WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution des éleveurs au financement de l'entretien des pompes à  motricité humaine dans la commune de Djibo

( Télécharger le fichier original )
par Tahirou NIGNAN
Université Africaine de Developpement Coopératif (UADC) Cotonou Bénin - Diplome d'Etudes Superieure d'Economie Coopérative (DESEC) 2008
  

précédent sommaire suivant

2.2.2.2. Système transhumant

Ce système est basé sur des mouvements saisonniers d'amplitude variable selon la pluviométrie et le potentiel fourrager. Il concerne 75% des éleveurs de la commune de Djibo. Les motifs de la transhumance sont multiples. Cette transhumance se subdivise en deux phases :

v Petite transhumance:

Elle est réalisée en saison pluvieuse au moment de la levée des semis, vers les campements peulhs situés aux alentours de la mare du Soum. Elle a pour objectif de protéger les cultures et d'éviter les conflits entre éleveurs et agriculteurs. A la récolte, le bétail regagne les aires de culture. La transhumance concerne en premier lieu les bovins élevés par les peulhs, mais aussi les petits ruminants associés à ces troupeaux.

v Grande transhumance

Elle se pratique en saison sèche, entre octobre et novembre. Elle est engendrée par l'assèchement des cours d'eau et des mares. Les troupeaux guidés par les fils aînés adultes ou les chefs d'unité de production, transhument vers le sud du pays.

Quand on observe ces deux types de transhumance, on remarque qu'elles se pratiquent à des périodes pendant lesquelles la difficulté d'abreuvement ne se pose pas. Pendant la grande transhumance, les éleveurs se déplacent pour exploiter les résidus de récolte dans les champs. En période de petite transhumance, il y a le problème d'espace de pâture. Les éleveurs se déplacent donc en fonction des espaces disponibles dans les autres villages de la commune.

Le dépouillement des questionnaires a révélé que l'ensemble des gestionnaires des Pmh tout comme les éleveurs, reconnaissent que pendant la petite transhumance, les animaux fréquentent moins les Pmh (1 troupeau par jour ou pas). En revanche, pendant la grande transhumance tous les animaux à l'exception des agneaux fréquenteraient les Pmh. La taille moyenne d'un troupeau en transhumance à l'intérieur de la commune serait supérieure à 25 têtes et au plus 200 têtes pour les bovins. Pour les petits ruminants, l'effectif moyen serait de 30 têtes avec un maximum de 100 têtes. Quant aux troupeaux mixtes (couplage bovins et petits ruminants), l'effectif moyen est de 50 têtes et un maximum de 150 têtes.

Pour ce qui est des animaux en transit, la taille moyenne d'un troupeau se situerait entre 100 à 250 têtes pour les bovins et 100 à 300 pour les petits ruminants. Tout comme le système traditionnel, le système transhumant utilise d'effectifs très élevés et de grandes superficies. Or les lois relatives au pastoralisme réprouvent ces pratiques.

L'analyse des différents systèmes pratiqués dans la commune de Djibo, nous permet de dire que le système dominant est le système transhumant. Non seulement il utilise de grandes superficies mais il porte aussi sur des grands effectifs (75% des éleveurs de la commune utilise ce système). Cette situation n'est pas sans conséquence sur les Pmh à cause de la pression constante exercée sur les Pmh, sources de pannes fréquentes.

Le brassage entre populations animales d'une part et entre populations humaines et animales d'autre part est source de zoonoses et d'anthropozoonoses. Enfin, le séjour prolongé des troupeaux aux abords des Pmh est aussi cause de pollution de la nappe phréatique.

L'appréciation des différentes variables nous permet donc de dire que l'hypothèse N°2 selon laquelle «les systèmes d'élevage pratiqués par les éleveurs ne facilitent pas l'usage des pompes à motricité humaine par les animaux» est confirmée.

2.2.3 Efficacité des structures de gestion

L'appréciation de l'efficacité des structures de gestion des Pmh se fera à travers:

· La régularité des réunions,

· L'évaluation du niveau d'instruction des membres du bureau exécutif,

· La maîtrise du contenu des statuts et règlements intérieurs,

· Et enfin, la maîtrise des principes élémentaires de gestion.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.