WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

équilibre financier : solvabilité

( Télécharger le fichier original )
par eustache arnaud Antali
sup'management - BAC+2 2008
  

précédent sommaire suivant

Appel aux couturier(e)s volontaires

II Le schéma de l'équilibre financier

L'équilibre financier

Vision fonctionnelle vision patrimoniale

Analyse du risque de faillite

Analyse de la solvabilité

Confrontation des ressources stable confrontation entre l'exigibilité

Et des besoin de financement permanant du passif et la liquidité de l'actif

Actif

Passif

Actif à long terme

(à +d'un an)

Capitaux propres

(après déduction)

Actif à court termes (à - d'un an)

Dettes à court terme (à - d'un an)

Emplois

Ressources

Emplois stables (en valeur brute)

Ressources stables

Capitaux propres, amortissement et provision, dettes financières

Emplois d'exploitation (créances d'exploitation, stocks)

Dettes d'exploitations (dettes fournisseurs)

Emplois hors exploitation (créances hors exploitation)

Dettes hors exploitation (dettes diverses)

Trésorerie d'actif

Trésorerie de passif



III L'approche fonctionnelle

1) fondement:

L'analyse financières fonctionnelles s'efforce de dépasser la conception patrimoniale de l'entreprise pour d'une part prendre en compte la fonction des différentes opérations réalisées par l'entreprise (exploitation, répartition, investissements, financement) et d'autre part s'intéresser aux conséquences financières de ces opérations.

Cette analyse est une sorte des prix d'actions entre l'analyse financière effectuée par les comptables nationaux et apports réalisés par les banquiers.

2) Analyse de l'approche fonctionnelle

Cette approche est centrée sur l'activité et non sur la solvabilité de l'entreprise. Elle commence généralement par l'analyse du besoin de financement global d'exploitation (BFGE).

L'objectif principal de cette approche est celui de la détermination de la rentabilité de l'outil économique dans l'optique de continuité d'exploitation.

Cette analyse ce fait par des bilans en valeurs brutes, avant affectation du résultat. On considère que le résultat, les amortissements et les provisions représentent un financement stable pour l'entreprise. Les amortissements en non valeur sont retranchés des capitaux propres.

Son principal souci est celui de la couverture du besoin de financement global d'exploitation

Cette approche est très bien adaptée pour mesurer le potentiel économique de l'entreprise, toutefois, elle demeure moins opérationnelle pour la mesure des risques que court l'entreprise.

Au niveau de cette approche, les postes du passif sont regroupés en fonction de leur nature et de leur destination selon les cycles de l'entreprise. Autrement dit on distingue entre ce qui est investissement, exploitation et hors exploitation.

Le principe de cette approche est celui de l'affectation des ressources stable aux emplois stable et du financement d'une partie du besoin de financement global par des ressources stable. Cette règle d'orthodoxie financière est difficilement respectée par les entreprises et leur pose énormément de difficultés surtout lorsqu'elles sont soumises à l'appréciation du banquier.

3) Représentation du Bilan fonctionnel

Actif

Passif

Actif immobilisé :
(valeurs brutes)

dont :
- immobilisations corporelles
- immobilisations incorporelles
- immobilisations financières

Capitaux permanents

dont :
- capitaux propres
- amortissements et provisions
- dettes financières à long terme

Actif circulant :


dont :
- stocks
- créances clients

Passif circulant :

dont :
- dettes fournisseurs
- dettes fiscales et sociales
- autres dettes d'exploitation

Trésorerie active

dont :
- disponibilité
- soldes bancaires débiteurs

Trésorerie passive

dont :
- concours bancaires
- soldes bancaires créditeurs

4) Analyse du bilan fonctionnel :

A. Le passif du bilan fonctionnel

        Le passif d'un bilan fonctionnel se décompose en trois parties qui sont classées par ordre croissant selon leur degré d'exigibilité. Le degré d'exigibilité mesure le temps nécessaire à une dette pour devenir remboursable. Par exemple, un découvert bancaire devra être remboursé en quelques semaines maximum, une dette fournisseur en quelques mois et un emprunt à long terme en quelques années.

1. Les capitaux permanents :

Les capitaux permanents regroupent l'ensemble des éléments du passif dont le remboursement est le plus éloigné dans le temps pour une entreprise.

A savoir :

· Les capitaux propres de l'entreprise :

C'est à dire l'ensemble des ressources non empruntées dont dispose l'entreprise pour exercer son activité (capital, réserves, subventions d'investissement, provisions réglementées,...)

· les amortissements et provisions :

Constitués par l'entreprise pour permettre le renouvellement de ses éléments de l'actif immobilisé

· Les dettes financières à long terme :

Contractées par l'entreprise auprès d'établissements de crédit et ayant une échéance longue.

1. Le passif circulant :

On regroupe ensuite les éléments du passif ayant un degré d'exigibilité plus rapproché et qui sont directement liées à l'activité courante de l'entreprise. Les éléments de ce passif circulant se renouvellent périodiquement.

A savoir :

· les dettes fournisseurs

L'entreprise ne payant pas nécessairement ses fournisseurs à la livraison, il contracte alors des dettes qui ont des échéances de quelques mois (moins de 90 jours en moyenne).

· les dettes fiscales et sociales :

L'entreprise ne paye pas ses impôts, taxes ou autres charges sociales au jour le jour (exemple la TVA), il contracte alors des dettes auprès de l'État ou des organismes de protection sociale.

· les autres dettes d'exploitation :

Ensemble des autres dettes d'exploitation contractées par une entreprise pour exercer son activité.

3. La trésorerie passive :

· les concours bancaires et autres facilités de caisses :

Consentis par un établissement pour financer l'activité quotidienne de l'entreprise.

· les soldes bancaires créditeurs :

Si le compte bancaire de l'entreprise est négatif, alors l'entreprise devra combler son découvert le plus rapidement possible.

B. L'actif du bilan fonctionnel

        De la même manière que pour le passif, l'actif d'un bilan fonctionnel se décompose en trois parties qui sont classées par ordre croissant de liquidité. Par liquidité, on entend la capacité d'un actif à être immédiatement disponible pour financer une dépense ou payer une dette. Un billet de banque par exemple est un actif parfaitement liquide en ce sens qu'il permet immédiatement d'honorer une dette alors qu'un immeuble est presque non liquide en ce sens que sa transformation en disponibilités est très longue.

1. L'actif immobilisé (ou actif stable) :

L'actif immobilisé regroupe l'ensemble des éléments qui restent pour une longue période au sein de l'entreprise, c'est à dire, qui ne sont pas directement consommés à leur première utilisation (les immobilisations). Ces éléments d'actif sont évalués à leur prix d'achat (hors amortissement) pour estimer réellement le coût de leur renouvellement éventuel.

· les immobilisations incorporelles :

Ne sont pas des biens acquis par l'entreprise mais représente des dépenses engagées par l'entreprise pour une longue période (frais d'établissement, frais de recherche et développement, fonds de commerce, brevets, licences...).

· l'immobilisation corporelle :

Ensemble des biens finaux acquis par l'entreprise pour exercer son activité (terrains, constructions, matériels...) et qui servent au cours de plusieurs cycles d'activité.

· les immobilisations financières :

Ensemble des sommes engagées par l'entreprise pour acquérir des participations dans d'autres entreprises ou faire des dépôts, des cautionnements, ou accorder des prêts.

2. L'actif circulant :

On regroupe ensuite les éléments de l'actif ayant un degré de liquidité plus fort et qui sont directement liées à l'activité courante de l'entreprise. Les éléments de cet actif circulant se renouvellent périodiquement. A savoir :

· les stocks et encours :

Pour produire, l'entreprise achète des matières premières et autres approvisionnements qui ne sont pas consommés en totalité en une seule fois. Ils sont donc stockés par l'entreprise.

· Les créances clients :

L'entreprise peut être amenée à accorder des délais de paiement à ses clients. En ce sens, elle leur accorde un crédit qui lui sera remboursé à relativement brève échéance (quelques semaines en général).

· Les autres créances d'exploitation :

Ensemble des autres créances d'exploitation contractées par une entreprise au cours de son activité

· La trésorerie active :

La trésorerie est constituée de l'ensemble des éléments de l'actif parfaitement ou très liquides. A savoir :

· Les valeurs mobilières de placement :

Ensemble des actifs financiers acquis par l'entreprise mais qui n'ont pas de valeur stratégique et qui visent plutôt à réaliser des plus-values.

· Le solde des comptes bancaires débiteurs :

Ensemble des disponibilités déposées sur le compte bancaire de l'entreprise

· La caisse :

Ensemble des pièces et billets détenus par l'entreprise (son fond de caisse par exemple).

5) Calcul des grandeurs de l'équilibre fonctionnel

a) Le fonds de roulement net global (FRNG)

1. définition

On appelle le Fonds de Roulement Net Global (FRNG) la partie de l'actif stable financé par les ressources stables. Il correspond à la différence entre ressources stables et emplois stables.

Il s'agit de l'excédent des ressources stables sur les emplois stables. Selon La règle de l'équilibre financier minimum, le FRNG doit être positif. Il sert à financer le BFR et en particulier le BFR d'exploitation.

FRNG = ressources durables - emplois stables

FRNG = capitaux permanents - actif immobilisé

2. Intérêt du fonds de roulement net global

Le fonds de roulement net global constitue une garantie de liquidité de l'entreprise. Plus il est important et plus l'équilibre financier semble assuré.

Toutefois le fonds de roulement net global, pris isolément, n'a qu'une signification relative. Pour déterminer si son niveau est satisfait, il faut le comparer au besoin en fonds de roulement.

3. Interprétation économique

Trois cas de figure peuvent se présenter :

a. Le Fonds de roulement est positif :

Dans ce cas, les ressources stables de l'entreprise sont supérieures à l'actif immobilisé constitué, c'est à dire que les ressources stables couvrent les besoins à long terme de l'entreprise.

L'équilibre financier est donc respecté et l'entreprise dispose grâce au fond de roulement d'un excédent de ressources stables qui lui permettra de financer ses autres besoins de financement à court terme.

b. Le Fonds de roulement est nul :

Dans ce cas, les ressources stables de l'entreprise sont égales à l'actif immobilisé constitué, c'est à dire que les ressources stables couvrent les besoins à long terme de l'entreprise.

Mais, même si l'équilibre de l'entreprise semble atteint, celle ci ne dispose d'aucun excédent de ressources à long terme pour financer son cycle d'exploitation ce qui rend son équilibre financier précaire.

c. Le fonds de roulement est négatif :

Dans ce cas, les ressources stables de l'entreprise sont inférieures à l'actif immobilisé constitué, c'est à dire que les ressources stables ne couvrent pas les besoins à long terme de l'entreprise. La règle prudentielle de l'équilibre financier n'est donc pas respectée. Elle doit donc financer une partie de ses emplois à long terme à l'aide de ressources à court terme ce qui lui fait courir un risque important d'insolvabilité. Une telle situation entraîne généralement une action rapide de la part de l'entreprise pour accroître ses ressources à long terme et retrouver un fond de roulement excédentaire.

b) Le besoin en fonds de roulement (BFR)

1. Définition

 Les opérations d'exploitation (achat, production, vente) ainsi que les opérations hors exploitation, donnent naissances a des flux réel (de marchandises, de matière, de produits finis) ayant pour contre partie des flux monétaire. Les décalages dans le temps qui existent entre ces deux catégories de flux expliquent l'existence de créance et de dettes.

En effet ces opérations d'exploitation entraînent la formation des besoins de financement mais elle permet aussi la constitution de moyen de financement

La confrontation entre les deux cas c'est-à-dire le besoin et moyen permet de dégager un besoin de financement induit par le cycle d'exploitation ou besoin en fonds de roulement.

On peut distingué d'un coté les emplois cyclique c'est-à-dire les stocks et crédits client et d'autre coté les ressources cyclique c'est-à-dire crédits fournisseur

BFR = Emplois cyclique - Ressource cyclique

Une analyse plus fine nous permet d'identifier deux types de besoin en fonds de roulement

a. Le besoin en fonds de roulement d'exploitation

Il s'agit d'opération d'approvisionnement de production et de vente qui sont liée a l'exploitation c'est-à-dire a l'actif (stocks, créances et avance faite par le client a l'entreprise).

BFRE = Actif circulant d'exploitation - dettes d'exploitation

BFRE =Emplois d'exploitation - Ressources d'exploitation

Le besoin en fonds de roulement d'exploitation représente la composante la plus important du besoin en fonds de roulement (BFR). Supposé directement lié au chiffre d'affaires, le BFRE est une variable de gestion primordiale.

Il est parfois appelé besoin de financement du cycle d'exploitation.

Le BFRE dépend à la fois des caractéristiques du cycle de production et des relations commerciales avec les clients et les fournisseurs. De par l'importance des ressources de financement qu'ils mobilisent, les besoins en fonds de roulement (d'exploitation et hors exploitation) ont une influence directe sur les performances et la structure financière de l'entreprise.

b. Besoin en fonds de roulement hors exploitation

Il s'agit d'élément qui sont peut lié a l'exploitation c'est le cas au niveau de l'actif des poste débiteur divers

Exemple : les avances sur salaire

Au niveau du passif les postes concernés sont relatifs aux opérations hors exploitation.

Exemple les dettes fiscales de l'impôt sur les sociétés (ou bénéfice)

Les dettes a l'égard des fournisseurs d'équipement.

BFRHE = Emplois hors exploitation - Ressources hors exploitation

BFRHE= Actif circulant hors exploitation -Dettes hors exploitation

Composante généralement mineure du besoin en fonds de roulement, le BFRHE peut être variable d'un exercice a un autre.

2. Interprétation économique

Trois cas de figure peuvent se présenter :

a. le besoin en fond de roulement est positif :

Dans ce cas, les emplois d'exploitation de l'entreprise sont supérieurs aux ressources d'exploitation. L'entreprise doit donc financer ces besoins à court terme soit à l'aide de son excédent de ressources à long terme (Fond de roulement), soit à l'aide de ressources financières complémentaires à court terme (concours bancaires...).

b. le besoin en fonds de roulement est nul :

Dans ce cas, les emplois d'exploitation de l'entreprise sont égaux aux ressources d'exploitation, L'entreprise n'a donc pas de besoin d'exploitation à financer puisque le passif circulant suffit à financer l'actif circulant.

c. le fond de roulement est négatif :

Dans ce cas, les emplois d'exploitation de l'entreprise sont supérieurs aux ressources d'exploitation, L'entreprise n'a donc pas de besoin d'exploitation à financer puisque le passif circulant excède les besoins de financement de son actif d'exploitation.

L'entreprise n'a donc pas besoin d'utiliser ses excédents de ressources à long terme (Fond de roulement) pour financer d'éventuels besoins à court terme.

 

Dans tous les cas, les besoins éventuels de financement du cycle d'exploitation pour une entreprise dépendront en grande partie de son pouvoir de négociation qui lui permet d'agir sur le montant de ses créances clients ou de ses dettes fournisseurs.

C) La trésorerie

1) Définition

La Trésorerie d'une entreprise peut s'évaluer de deux manières différentes selon l'approche retenue :

        Tout d'abord, la Trésorerie d'une entreprise correspond à la différence entre ses besoins et ses ressources de financement. Les besoins de l'entreprise peuvent être évalués à l'aide du besoin en fonds de roulement alors que les ressources de l'entreprise disponibles pour financer ces besoins s'appelle le Fond de roulement. La Trésorerie nette de l'entreprise correspond alors au solde net entre ces besoins et ces ressources. Si les besoins excédent les ressources, alors la Trésorerie de l'entreprise sera négative (au passif du bilan), alors que si les ressources sont supérieures aux besoins, la Trésorerie sera positive (à l'actif du bilan).

        Mais, la Trésorerie d'une entreprise représente aussi l'ensemble de ses disponibilités qui lui permettront de financer ses dépenses à court terme. Dans ce cas, la Trésorerie nette d'une entreprise se calcule en faisant la différence entre sa Trésorerie d'actif et sa Trésorerie de passif.

Cette trésorerie encore appelée parfois trésorerie nette est la différence en l'actif de trésorerie et le passif de trésorerie.

Trésorerie = Fond de roulement - Besoin en Fonds de roulement

Trésorerie = Actif de trésorerie - Passif de trésorerie

2) Interprétation économique   

L'analyse du solde de la Trésorerie permet de se faire une idée sur la situation financière de l'entreprise.

Trois cas de figure peuvent se présenter :

d. la Trésorerie nette de l'entreprise est positive :

Dans ce cas, les ressources financières de l'entreprise sont suffisantes pour couvrir les besoins (soit Fond de roulement > besoin en Fonds de roulement), ce qui signifie que la situation financière de l'entreprise est saine est qu'elle est même en mesure de financer un surcroît de dépenses sans recourir à un emprunt.

e. La Trésorerie nette de l'entreprise est nulle :

Dans ce cas, les ressources financières de l'entreprise suffisent juste à satisfaire ses besoins (Fond de roulement = Besoin en Fonds de roulement). La situation financière de l'entreprise est équilibrée mais celle-ci ne dispose d'aucunes réserves pour financer un surplus de dépenses que ce soit en terme d'investissement ou de d'exploitation.

f. la Trésorerie nette de l'entreprise est négative :

Dans ce cas, l'entreprise ne dispose pas de suffisamment de ressources financières pour combler ses besoins. elle doit donc recourir à des financements supplémentaires à courts termes (découverts bancaires...) pour faire face à ses besoins de financement d'exploitation. Il y a donc un risque financier à court terme si l'entreprise ne parvient pas à accroître rapidement ses ressources financières à long terme, ou à limiter ses besoins d'exploitation à court terme.

précédent sommaire suivant






Aidez l'hopital de Montfermeil




Moins de 5 interactions sociales par jour