WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Déterminants socio-culturels de la persistence de l'excision à  Pira (Bénin)

( Télécharger le fichier original )
par Fabien Affo
Université de Lomé (Togo) - DES 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

IV- Les raisons aussi bien sociales que culturelles justifieraient la persistance de l'excision dans la commune de Bantè

De l'analyse des données, il ressort que sept raisons principales font perdurer la pratique de l'excision dans la commune de Bantè. Il s'agit de :

1- Raisons sociales

1-1 L'analphabétisme fait perdurer l'excision dans la commune de Bantè

Figure 4 : Raisons de la persistance de l'excision

Source : Résultat d'enquête

L'enquête qualitative fait ressortir, l'analphabétisme comme cause de la persistance de l'excision chez les hommes tandis que le maintien de la tradition, justifie la persistance de l'excision chez les femmes. 53,8% des femmes ont reconnu que la pratique de la MGF à Bantè est une exigence de la tradition. Ensuite 34,6% des femmes excisées ont répondu qu'il s'agit de l'inconscience. Enfin les raisons comme "contre sa volonté", "valorisation de la femme", "dignité sociale" et "rite de passage" ont été acceptées par les femmes ayant subi l'excision respectivement dans les proportions ci-après: 10,0%, 9,4% et 7,1 % .

Beaucoup d'hommes ont déclaré «nous risquons de perdre nos fiancées si nous refusons de participer aux dépenses de l'excision. Nos beaux-parents nous traiterons d'incapables puis inciteront leur fille à nous quitter » d'autres enquêtés estiment que « ne pensez même pas substituer la pratique par autres choses car se serait un autre moyen pour les filles pour nous ruiner et de s'enrichir ».

En dehors des raisons économiques qui font perdurer la pratique, certains prêtres des religions traditionnelles estiment que l'excision comme la circoncision sont indispensables pour les enfants obtenus grâce aux pratiques ancestrales. Tout enfant issu des dieux qui s'opposerait à la pratique serait exposé aux troubles mentaux ou autres mauvais sors.

1-2 La pression sociale est aussi un facteur de la persistance de l'excision

Les mêmes paramètres qui, dans une tradition, obligent les individus à bien se comporter dans la société, peuvent tout aussi bien servir à intimider les mêmes individus à se plier aux respects des traditions même si celles-ci sont néfastes. Si effectivement la société exige de telles pratiques, est-ce que la femme est vraiment libre de choisir, et de dire `'non'' à l'excision ? Si elle doit être l'objet de moqueries de la part de toutes ses camarades, est-ce qu'elle a vraiment de choix ? Qui peut vivre comme un paria dans sa société ? Concernant une femme adulte qui subit l'opération, les exigences de sa communauté ne lui permettent pas de refuser facilement. A Atokolibé par exemple, si les vielles femmes disent qu'elle sera sage et qu'elle peut prouver son courage seulement en se faisant exciser, une femme le fera. Si les vieux lui disent que les fétiches vont la rendre folle si elle ne subit pas l'excision, elle se fera exciser. Si ses parents lui disent qu'elle n'aurait pas de valeur si elle ne se faisait pas exciser avant d'aller chez son mari, elle se fera exciser. Pour être considérée comme majeur dans leur communauté, les femmes doivent subir cette opération.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net