WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les anomalies sur le marché financier

( Télécharger le fichier original )
par O'Farill VOUAMA LOUTAYA
Université Time - Maitrise en finance 2008
  

précédent sommaire suivant

2.3- Source Economique des Stratégies Contrariantes

Au travers les différentes études de recherche qui fût faites, les anomalies sur la stratégie contrariante étaient constatées. Parmi ces études, dans le marché d'Asie, Chang et al. (1995), trouvent des profits anormaux des stratégies contrariantes dans le marché des actions Japonais.

Hameed et Ting (2000), trouvèrent les mêmes résultats dans le marché boursier de la Malaisie. Chui et al. (2000), trouvaient un appui des profits contrariantes au Japon et sur le marché Coréen, mais sans aucune preuve pour ceux des autres pays asiatiques. Hameed et Kusnadi (2002), trouvent en pratique aucune preuve des profits contrariants sur les marchés boursiers de six pays du Bassin Pacifique, et bien que Kang et al. (2002) trouvent des profits contrariants significatifs à court terme sur le marché Chinois, leurs études étaient limitées aux actions "A" négociées exclusivement par des investisseurs locaux.

Il nous semble que les récents résultats empiriques sur les marchés financiers sont si importants pour les idées traditionnelles sur la manière dont ces marchés travaillent et fournies des données internationales sur les problèmes de comportement.

2.3.1- les tenants de l'approche rationnelle

Dans leurs articles, De Bondt et Thaler (1987), réexaminent la question des stratégies contrariantes dans le cadre d'autres études de recherchent. Ils suggèrent que la réaction excessive observée dans leurs stratégies contrariantes n'est pas due à un effet de taille ou de différences dans les risques. Ils examinent également la tendance saisonnière des rendements liés à Janvier et que les rendements excédentaires sont liés à la fois à court terme et à long terme des performances passées. Ainsi, la preuve est apportée à l'appui d'une stratégie contrariante de placement.

Certains font valoir que les données empiriques fournies par De Bondt et Thaler (1985, 1987), indiquent une violation de la forme faible de l'efficience du marché, tandis que d'autres en désaccord sur la manière dont l'anomalie subsiste le processus d'arbitrage.

Fama et French (1988), concluent que l'effet excessif est un marché rationnel à la réponse aux risques de change, ce qui implique un marché efficient. Reinganum (1983), explique les profits contrariants par un effet de retour.

Keim (1983) fait valoir que l'effet gagnant-perdant est un autre exemple du fameux effet de taille. De même, Zarowin (1990) attribue De Bondt et Thaler du (1985, 1987) des preuves sur des marchés boursiers à la taille excessive phénomène.

Il constate que les plus pauvres des revenus surperforment les meilleurs revenus, ils sont aussi significativement plus petits en taille au moment de la formation du portefeuille. Zarowin suggère, cependant, que l'anomalie demeure excessive dans le court terme en tenant compte de l'effet de taille.

Chan (1988) interprète les rendements anormaux constatés par De Bondt et Thaler (1985, 1987) comme étant due à la prime de risque non-constant des actions en perdant et gagnant. En outre, il soutient que l'estimation de rendement est sensible à la méthode utilisée dans la mesure de la performance des portefeuilles contrariants. De même, Ball et Kothari (1989), fournir des éléments de preuve que les profits contrariants sont aussi attribués aux leviers induits aux quarts bêtas.

Contrairement, De Bondt et Thaler (1985-1987), estiment le quart bêtas dans leurs portefeuilles contrariants et constatent que le bêta estimé est positif dans le haut des marchés, mais négative dans le bas des marchés, indiquant que Capital Asset Pricing Model (CAPM) en version bêta ne sont pas appropriés pour les risques d'adaptation du rendement de ces portefeuilles de performances extrêmes.

Leurs résultats empiriques soutiennent l'existence des profits contrariants, même après la prise en compte des préoccupations exprimées par d'autres études.

Jones (1993) suggère que la covariance positive entre le bêta contrariant et la prime de risque peut être expliquée par des variables rationnelles dans le temps des rendements attendus. Similaire à l'idée de Chan (1988), il fait valoir que la période d'observation, relatif au risque extrême des performeurs est conditionnel sur la période de formation des rendements du marché. Néanmoins, il ne peut pas nier la possibilité de contre-bénéfices qui sont détectés par De Bondt et Thaler (1985, 1987).

Conrad et Kaul (1993) suggèrent que la réaction excessive du marché revendiquée par De Bondt et Thaler (1985, 1987) est due à un biais dans les calculs. Ils font valoir que le calcul des rendements anormaux en cumulant l'unique période des rendements sur un long horizon comprend vers le haut des préjugés en raison des erreurs de mesure. En outre, Conrad et Kaul affirment que le rééquilibrage des portefeuilles perdant et gagnant à l'égalité des poids de chaque mois est une mesure conceptuellement erronée. Ils proposent un rendement de buy and hold de plus longs intervalles comme une mesure convenable des performances contrariantes.

Chopra, Lakonishok et Ritter (1992) offre une perspective différente. Ils permettent la variation du bêta dans le temps et ne pas utiliser les hypothèses restrictives du Sharpe Lintner pour tester les anomalies liées au rendement de l'hypothèse excessive. Conformément aux résultats De Bondt et Thaler (1985, 1987), leurs résultats suggèrent une substantielle de l'effet excessive associée avec les stratégies contrariants. Elles montrent qu'une proportion importante de la réaction excessive (plus de 50 pour cent) se produit dans les autres mois de Janvier.

Beaucoup ont fait valoir sur les stratégies d'investissement utilisés par De Bondt et Thaler (1985, 1987), mais peu peuvent expliquer la détection des profits contrariants dans les études De Bondt et Thaler. Un récent article de Ball, Kothari, et Shanken (1995), offres toutefois une autre explication des rendements anormaux associés.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.