WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les fusions-acquisitions : Vue d'ensemble et impact sur la performance (cas ESTB)

( Télécharger le fichier original )
par Mohamed Amine Ben Abdallah
Université Tunis El Manar - Maitrise en Finance 2009
  

précédent sommaire suivant

Chapitre 2 : l'impact de la fusion-acquisition sur le

cour boursier de la STB

Fama (1970,1991) distinguent trois formes d'efficience informationnelle : l'efficience au sens faible, l'efficience au sens semi fort et l'efficience au sens fort. La notion d'information est le coeur du concept d'efficience informationnelle. En effet, ces trois formes se distinguent par le contenu informationnel auquel elles se référent. Nous choisissons ici d'analyser l'efficience

au sens semi fort.

Un marché financier est efficient au sens semi fort si les prix des actifs, présents sur ce marché, intègrent instantanément l'ensemble des informations publiques. La méthodologie des études d'événements permet d'appréhender cette hypothèse. Celle-ci est composée de trois étapes. La première étape consiste à identifier et dater l'événement public. La définition et le calcul des rentabilités anormales.

Les travaux menés sur l'efficience au sens semi fort via les études d'événement portant le plus fréquemment sur des donnés journalières. La mise en oeuvre de la méthodologie des étude d'événements implique la définition de rentabilité anormale et par conséquent des rentabilités théoriques. La plupart des études d'événements utilisent le model de marché ou le MEDAF pour déterminer les rentabilités théoriques. Ces modèles ont pour principale limite le fait de considérer que la variance est constante au cour du temps.

Section 1 : Mesure de la performance des opérations de

fusions :

1-1 : Le modèle de marché :

l permet d'ajuster les rentabilités des actions autour du risque diversifiable (â)

Ce modèle fréquemment utilisé par Malatesta [1983], Magenheim et Muller [1988], suppose que la rentabilité attendue d'un titre donné est fonction linéaire de la rentabilité de l'indice de marché à la même date.

L'équation du modèle de marché se présente comme suit : E(Rit) = ái + âi E(Rm,t)

E(Rit) : rentabilité espérée de l'action i à la date t.
E(Rm,t) : rentabilité espérée du marché à la date t.

Ce modèle et relativement simple puisque les rendements normaux sont estimés au moyen d'une régression linéaire avec les rendements du marché

Le rendement anormal sera la différence entre le rendement observé réellement et le rendement du titre estimé par le modèle de marché.

La revenue anormale, ou aussi appelé « résidu », constitue l'effet de l'événement sur le cours de l'action i à la date t.

ARi,t = Ri,t #177; E(Ri,t)

1-2 : Le « MEDAF » : modèle d'évaluation des actifs financiers ou CAPM : Capital Asset Pricing Model :

Il stipule que le rendement de chaque titre est égal à la somme de 2 composantes : le taux sans risque plus une prime de risque. Cette prime de risque est le produit de deux éléments, le prix d'une unité de risque multiplié par le risque systématique (volatilité du rendement du titre par rapport au rendement du marché). Le risque systématique représente le risque non diversifié. Le risque résiduel du titre par rapport à son risque total n'est pas rémunéré par le marché.

L'équation du MEDAF se présente comme suit : E (Ri,t) = Rf + (E(Rm,t) #177; Rf) âi

E (Ri,t) : rendement espéré de l'action i à la date t.

E (Rm,t) : rentabilité espérée du marché à la date t.

âi : risque systématique du titre i

Rf : rentabilité de l'actif sans risque.

Le MEDAF suppose que le risque spécifique est éliminé par la diversification.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.