tout dans un cadre assez codifié où la technologie et le contrôle des données est géré en amont. On peut considérer que les informations sont captées par ses sites qui ont mis en place les infrastructures pour en collecter un maximum afin de la valoriser dans le but d'en tirer un bénéfice commercial.

33 La société Tele Atlas a été racheté en 2007 par le fabricant de GPS Tom-Tom.

34 http://www.capbreton-tourisme.com/ok.htm

35 http://www.teleparc.net/html/fr/pole/google-earth-gers.php

36 Ce service lancé en 2007 permet à chaque utilisateur de créer des cartes personnalisées, de les partager et d'ajouter des contenus et des fonctionnalités créés par d'autres utilisateurs.

 

Information
Géographique
Institutionnelle

Information
Géographique
Commerciale

Information
Géographique
Volontaire

Information
Géographique
Hybride

Logique

Top-Down

Top-Down

Bottom-Up

Hybride

Qualité

Bonne

Bonne

Variable

Bonne

Domaine

Public

Privé

Public

Public

Contenus

Indicateurs, référentiels
cadastre, réseaux

POI, référentiels,
radars, circuits
touristiques

Opinions, POI, photos,
vidéos, traces GPS

Opinions, POI

Figure 4 : Les différents types d'informations géographiques présents sur internet

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy