WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Dynamique de l'occupation sol dans des niayes de la région de Dakar de 1954 à  2003: exemples de la grande niaye de Pikine et de la niaye de Yembeul

( Télécharger le fichier original )
par Aminata DIOP
Université Cheikh Anta DIOP de Dakar - DEA 2006
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Chapitre II : LE CADRE PHYSIQUE

Le cadre physique des niayes explique la particularité et la vulnérabilité du site. Dans ce chapitre, les zones d'études ciblées seront présentées de même que la structure géologique et son influence sur les formes de relief, les disponibilités en eaux, les sols, le climat et la végétation.

I. LA SITUATION DES ZONES ETUDIEES

Dans cette étude nous nous intéresserons plus spécifiquement à une partie de la Grande Niaye de Pikine et à la Niaye de Yeumbeul (figure 3).

- La Grande Niaye de Pikine

Le site choisi couvre la Niaye de la Patte d'Oie, la grande dépression qui abrite le projet du technopôle, le couloir inondable de Dalifort et les niayes de Hann Maristes. Il y a sur ce site, un type d'habitat planifié avalisé par les autorités politiques afin de décongestionner le centre ville, un type villageois et un type irrégulier mais restructuré. Sur les cinq communes d'arrondissement que couvre la zone d'étude, celles de Hann Bel air, de la Patte d'Oie, de Dalifort et de Pikine régulier ont été visités et ont fait l'objet d'observation.

- La Niaye de Yeumbeul :

La Niaye de Yeumbeul se trouve en grande partie dans la commune d'arrondissement de Yeumbeul Nord située dans le département de Pikine. Le choix de ce site se justifie d'abord par l'importance de la population et par le développement de l'habitat irrégulier. Nous avons travaillé dans les quartiers Darou Salam IV/C, Darou Salam V, Médina Gazon, Léona Yeumbeul Nord Aïnoumadhi I et II et la partie Nord de Yeumbeul Sud.

Figure 3 : Localisation des zones d'étudiées

L'étude est diachronique et couvre les années 1954, 1978, 2003. Le choix de ces dates est d'abord dicté par la disponibilité des images mais aussi par certains événements marquants. En effet, le choix de la date de 1954 se justifie par la forte urbanisation de la région de Dakar qui aboutit à  la création de Pikine Dagoudane en 1952 pour désengorger certains quartiers de Dakar (Vernieres, 1973).

A partir des années 1970 le Sénégal a connu une période de sécheresse. Dans ce contexte on retiendra le sens hydrologique de la sécheresse c'est-à-dire « quand il y a une occurrence soutenue à l'échelle régionale, de précipitations en dessous de la moyenne se traduisant par un niveau d'approvisionnement anormalement bas des cours d'eau et /ou des réservoirs de surface ou souterrains » (Bootsma et al 1996).

La sécheresse a atteint un niveau plus critique en 1972 avec un cumul de 116,7 mm à Dakar. La tendance s'est maintenue jusqu'en 1977 avec 171,2 mm de précipitations. L'année 1978 est aussi apparue comme une année de rupture qui marque la naissance de beaucoup de quartiers irréguliers dans la zone de Yeumbeul.

L'année 2003 est intéressante parce qu'elle permet d'avoir une vision plus récente de la situation et se trouve être une période marquée par le retour de la pluviométrie.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net