WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution à  l'étude de l'inversion sexuelle chez une espece de poisson d'eau douce: Tilapia (Oreochromis niloticus)

( Télécharger le fichier original )
par IBTISSEM AIT HAMOUDA
Institut des sciences de la mer et de l'aménagement du littoral - Ingénieur d'état en sciences de la mer 2005
  

précédent sommaire suivant

3. Protocole expérimental 3.1. Reproduction

Pour obtenir nos trois lots d'alevins, nous avons placé le 23 mars 2005 des géniteurs de Tilapia en reproduction dans le Raceway ; ce système minimise le risque qu'une femelle prête à pondre ne soit fécondée. Le seul inconvénient réside dans le fait que les poissons, une fois prêts, se reproduisent rapidement et que l'observateur humain n'y assiste que rarement. En revanche, le Raceway présente un certain nombre d'avantages, à savoir :

· Ne nécessite que peu d'espace, comparé aux bassins ;

· Contrôle permanent des conditions environnementales et des phases de l'élevage ;

· Récolte aisée et fréquente de la production ;

· Possibilité d'intervention dès le moindre problème ;

· Facilité de traitement thérapeutique lors de l'apparition de maladies ;

· Gestion très précise de la descendance.

3.2. Récolte du frai

La première récolte des larves, après mise en charge des Raceway, est généralement effectuée entre le 11ème et le 34ème jour (Guerrero & Guerrero, 1988). Dans notre cas, la récolte des larves est réalisée 29 jours après la mise en reproduction des géniteurs, c'est-à- dire le 21 avril 2005. Cette récolte journalière, facilement réalisable, présente plusieurs avantages:

- les jeunes alevins sont au stade de la nage libre et se déplacent en "nuage", s'ils ne sont pas directement récoltés de la bouche des femelles;

- la prédation des jeunes par les adultes est réduite au minimum ;

- les soins à apporter aux oeufs et aux larves vésiculées sont minimes.

La récolte des larves est effectuée à l'aide d'épuisettes à fines mailles (fig. 1 1A). Par contre, la capture des géniteurs se fait avec des épuisettes ou un salabre*. Cette capture nous permet d'examiner l'état des géniteurs et de prélever les oeufs et les larves en incubation dans la bouche des femelles incubantes (fig. 1 1B).

CHAPITRE II : Matériels et méthodes

B

A

Figure 11 : (A) : Epuisette servant à capturer les femelles incubantes.

(B) Récolte des larves en incubation dans la bouche d'une femelle.

Lors de cette récolte, nous avons prélevé des larves à quatre stades différents (fig. 12). Concernant l'expérience de l'inversion hormonale, nous avons choisis des larves avec leurs sacs vitellins pour leur éviter d'ingérer un aliment exogène (fig. 1 2C).

A

2 mm

B

1,7 mm

1 mm

D

C

1,5 mm

Figure 12 : Les différents stades de vie des larves prélevées chez les femelles incubantes.
(A : oeuf en début d'éclosion ; B : oeuf éclos ;
C : larve pendant la résorption vitelline ; D : larve après la résorption vitelline).

300 larves sont prélevées du Raceway de reproduction et sont réparties équitablement dans trois aquariums, ils vont y restés un mois avant d'être déversés dans trois bassins de pré grossissement. Le reste est mis dans un Raceway pour faire l'objet de repeuplements. Les trois lots sont élevés de la même façon et sont soumis aux mêmes conditions. La seule variante est la présence ou pas d'hormone dans l'aliment ainsi que la durée du traitement.

Pour l'inversion sexuelle, les trois lots de larves seront nourris comme suit :

Le lot 01 est le lot témoin ; il est nourri pendant toute l'expérience avec l'aliment artificiel dépourvu d'hormone ;

Le lot 02 est un essai basé sur l'expérience égyptienne, il est nourri avec l'aliment traité à l'hormone 17 a-Méthyltestostérone pendant une semaine ;

Le lot 3 est traité avec la même hormone pendant un mois (quatre semaines).

Pour le reste de l'expérience, les lots 02 et 03 sont nourris avec l'aliment sans hormone. 3.3. Alimentation des géniteurs et des alevins

3.3.1. Composition de l'aliment :

L'aliment utilisé durant notre l'expérience est un aliment industriel de marque « SEKIRIN BASIC » présenté dans des sachets de 500 g, les granulés sont de taille moyenne (fig. 1 3A). L'aliment est fabriqué en Malaisie avec la composition suivante : farine de poisson, farine de crevette, farine de blé, son de riz, farine de soja, farine de maïs, caroténoïdes, vitamines A, B1, B2, C et E, Calcium, Magnésium, biotine* et autres oligoéléments. Les analyses physico-chimiques de l'aliment ont révélé ces teneurs :

Tableau II : Composition de l'aliment utilisé pendant l'expérience.

Composants

% de la matière sèche

Protéines Fibre

Matières grasses Matières minérales Humidité

Min. 33
Max. 3
Min. 4
Max. 3
10

 

Cet aliment est broyé à l'aide d'un broyeur électrique (fig. 1 3B) puis tamisé avec un tamis de 500 jt de porosité pour faciliter son ingestion aux larves, on obtiendra ainsi un pulvérulent (fig. 1 3C).

3.3.2. Traitement hormonal des alevins :

L'aliment traité à l'hormone est préparé selon la méthode de Rothbard et al. (1983) :

Dissoudre 12,5 mg de 17 á-Méthyltestostérone dans 175 ml d'éthanol à 95% puis mélanger la solution avec 250 g d'aliment broyé à l'aide d'une spatule en inox dans un récipient en plastique. On laisse évaporer l'alcool à l'air libre pendant quelques heures. L'ensemble de ces opérations doit être pratiqué avec des gants et un masque pour éviter tout contact direct avec l'hormone.

Figure 13 : Aliment utilisé pour le nourrissage des larves durant l'expérience
(A : granulé ; C : pulvérulent). (B : Broyeur utilisé pour piler l'aliment.)

3.3.3. Ration alimentaire* et fréquence de nourrissage :

La ration alimentaire journalière (R.A.) est calculée selon cette formule (FAO, 2002) :

R. A. = (Pm x T. N. / 100) x Nombre d'individu

Pm : poids moyen (g) ; T.N. : taux de nourrissage

Le taux ainsi que la fréquence de nourrissage, au début de l'expérience, sont les mêmes pour les trois lots mais ce taux change en fonction du poids moyen de larves, il est de 14% de biomasse pour les larves, de 11% pour les petits alevins de 2 g, de 10% pour ceux d'environ 5 g et de 6% pour les individus d'environ 40 g (géniteurs) pour qui l'aliment est présenté sous forme granulée avec une ration alimentaire de 29 g/j. Pour le poids moyen d'une larve fraîchement éclose, on utilise la valeur de 10 mg (confirmée par FAO, 2002). La ration alimentaire est distribuée deux fois par jour.

Une fois l'administration de l'hormone au lot n°03 est terminée (22 mai 2005), les lots d'alevins sont transférés vers les bassins circulaires, se trouvant à l'extérieur, pour la phase de prégrossissement qui se prolonge jusqu'au 13 août 2005 (12 semaines).

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.