WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Dynamique de l'occupation sol dans des niayes de la région de Dakar de 1954 à  2003: exemples de la grande niaye de Pikine et de la niaye de Yembeul

( Télécharger le fichier original )
par Aminata DIOP
Université Cheikh Anta DIOP de Dakar - DEA 2006
  

précédent sommaire suivant

Chapitre III : LES PROBLEMES DE SANTE PUBLIQUE:

Le poste de santé de Aïnoumadhi SOTRAC polarise 47 quartiers (situés entre Station TOTAL de Yeumbeul et Malika) et une population de 33000 habitants en 2002. Nous nous sommes intéressée aux affections les plus fréquentes et qui se trouvent toutes liées à l'eau. Ce sont : le paludisme, les dermatoses, les maladies diarrhéiques et dysenteries et les helminthiases (cf. figure 18).

I. LE PALUDISME

Entre 1970 et 1996, dans la région des niayes, le paludisme avait diminué de 80% à cause de l'assèchement des mares (Mouchet, 2000). Cependant d'après la même source, il y a une forme de « paludisme urbanisée » qui est surtout le fait de l'Anophèle gambia. Ce vecteur s'accommode presque de toutes les situations humides, ces larves peuvent se développer dans des espaces très réduits comme une boîte de conserve (Claval, 1980). A partir de 1998, les larves de moustiques trouvent dans le site des niayes en général, un cadre propice à leur développement. Il y a en effet en plus de l'eau stagnante, la chaleur. La conjonction de ces deux facteurs pendant presque toute l'année est suffisante pour assurer la prolifération des moustiques et rendre le paludisme endémique. C'est ainsi que dans la zone de Yeumbeul où il y a à la fois des eaux stagnantes et des ordures à proximité des habitations, le paludisme sévit pendant toute l'année surtout chez les enfants avec une recrudescence en hivernage.

Ainsi pour l'année 2005, les cas d'accès de paludisme grave sont signalés du mois d'août au mois d'octobre. En août, 845 cas de paludisme ont été traités dans le poste soit 51,8 % des consultations effectuées. Au mois de septembre 1138 cas sont recensés soit 71,5 % des consultations. Ce taux diminue en octobre jusqu'à 61,9 %. Pour l'année 2005, les cas de paludisme constituent 46,3 % des consultations effectuées.

D'après l'infirmier chef de poste, la morbidité pour cause de paludisme est plus importante en 2005. Cette affirmation est confirmée après comparaison avec les données recueillies par Wade (1998). En effet, en juillet 1997, 327 cas de paludisme ont été enregistrés contre 555 cas en 2005 ; au mois d'octobre respectivement 352 et 969 cas. Les habitants des quartiers visités soulignent aussi que le principal problème de santé à Yeumbeul est le paludisme.

Sur les 111 postes de santé de la région de Dakar, 215010 cas de paludisme ont été recensés en 2004 (DPS, 2004) soit une moyenne de 1937,02 cas par poste. Les cas de paludisme du poste de santé de Aïnoumadhi sont trois fois supérieurs à cette moyenne. Cette structure reçoit les 8,06 % des 75981 cas de paludisme recensés dans les 40 postes de santé de la ville de Pikine alors que la population de l'ensemble de la commune d'arrondissement fait 13,5 % de la ville. Ce rapport montre la forte prévalence du paludisme dans la zone de Yeumbeul et particulièrement dans la zone polarisée par le poste de Aïnoumadhi SOTRAC.

précédent sommaire suivant