WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La délinquance dans le canton de Coussey durant le premier XIXème siècle

( Télécharger le fichier original )
par Hugues Herbillot
Université Nancy 2 - Master 2009
  

précédent sommaire suivant

A. Identité du délinquant, âge, profil social et sexe.

1. La délinquance n'a pas d'âge.

L'étude du délit dans les sociétés rurales du XIXème siècle permet de distinguer quatre classes d'âge distinctes. Dans les jugements, ne sont précisés que le nom et le métier du prévenu. Il faut chercher dans les interrogatoires pour découvrir un état civil plus complet des délinquants potentiels. La première catégorie d'âge mise en évidence, est celle des enfants de moins de 15 ans. Viennent ensuite, les adolescents et jeunes adultes âgés de 15 à 25 ans, puis, les adultes âgés de 25 à 50 ans. Enfin les personnes de plus de 50 ans ferment la marche.

a. Les mineurs, des délits limités et bien ciblés.

Cette catégorie est logiquement celle qui se distingue le moins en termes de criminalité, car c'est aussi la plus surveillée. Les enfants dont la majorité pénale survient à seize ans sont cependant émancipés précocement et se voient confier des troupeaux à garder dès le plus jeune âge. On rencontre les enfants essentiellement au travers des délits de vaine pâture ou de chamailleries qui tournent mal. Des auteurs du XIXème siècle comme Henry Joli, attribuent aux enfants une «prédominance du vol dans l'adolescence162(*) ». Ainsi à Brancourt le 27 février 1828, Thomas Alexandre Mahalin et Joseph Thiant, tous deux mineurs sont accusés163(*), pour le vol de 14 poules appartenant à divers particuliers. Les enfants mineurs ne peuvent cependant pas comparaître seuls en justice, ils sont accompagnés de leur père « civilement responsable ». Dans les procès verbaux ou les jugements, les plus jeunes sont systématiquement qualifiés de leur nom suivi de celui de leur père et de sa profession. Cette délinquance juvénile reste marginale avec seulement 3,74 % de tous les délits commis et ne s'applique qu'à quelques individus pour quelques délits. En se référant au Compte Général, on obtient des chiffres légèrement supérieurs, la moyenne nationale des mineurs délinquants est en effet de 4,86 %.

b. Les jeunes de 18 à 25 ans et le phénomène de groupe.

Le caractère, la force, l'expérience évoluent. On peut schématiser grossièrement le groupe des jeunes âgés de 16 à 25 ans par leur comportement impétueux et leur besoin incessant de se mesurer aux autres pour établir leur identité au sein du groupe villageois. Tous ces éléments vont les pousser à commettre des formes particulières de délits.

Le groupe des jeunes adultes non mariés est responsable de 25,85 % des délits, ce groupe est souvent organisé en communauté que l'on appelle abbayes de jeunesse pour les siècles précédent. Des communautés aussi bien organisées n'existent pas dans le canton, bien que des formes de sociabilité de jeunes gens existent. Tous les ans à Neufchâteau, les jeunes adultes se réunissent « le dimanche appelé les Brandons pour fêter les Valentins164(*) ». Ce rassemblement de jeunes, gêne la tranquillité publique par « un usage abusif et scandaleux des cris portant atteinte à la morale et à la tranquillité des ménages165(*) ». La préparation de cette fête est organisée sous la conduite d'une société de jeunes gen s. Le maire interdit le déroulement d'une telle fête, et prend des dispositions importantes en mettant en état d'alerte les gendarmes et les gardes champêtres.

Cette classe d'âge, est virulente, son organisation est basée sur l'usage de la violence au quotidien. Les disputes sont les plus spectaculaires à cette période de la vie. Une majorité d'affrontements physiques incluant un nombre important de protagonistes, sont le fait de jeunes gens de moins de 25 ans. Les beuveries la veille des conscriptions, ou les bals, donnent lieux à des rixes entre petites bandes. Ce phénomène se produit à Domrémy-la-Pucelle le 13 octobre 1811 lors d'un bal166(*). Un des danseurs, Louis Fleurey, donne un coup de poing à un enfant de quinze ans au cours d'une danse. Six autres jeunes âgés de 15 à 20 ans provoquent alors l'agresseur puis attendent qu'il quitte le cabaret pour le battre.

Henry Joly montre que les adultes âgés de 21 à 25 ans se manifestent surtout par les infanticides, les vols domestiques ainsi que les vols sur chemins publics.

Jusqu'à 25 ans inclusivement, les crimes contre les propriétés sont plus nombreux que les crimes contre les personnes.

* 162 op. cit., pp, 56.

* 163 AD Vosges, 22u72, 1828.

* 164 AC, Actes du maire, Neufchâteau, 1808.

* 165 Ibid.

* 166 AD Vosges, 22u42, Domrémy-la-Pucelle, 1811.

précédent sommaire suivant