WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Dynamique de l'occupation sol dans des niayes de la région de Dakar de 1954 à  2003: exemples de la grande niaye de Pikine et de la niaye de Yembeul

( Télécharger le fichier original )
par Aminata DIOP
Université Cheikh Anta DIOP de Dakar - DEA 2006
  

précédent sommaire suivant

3. La floriculture

La floriculture est en pleine expansion dans la capitale. Elle a eu de grandes avancées grâce au centre de recherche horticole de Cambérène. Cette expansion est aussi le fait de la promiscuité et du changement de mentalité. Ainsi, même si les populations n'ont pas beaucoup d'espace, elles accordent une plus grande importance aux plantes surtout aux espèces ornementales et à la décoration intérieure.

4. La riziculture

La riziculture est une culture vivrière pratiquée par les femmes Diolas dans la zone d'inondation du lac Ouarouaye. Sa pratique nécessite un dessalement des sols surtout en fin de saison sèche.

5. La pisciculture

La pisciculture en est encore à ces débuts. Elle est pratiquée dans des bassins sur des parcelles occupées par l'arboriculture autour du lac Ouarouaye. La pêche est une activité qui a tiré partie du retour de la pluviométrie, Tilapia est la seule espèce pêchée à cause de la nature argileuse du substrat et de la salure des eaux.

6. L'extraction de sel

L'extraction du sel est pratiquée en saison sèche avec le retrait des eaux. Elle est pratiquée dans la Grande Niaye de Pikine sur le site du Technopôle et au lac Ouarouaye. Elle a une importance moindre à cause du retour de la pluviométrie.

La richesse et la diversité des sols autorisent la production de plusieurs spéculations. Selon les saisons, les maraîchers cultivent des produits dont la demande sur le marché ne fait qu'augmenter. Les activités agricoles se déroulent toute l'année et la diversification des cultures est une réalité vécue par les maraîchers. Ces possibilités sont des atouts majeurs de ce site.

Il y a cependant d'autres activités qui ne sont pas directement liés au secteur primaire (commerce, artisanat), en ce sens on peut considérer que la nature du site et ses potentialités ne sont pas le seul facteur d'occupation. Certains résidents, surtout dans Yeumbeul ne sont intéressés par la zone des niayes que pour des besoins d'habitation. Ceci confirme le rôle de « cité dortoir » de certains quartiers de la banlieue de Dakar.

La zone des niayes présente donc une grande spécificité du fait du cadre urbain dans lequel elle se trouve. Elle offre des possibilités multiples aussi bien pour l'habitat que pour les activités. Cette situation géographique fait sa richesse et lui confère une valeur certaine, mais l'expose aussi à une mauvaise utilisation de ses ressources et à des risques de dégradation. Cela traduit la difficulté de préserver des espaces naturels dans des villes en pleine expansion.

DEUXIEME PARTIE : LA DYNAMIQUE DE L'OCCUPATION DU SOL

précédent sommaire suivant