WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La délinquance dans le canton de Coussey durant le premier XIXème siècle

( Télécharger le fichier original )
par Hugues Herbillot
Université Nancy 2 - Master 2009
  

précédent sommaire suivant

c. Relations au sein de la famille.

Le graphique suivant représente les relations conflictuelles au sein de la famille. A partir des cas recensés à partir des archives, on observe que ce sont les fils les plus violents au sein des familles.

Figure 25, les relations conflictuelles au sein de la famille.

Si la violence peut s'exercer au sein de la famille entre époux, les dissensions au sein de la famille sont encore plus nombreuses. François Ploux démontre que ces conflits sont essentiellement liés à l'héritage dans le Quercy, où la reproduction sociale préciputaire et inégalitaire prévaut. Le préciput est l'avantage conféré à l'ainé qui lui permet d'hériter de la majeure partie des biens lors d'une succession. Dans les Vosges on peut observer « des pratiques inégalitaires plus ou moins nettes280(*) », cette particularité tranche avec « une moitié nord de la France très largement égalitariste281(*) ».

Le père de famille dans les régions successorales inégalitaires est le maître incontesté de la maisonnée, c'est lui qui désigne son héritier ce qui n'est pas sans causer des jalousies et des querelles ultérieures. La question sensible de la succession apparaît comme un sujet de discorde récurrent, Antoine Régnier de Mont-près-Isches propose à sa mère veuve de lui céder ses héritages, sa mère refusant l'arrangement, le fils la frappe en lui portant « des coups de pieds en la tenant par le bras pour la faire sortir de la maison282(*) ».

En 1839 à Avranville, Charles Desmoissons appelle les gendarmes pour porter plainte contre son fils, à propos « des mauvaises raisons au sujet du partage qu'il a fait à ses enfants283(*) ». Les enfants se brouillent suite à cet héritage, le fils Nicolas hérite de la maison du père. Sa soeur « allait ordinairement cuire du pain dans le four de la maison de son père où elle était autorisée par ce dernier, mais son frère s'y étant opposé lui a dit que si elle pilonnait encore il la jetterait dans le four284(*) ». La transmission du patrimoine, inégalitaire ou non, est souvent une source de tension entre membres d'une même famille.

Les affrontements intrafamiliaux s'observent entre tous ses membres. Sur le graphique ci-dessus, nous n'avons pas représenté les violences exercées sur des neveux ou des nièces, de part leur faible importance. Le fils héritier apparaît comme le membre de la famille le plus violent, il est en effet l'auteur de dix cas de violences. Tous les affrontements interfamiliaux ne sont pas liés à des questions d'héritages, les jalousies, ou tous simplement la proximité lorsque la maison est divisée en deux sont autant d'explications à ces déchirements familiaux.

Si les relations au sein de la famille sont parfois chaotiques, ces accrochages sont une minorité. Les frères font preuve d'une solidarité franche les uns avec les autres. Joseph Hubert et Dominique Poinsot témoignent ainsi tous les deux contre Sébastien Fournier en 1823 suite à des troubles survenus lors d'une adjudication de vente de bois285(*). La même complicité s'observe entre père et fils, à Coussey en 1825 au procès d'Anne Sivret, Nicolas Leclerc, âgé de cinquante et un ans et son fils François Leclerc, âgé de trente et un ans, témoignent tous deux contre la prévenue286(*). Ces témoignages concordants en famille s'observent à tous les niveaux, entre mères et filles, ou encore entre belles-soeurs.

Les conflits familiaux sont minoritaires, on en dénombre vingt au total, soit 18,18 % de toutes les violences. La majorité des familles cherche à cacher ses querelles internes. Cette façade permet de faire bonne figure et d'être ainsi être dans de parfaites conditions pour apparaître unis face aux périls extérieurs.

* 280 DEROUET, B, « Pratiques successorales et rapport à la terre : les sociétés paysannes d'Ancien Régime », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, [En ligne]. 1989, n° 1, p 178. Consulté le 22/03/2009. URL: http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_1989_num_44_1_283584.

* 281 Ibid.

* 282 AD Vosges, 22u43, Mont-près-Isches, 1811.

* 283 AD Vosges, 22u81, Avranville, 1839.

* 284 Ibid.

* 285 AD Vosges, 22u65, Grand, 1823.

* 286 AD Vosges, 22u70, Coussey, 1825.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Visitez Arcy sur Cure

Camping du Saucil a(Villeneuve sur Yonne)