WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etude hydrogéologique à  la confluence Rhône-Durance

( Télécharger le fichier original )
par Salah NOFAL
Université d'Avignon et des pays de Vaucluse - Master 2 2009
  

précédent sommaire suivant

Aidez l'hopital de Montfermeil

5.4.4. Distribution les teneurs en sulfates:

Les sulfates contenus naturellement dans l'eau souterraine sont fournis par la dissolution des minéraux contenant du soufre (comme le gypse par exemple). Les sulfates sont également utilisés dans certains engrais et produits phytosanitaires. La concentration maximale admissible de 250 mg/l selon les normes françaises. Devant les concentrations importantes de sulfates dans l'eau, il convient de rechercher s'il n'y a pas des rejets industriels. Les teneurs en ions sulfates varient d'environ 75 mg/L à 350 mg/L.

Figure 40 : Distribution spatial des sulfates.

Ces valeurs ne sont pas particulièrement élevées. Globalement, les augmentations de concentrations se font vers le nord et vers l'est. La nappe ayant une direction du SE vers le NW (Figure 40), ces augmentations sont logiques car la nappe va se charger peu à peu en éléments durant son trajet. Les faibles augmentations montrent que l'eau de la nappe ne rencontrent pas de source de pollution importante au cours de son cheminement dans l'aquifère. L'augmentation à l'approche de la ville laisse penser que les sulfates ont une origine sans doute domestique.

5.4.5. Distribution la conductivité à 25°:

La conductivité traduit la minéralisation totale de l'eau. Sa valeur varie en fonction de la température. Sa mesure permet de déceler immédiatement une variation de la composition de l'eau, par exemple :

- Baisse de conductivité de l'eau d'un réseau de chauffage due à l'entartage.

- Réglage de la purge d'une chaudière ou d'un circuit de refroidissement pour limiter la concentration des sels dissous.

- Contrôle de la production d'une chaîne de déminéralisation.

Le niveau guide de la conductivité à 20 C° d'une eau destinée à la consommation humain est 400 uS/cm.

Les eaux se chargent en éléments en se dirigeant vers l'agglomération (Figure 41).

Figure 41 : Distribution spatial de la conductivité.

La minéralisation augmente avec le temps de séjour dans l'aquifère. Les valeurs les plus fortes s'observent ainsi logiquement dans les zones non irriguées. Les valeurs intermédiaires subissent d'une part l'influence de l'eau présente dans l'aquifère et d'autre part celle due a l'arrivée des eaux d'irrigation. En ce qui concerne le point 13, les valeurs remarquables observées pour les concentrations en chlorures et sulfates sont également confirmées par la conductivité qui augmente de 100%. Il est possible de penser que ce point est une source de pollution locale puisqu'il présente trois des quatre paramètres physico-chimiques très particuliers (concentrations et conductivités très élevées).

précédent sommaire suivant






Aidez l'hopital de Montfermeil

Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour